Comment pratiquer la pêche au coup avec Garbolino.fr ?
Menu
Home Pêche au coup

L’hiver ne rend pas la tâche des pêcheurs au coup facile. Les poissons se regroupent dans des zones précises et il n’est pas toujours facile de les localiser. Ils se réfugient souvent dans les zones profondes des lacs et étangs pour se protéger des températures négatives. C’est là que notre champion luxembourgeois, Marc Weber, aime pratiquer à la grande canne. Le grand étang de la centrale de Cattenom dans l’Est de la France est son terrain de jeu. Il nous décrit son approche pour la pêche au coup en hiver en lac.

Le décor n’est certes pas très bucolique, mais le lac permet de pêcher toute l’année en raison de ses eaux tempérées.

Bien sonder

Première étape déterminante est la prise de fond. Elle passe par un sondage méticuleux. Bien sonder est important pour toutes les pêches au coup, mais il l’est encore davantage lorsqu’on se retrouve face à des profondeurs qui peuvent atteindre les 6 mètres à distance de grande canne à pêche au coup. Qui plus est, le lac de Mirgenbach possède un profil particulier avec des berges en pente qui se prolonge sous l’eau sur une grande distance. La profondeur plonge au fut et à mesure qu’on s’éloigne avec un dénivelé important. Elle prend entre 15 et 40cm tous les demi-mètres. Marc emploie une sonde pyramidale volumineuse pour que l’opération soit aussi rapide et précise que possible. La ligne est toujours régler avec un peu de traîne pour reposer de 5 à 15cm sur le fond.

Pêche au coup en hiver en lac

Le profil en pente qu’on remarque bien sur l’installation ; contraint Marc à bien sonder pour choisir le meilleur endroit où amorcer.

Amorçage précis pour la pêche au coup en hiver en lac

Confronté à cette situation de profondeur et de dénivelé importants, Marc cherche toujours à amorcer avec le plus de précision possible. L’amorçage lourd est effectué légèrement en retrait de la pointe de la canne et le rappel s’effectue toujours à l’aide de la coupelle d’amorçage.

Un amorçage unique à la coupelle pourrait être envisagé, mais sur cette grande étendue, les résultats ont toujours été plutôt décevants. Un amorçage massif de départ attire beaucoup plus vite les poissons sur le coup. Pour faire face à la profondeur d’eau, Marc utilise une amorce lourde qui descend vite les esches sans travailler dans les couches d’eau supérieures, mais qui se délite dès qu’elle touche le fond en pente pour ne pas rouler davantage vers le large.

Marc conseille de mouiller son amorce déjà le soir avant la pêche pour que les particules soient bien imprégnées. Il mélange 4kg de terre de lourde (type argile belge) à 3kg d’amorce avant de mouiller l’ensemble. Il faut ensuite procéder de manière prudente en différentes étapes pour éviter de se retrouver face à une bouillie inutilisable. Mouillée de cette manière, on obtient une amorce lourde bien saturée et suffisamment collante mais qui va éclater directement sur le fond. “Je jette 8 boules d’amorce avec peu d’esches puis pour compléter, je dépose 4 boules de double terre avec les reste des esches. Le rappel ne se fait qu’avec de la double terre selon l’appétit des poissons.”

L’amorce est lourde mais va se déliter dès qu’elle aura atteint le fond.

 

Pêcher précis en hiver

La profondeur et l’amorçage précis exige évidemment de pêcher au plus proche de la source de nourriture. Marc emploie donc une bannière, distance comprise entre le flotteur et le scion, très courte. 20 à 40 cm maximum permettent de pêcher pile sur les boules d’amorce. Il s’aide de sa barre d’amorçage pour obtenir une tenue de ligne parfaite. Il se sert des repères sur la barre pour explorer à gauche et à droite en raison des contre-courants provoqués par le vent ou met la mini-rallonge pour aller voir plus loin.

Pêche au coup en hiver en lac

La barre d’amorçage est un outil indispensable pour pêcher avec précision.

Montage de ligne pour la pêche au coup en hiver en lac profond

Pour que son montage atteigne rapidement la zone d’amorçage, Marc recourt à des montages assez lourds. Ces derniers se veulent également stables pour ne pas subir la dérive causée par le vent ; ayant une influence considérable sur la tenue de ligne et la position des poissons. Marc emploie des flotteurs boules, résistants à la vague, et muni d’une antenne longue, visible en toutes circonstances. Le flotteur SP T19 est idéal dans ces circonstances et possède une longue quille en titane optimisant sa présentation. Son poids varie entre 1 et 3 grammes et il est greffé sur un nylon de fort diamètre (entre 0,136 et 0,155mm de Super G Power) pour davantage de rigidité et éviter les emmêlements.

Le bas de ligne de 15cm quant à lui est confectionné en nylon Super Soft de 0,085 ou 0,103mm et fini par des hameçons fins mais costauds. Un Round Bend Médium 2210 d’une taille comprise entre 22 et 18 hameçon permet de présenter des esches en bon état, notamment les vers de vase. Si la pêche se fait aux asticots ou pinkies, ce sera un Fine Match Round Bend 2220NI de 18 à 14. Les cibles sont les gardons et les brèmes de taille moyenne et afin d’assurer un ferrage efficace, Marc fait aujourd’hui confiance aux élastiques Soft Hybrid, un compromis idéal entre le creux et le plein. Pour des profondeurs aussi importantes, il installe un modèle d’1,4 mm de diamètre dans 2 éléments de sa canne.

Accessoires pêche au coup

Les éléments du montage de ligne

Brèmes en hiver

Grâce aux conseils de Marc, à vous les jolies pêches de brèmes en lac profond.

 

Après la pêche en hiver en lac, découvrez la pêche en hiver en canal avec cette vidéo : Préparation d’Amorce Pêche au Coup en Canal en Hiver avec Stéphane Pottelet. Nous rejoignons Stéphane Pottelet au canal du Lindron à Marennes (17) pour une pêche technique à la canne en hiver.

La pêche au coup des gardons peut aussi se pratiquer en hiver malgré le froid ambiant. Bien qu’adepte des pêches techniques et délicates de gardons que ce soit en canal ou en étang, l’hiver, Jean-Pierre Scaramuzzino se laisse tenter par des pêches plus productives. Malgré le froid, l’envie dépasse la raison de Jean-Pierre, qui n’hésite pas à passer plusieurs heures au bord de l’eau pour assouvir sa passion.

 

Choix du poste

Pour cela, il choisit des lieux qui vont permettre de pratiquer des pêches dynamiques, c’est-à-dire qui vont lui assurer d’être toujours en mouvement grâce à un rythme de touches élevé. Tout endroit qui permet une concentration d’un grand nombre de poissons blancs est la cible. Les darses, les proximités d’écluses et les culs-de-sac d’étang sont à privilégier. De nombreux pêcheurs connaissent ces zones prolifiques d’hiver qui reste souvent « secrètes » pour ne pas attirer les foules, mais elles existent vraiment, reste à les identifier dans votre région.

Grosses pêches de gardons en hiver

Les concentrations hivernales de poissons peuvent donner lieu à de sacrées bourriches.

Une approche différente

L’approche de ce genre de pêche est bien différente de ce que l’on peut pratiquer toute l’année. Il faut une amorce collante et riche qui va permettre de bloquer les esches et de les libérer au fil du temps. À cet effet, Jean-Pierre supprime les produits très dispersants (type coco belge, coprah nature, jaune de hollande, farine de maïs) et augmente la proportion de PV1 collant. En ce qui concerne les esches, il préconise les asticots morts dans l’amorce et vivant à l’hameçon. Cela va permettre de sélectionner la taille des prises. L’amorçage de départ est alors copieux.

Recette d’amorce de grosses pêches de gardons en hiver

  • 2 parts de chapelure très rousse
  • 2 parts de PV1
  • 1 part de babycorn
  • ½ part de chènevis ébouillanté
  • 1/4. de coriandre
  • 2 cuillères à café de noir de vigne

Une amorce à gardons sombre et collante

Un matériel robuste

En ce qui concerne le matériel, Jean-Pierre fait dans le robuste. Un élastique plein de 1,4m associé à un corps de ligne super G power en 14/100ème vont lui permettre de mater les poissons plus facilement. Un bas de ligne super G power en 12/100ème  fini par un hameçon de 18, 2100BZ fort de fer finit le piège. Le but est d’aller vite et d’éviter un maximum l’utilisation de l’épuisette ainsi les gros gardons de 150gr montent au tablier sans soucis.

Montage pour pêche rapide de gardons en hiver

Installation pour de grosses pêche de gardons en hiver

Une bonne installation au bord de l’eau est primordiale. Boites à esches, dégorgeoir, sonde, amorce de rappel et chiffon doivent être à portée de main pour réduire les gestes inutiles et rester le plus efficace possible. Si la densité de poissons est très importante, il convient de prévoir une bourriche suffisamment large et bien étalée au fond de l’eau pour un maximum de confort des prises.

Grosses pêches de gardons en hiver

Une installation impeccable pour Jean-Pierre.

Vêtements pour la pêche en hiver

Pluies, vent, neige, gel ou temps ensoleillé, l’hiver reste une saison très changeante. Pour cela il faut des vêtements étanches, chauds mais amples pour faciliter les mouvements du pêcheur sur ces pêches actives et aussi permettre à l’air de circuler. Avoir chaud oui, mais pas trop chaud sinon les phénomènes de sudation vont accentuer la sensation de froid.

Bien couvert, de la tête aux pieds, mais avec des vêtements optimisés.

 

Garbolino vous propose une vidéo tutoriel pour de très grosse pêche de gardons et rotengles en étang, en cliquant ici.

Pêche au coup en hiver

Pratiquer la pêche au coup en hiver est toujours possible. Il convient néanmoins de prendre quelques précautions pour supporter ces quelques heures au bord de l’eau. Il faut se vêtir en conséquence et utiliser les vêtements de pêche adéquats pour que la partie ne tourne pas court.

Pêche au coup en hiver

En hiver, rien n’arrête les courageux, ni les courageuses comme Eléna !

 

Se protéger des pieds à la tête pour la pêche au coup en hiver

Le froid entre dans le corps par le bas. Les pieds doivent donc être bien protégés. De très bonnes chaussures imperméables sont indispensables.

Si vous devez entrer dans l’eau lors de l’installation, des bottes vous seront utiles. Préférez-les fourrées. Patrice affectionne les chaussures de type randonnée. Équipées de forts crampons, elles prémunissent des risques de glissade sur tous types de terrain. En y logeant une bonne semelle matelassée, on va renforcer et éviter les déperditions de chaleur. Les chaussettes prévues pour le grand froid, permettront également de protéger vos pieds des intempéries.

Dans tous les cas, pour isoler vos pieds du sol et donc du froid, ils doivent en être décollés et l’épaisseur de la semelle ne doit pas être négligée. Ensuite, en position assise, le repose-pied de votre station vous offre encore davantage de confort de pêche.

Bien couvert et les pieds loin du sol + quelques touches et le froid est beaucoup plus supportable.

 

Sous-vêtements protecteurs 

Une couche de vêtements n’est pas suffisante pour supporter le froid. Malgré l’action de pêche, nous restons relativement immobiles et porter des sous-vêtements chauds accroît le confort. Attention avoir chaud ne veut pas dire avoir trop chaud. Il faut choisir ces vêtements protecteurs dans une matière chaude et anti transpirante. Il existe des ensembles pour la montagne, parfaitement adaptés à l’hiver et à la pêche.

Pêche au coup en hiver

Sous-vêtements de ski, mais aussi passe-montagne, il ne faut pas hésiter à piocher au rayon sport pour conserver la chaleur et se protéger des éléments, n’est ce pas Erwan ?

 

Vêtements de pêche hiver étanches et anti-vent

La touche finale à la combinaison qui vous permettra d’affronter l’hiver, est d’opter pour vêtement capable de couper le vent et le froid. Sa résistance est alors un atout majeur, de même que la liberté de mouvements qu’elle octroie.

Les tenues GARBOLINO en coton polyester totalement conçus pour votre confort sont parfaites.  Elles utilisent la chaleur corporelle en l’isolant et en la stockant.

Un premier rempart au froid, au vent et aussi à l’humidité est indispensable comme le confirme Patrice : « Ma préférence va à 2 vêtements qui se complètent à merveille : Une salopette et une veste, totalement étanches, l’eau ruisselle sans jamais pénétrer le tissu. »

Salopette + veste, Eléna ne craint pas le froid ainsi protégée.

 

Sortez couvert !

Pour terminer de vous protéger, focus sur un zone exposée et sensible, la tête. Il convient de la recouvrir tout en vous permettant de bien voir votre flotteur quelle que soient les conditions de visibilité. Un combo casquette + bonnet est alors idéal, aussi original qu’efficace. Avec ces conseils, vous voilà prêt à faire durer le plaisir jusqu’au bout de l’année.

Pêche au coup en hiver

Pour Patrice, un combo casquette + bonnet permet de garder la tête au chaud et d’avoir une bonne visibilité.

Notre article vous a plu ? Découvrez en complément notre vidéo : Préparation d’Amorce Pêche au Coup en Canal en Hiver, en cliquant ici.

Différentes terres, plus ou moins lourdes ou nuageantes, peuvent entrer dans la composition des amorces de pêche au coup. Ingrédients neutres dans la valeur nutritive, elles ont un pouvoir mécanique non négligeable. Si les terres sont très utilisées pour la pêche à la grande canne comme nous l’avons déjà évoqué, leur utilisation pour la pêche au feeder est moins fréquente. Christophe Reveret en est un fervent utilisateur et nous explique comment il emploie terre dite de rivière et de Somme pour la pêche au coup au feeder.

La terre dans l’amorce pour la pêche au coup, pourquoi faire ?

« Sa couleur noire ou sombre permet aux poissons de s’installer en confiance sur des fonds dont la couleur se rapproche de celle de la terre. Il faut savoir que la terre est un élément naturel qui ne gave pas le poisson et permet, à certaines périodes de l’année, d’être très productive notamment en hiver ou dans des milieux où la pression de pêche est importante. Elle sert aussi à appauvrir un mélange d’amorce et/ou l’alourdir ou encore de confectionner un tapis exclusif dans lequel les poissons tels que les brèmes adorent trier et fouiller pour en extraire les particules ou esches. »

Terre pour la pêche au coup : Utilisation de la terre pour la pêche au feeder par Christophe REVERET

Christophe utilise la terre, été comme hiver et pour toutes ses pêches

Récolter la terre pour la pêche au coup

La terre se trouve partout, et celle de rivière se trouve bien sûr au bord des rivières mais aussi dans les bois. Pour la ramasser, il vous faudra vous munir d’une pelle, d’un tamis à mailles de 3 ou 4 mm et de 2 seaux ou plus. L’opération de tamisage est incontournable car cette terre est compacte au départ et elle permet de retirer les détritus ou autres éléments (feuilles, brindilles etc.).

 

Utilisation de la terre pour la pêche au feeder au coup

TERRE DE RIVIERE

Christophe utilise la terre de rivière de 3 manières différentes, voici ses conseils :

  • Pour alourdir votre amorce, incorporez 1kg de terre pour 3 litres d’amorce prête à l’emploi,
  • Pour appauvrir l’amorce, ajoutez 1kg de terre pour 6 litres d’amorce mouillée,
  • Afin de confectionner un tapis en rivière et en lac, la terre est déposée pure avant de jeter l’amorce. Elle ne contient alors que des esches vivantes ou mortes (asticots, fouillis, vers coupés etc.) Christophe conseille de réaliser ce tapis avec des cages de bonne capacité mais pas trop lestées car la terre représente un poids important. Il convient également de ne pas trop la serrer afin qu’elle se libère facilement.

Mode d’emploi de préparation de la terre de rivière

 

Christophe utilise aussi la terre de Somme.

 

TERRE DE SOMME

De nombreux atouts

La terre de Somme possède plusieurs atouts :

  • sèche, elle peut servir à séparer les larves de fouillis de vers de vase mais également pour le conserver après une partie de pêche.
  • elle permet d’assécher une amorce trop mouillée.
  • elle appauvrit l’amorce,
  • véhiculer et fixer des esches vivantes sur le fond.

Christophe compte essentiellement sur son pouvoir nuageant très intéressant qui s’active dès son contact avec l’eau ou sur le fond lorsque les poissons fouillent. Il s’en sert partout. « C‘est un produit que j’ai toujours avec moi, à la grande canne et maintenant au feeder. » Il l’utilise tout au long de l’année pour des pêches de plaquettes et Brèmes car ce sont des poissons qui passent leur temps la tête dans la terre ou la vase à la recherche de nourriture. Sur les canaux et étangs, le fait de faire juste un simple coup avec terre fouillis ou autres esches vous permet de recréer cet élément sur des fonds caillouteux ou sableux.

Préparation et dosage de la terre de Somme

Christophe conseille de passer la terre de Somme au tamis “2mm” pour la rendre la plus souple possible avant de l’incorporer à l’amorce ou même de l’utiliser pour pure pour véhiculer. « Je la dose à auteur maxi de 40% dans l’amorce. » Tout comme la terre de rivière vous pouvez créer un tapis de terre fouillis ou autres tout simplement, mais toujours avec des cages conséquentes au départ, puis revenir en taille adapté au milieu.

Terre pour la pêche au coup

Un tamisage fin est nécessaire pour obtenir une terre homogène

Terre pour la pêche au coup

 

Notre spécialiste de la pêche du barbeau, Sébastien Lengagne, nous fait découvrir la pêche du barbeau au method feeder en rivière. Une pêche efficace lorsque les eaux s’éclaircissent et se refroidissent comme en automne et en hiver.

La pêche du barbeau au method feeder en rivière

Avant toute chose, il faut laisser de côté les à priori affirmant que la pêche au method feeder ne peut se pratiquer avec efficacité que dans des fonds inférieurs ou égaux à deux mètres. Sébastien l’affirme sans complexe. « On peut pêcher au method feeder dans 3 mètres d’eau et aussi en présence de courant ». Sébastien se base sur cette règle simple : 1 plomb de 15gr met 1 seconde à progresser d’1 mètre ; 100gr mettent donc moins d’une demi-seconde.

pêche du barbeau au method feeder

Le saviez-vous ? C’est en 2007 déjà que deux icônes de Garbolino à l’esprit bouillonnant se sont associés pour donner vie à un outil qui a révolutionné la pêche au feeder : Le moule à method feeder !

 

Amorce collante pour la pêche du barbeau

L’amorce à barbeaux qui va garnir le method feeder doit être préparée soigneusement afin qu’elle gagne le fond avec l’appât sans encombres. Sébastien se sert de pellets de 2 et 4mm et d’amorce.

« Il faut coller les pellets au préalable. Il suffit de les faire tremper 1 minute dans l’eau. À cette vitesse, ils n’ont pas le temps d’absorber tout le liquide. Il faut donc assécher le mélange avec une amorce qui aidera à recoller le mélange afin que celui-ci puisse atteindre le fond sans se déliter. »

 

Moulage de l’amorce dans le method feeder

Pour mouler ce mélange autour du method feeder, Sébastien dépose le pellet qui garnit l’hameçon et esché via un montage D-rig dans le moule. Il ajoute ensuite de l’amorce pour faire son premier moulage, puis rajoute de l’amorce pour former un étage supplémentaire. Cette dernière précaution permet au pellet esché de bien rester au cœur du tas d’amorce sans être de suite emporté par le courant. Le barbeau ayant l’habitude d’aspirer le tas d’amorce directement, il se retrouve aussitôt en contact avec l’appât sans le voir.

 

pêche du barbeau au method feeder pêche du barbeau au method feeder

 

Pêche minimaliste du barbeau au method feeder

Sébastien précise que cette pêche de fin de saison ne nécessite pas d’amorçage préalable. Elle n’en est pas moins productive et surtout pas en rivière car lorsque les eaux refroidissent ; la nourriture naturelle est plus rare et les barbeaux se mettent en quête de tout ce qu’ils trouvent. Cette approche n’exige qu’un minimum de matériel, ce qui permet d’être en poste rapidement et de profiter de courtes sessions.

pêche du barbeau au method feeder

Pour ses sessions rapides, Sébastien n’emporte que le strict nécessaire, cela ne l’empêche pas de réussir de très belles parties de pêche.

 

Pour approfondir vos connaissances sur la pêche au feeder, découvrez notre TUTO : Nœud Palomar pour la Pêche au Method Feeder

L’automne annonce le début de la saison de la pêche du gardon et du gros en particulier. Il s’agit d’une pêche qu’affectionne et dans laquelle il excelle, notre tout récent champion de Belgique, Fabian Lété. Il nous livre de précieux conseils pour réussir cette pêche technique où chaque détail compte.

Bien sonder à la grande canne pour la pêche du gros gardon

Les gros gardons sont souvent des poissons de passage dans certaines zones plus ou moins profondes en fonction des températures. Plus il fait froid et plus ils gagnent les zones creuses. L’opération de sondage revêt donc une grande importance et Fabian y consacre de longues minutes. Il démarre depuis la bordure, souvent enrochée et/ou irrégulière dans les canaux, en allant plus vers le large jusqu’à trouver un fond parfaitement plat.

La pêche du gros gardon en Automne

Une sonde pyramidale permet de bien lire le fond.

Un montage stable mais très sensible

Sur la base d’une profondeur de 2 mètres, Fabian utilise des montages de lignes à gardons plutôt lourds pour gagner en stabilité, mais aussi très sensible grâce à un équilibrage soigné. Il fait confiance au flotteur SP S16 greffé sur un corps de ligne en 10/100ème. Il opte pour des poids de 0,75 et 1,25gr et place un plomb de touche relativement gros pour encore accroître la rigidité du montage. Fabian place donc un plomb rond N°9 en butée sur la boucle du bas de ligne. La ligne la plus légère est réglée pour évaluer à ras du fond et la plus lourde traine de 5cm en cas de courant ou vent. Dans les deux cas, seule la moitié de l’antenne pointe à la surface car comme le dit si bien Fabien : « Les gros gardons font parfois les touches les plus discrètes ! »

Le SP S16 est une nouveauté 2021 déjà adoptée par de nombreux champions en raison de sa polyvalence

Amorce noire à gardons pour l’automne

En raison de la clarté de l’eau, Fabian confectionne une amorce sombre et sélective grâce à des ingrédients appréciés par les gros gardons. L’ajout de fiente de pigeon associée à de la terre va agir sur la mécanique du mélange et également l’alourdir.

L’Amorce à gros gardons de Fabian Lété

  • 2 kg de Canal Champion Feed
  • 1 kg de gardons noir
  • 700gr de fiente de pigeon
  • 150 gr de coriandre moulu
La pêche du gros gardon en Automne

L’amorce à gardons de Fabian est sombre et collante, il ajoute un peu de coriandre moulue juste avant de confectionner les boules

 

Amorçage et esches pour la pêche de gros gardon en automne

L’amorçage de départ est réalisé à la main pour créer un appel. Le rappel par contre est fait à l’aide de la coupelle d’amorçage pour gagner en discrétion et en précision. Si pour tromper les premiers poissons arrivés, Fabian se sert de vers de vase, il préfère recourir à des pinkies morts à l’hameçon pour séduire les plus gros gardons. Les touches sont alors moins nombreuses, mais les poissons de bien plus belle taille.

La pêche du gros gardon en Automne

Avec les conseils de Fabian, à vous de jouer pour la pêche de gros gardon en automne !

Rejoignez notre communauté de passionnés sur nos réseaux sociaux Facebook et Instagram !

La pêche au pain au feeder est très efficace en fin de saison. L’automne annonce le démarrage de parties de pêche propice à l’utilisation de cet appât aussi efficace qu’économique. Nous avons déjà évoqué la pêche au coup au pain à la grande canne, mais il est aussi possible de l’utiliser au feeder. Sébastien Lengagne nous révèle comme toujours sans concessions, ses astuces pour réussir de belles pêches automnales et hivernales en rivière.

Pain béni

De nombreux pêcheurs ont délaissé l’utilisation du pain pour leur pêche au coup au profit d’appâts vivants ou plus modernes ; mais pas Sébastien. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une esche naturelle les poissons connaissent bien le pain et en sont friands. « Je pêche au pain, même si c’est une technique ancienne et qui n’est plus vraiment utilisée à ce jour. Les poissons en mangent pourtant fréquemment ; car le pain est distribué aux canards à longueur d’année par les promeneurs et les familles. C’est encore plus révélateur en pleine ville ou près des parcs où canards et cygnes abondent. J’ai souvent remarqué que les poissons remontaient derrière les volatiles pour manger les restes. En l’utilisant, je me suis aperçu que le pain permettait de sélectionner les gardons de jolie taille. »

pêche au pain au feeder

Gros gardon pris au pain

Montage feeder pour la pêche au pain

Pour son approche au pain, Sébastien recourt à un montage feeder en potence directe afin que la touche soit transmise directement au scion. Il utilise des cages d’un poids compris entre 40 et 60 g car « la pêche au feeder à rouler » (le feeder se déplace lentement sur le fond) aide fortement à prendre les gardons. Pour ce qui est de la distance, elle est comprise entre 15 m et 25 mètres. Il faut bien sûr ferrer à la touche pour éviter que le pain ne soit volé.

pêche au pain au feeder

Amorce et pain font bon ménage. L’amorce permet de déposer le pain sur le fond sans qu’il ne soit emporté prématurément.

pêche au pain au feeder

Amorçage du pain et eschage

Pour contenir le pain dans la cage de son feeder, Sébastien le mélange à une base d’amorce à gardons classique peu mouillée. Le contenu du feeder se libère dès qu’il touche le fond et progressivement au fur et à mesure qu’il dévale le courant. Il s’agit de pain de mie broyé sommairement au mixeur qui va gonfler encore au contact de l’eau. À l’hameçon, Sébastien place un morceau de pain de Chaillou par l’intermédiaire d’une bague en latex qui le retient parfaitement lors des lancers et évite que les plus petits poissons ne le volent avant que Sébastien n’ait eu le temps de remarquer la touche. Il ne ferre alors que les vraies touches des plus beaux poissons.

 

pêche au pain au feeder

A vous les belles bourriches d’hiver au pain

Découvrez aussi la passion de la pêche au coup au travers de nos vidéos.

Championnat du monde pêche au coup des clubs

Le championnat du monde de pêche au coup des clubs est LE rendez-vous annuel pour les équipes du monde entier. Les clubs se qualifient à cette épreuve lors d’une qualification nationale et représentent donc leur pays tout entier. Il s’agit d’une compétition majeure lors de laquelle chaque club est fier de représenter les couleurs de son équipe mais aussi de son pays. Pour l’édition 2021, ce ne sont pas moins de 23 pays qui étaient représentés. L’épreuve a eu lieu à Novi Sad en Serbie sur le canal DTB les 16 et 17 octobre.

Petit Pays, mais Grand Résultat pour ce championnat des clubs

Parmi les équipes engagées, Garbolino était représenté par nos amis croates du Bjelka GME Garbolino Sunja.

La Croatie est un des plus petits pays du monde, mais le sport en général et la pêche au coup en particulier y tient une grande place.

L’investissement des pêcheurs au coup croates en termes de préparation, d’apprentissage et de déplacement est impressionnant. En effet, la pêche sur le canal DTB est assez technique. Ses eaux sont peuplées de gobies, ablettes, gardons, brèmes, quelques carassins et des poissons-chats durant les mois les plus chauds. La semaine d’entrainement ne laissait aucun doute, la pêche serait technique. Le fouillis et les vers de vase seraient les esches reines pour viser les poissons blancs. Or les gardons sont absents des eaux croates et il aura fallu à l’équipe croate qu’elle déploie tout son talent. Et sa combativité pour décrocher une 4ème place historique, à 1,5 point seulement du podium.

Championnat du monde pêche au coup des clubs

Le classement général

Une pêche fine pour le championnat du monde de pêche au coup

Selon les zones, la pêche était différente mais d’une manière globale, les croates utilisent la même approche et varier les distances selon l’évolution de la pêche.

La pêche des gardons s’est pratiquée à la grande canne, à 13 mètres. Pour les ablettes, dont la pêche a été décisive car leur taille et le rythme de capture pouvaient permettre de réussir une belle bourriche, elle s’est pratiquée avec une canne télescopique de 4 mètres mais aussi jusqu’à 10 mètres en pratiquant une pêche à déboiter. La précision et la cadence de rappel était très importante.

Les croates avaient remarqué un détail important au fur et à mesure des entrainements, les poissons rechignaient à avaler les vers de vase, même les plus petits et ils enregistraient moins de refus en plaçant 1 voire 2 fouillis sur un hameçon de petite taille et fin de fer.

Entrainements championnat du monde pêche au coup

Les entrainements ont permis aux croates d’appréhender une pêche qu’ils pratiquent peu et de déjouer les pièges du canal en pratiquant des pêches mixtes de fond et de surface.

 

Championnat du monde pêche

Les entrainements ont permis aux croates d’appréhender une pêche qu’ils pratiquent peu et de déjouer les pièges du canal en pratiquant des pêches mixtes de fond et de surface.

 

Les montages de ligne pour la pêche au coup

Les pêcheurs croates ont utilisé des flotteurs Garbolino SP M15 pour la pêche de fond, monté sur du nylon Super G Power de 10/100ème, représentant une balance parfaite entre finesse et rigidité pour optimiser la présentation de la ligne. Le bas de ligne se composé de nylon Super Soft entre 6 et 8/100ème. Pour les ablettes, le flotteur était un SP M20 dont la taille variait entre 0,10 et 0,30gr. Dans les deux cas, pêches de fond et de surface, ils ont placé leur confiance dans le 2110 BZ d’une taille comprise entre 26 et 20.

 

 

L’équipe Croate représentée au championnat du monde de pêche au coup

L’équipe croate ce n’est pas seulement 5 pêcheurs ; mais aussi un groupe d’accompagnateurs qui forment un groupe soudé et chacun mérite d’être salué pour le résultat obtenu.

Un grand bravo à :

Dino Hrenar

championnat du monde pêche au coup

Dejan Vondrak

championnat du monde pêche au coup

Domagoj Ceković

championnat du monde pêche au coup

Mario Pejaković

Martin Vrčković

Le capitaine : Zdravko Vrbanek

Les accompagnateurs : Zvonko Pejaković, Matko Dražić, Miroslav Molnar, Dario Hrenar, Ivan Kristić

 

MERCI DE VOTRE CONFIANCE EN GARBOLINO !

 

Garbolino, bien équipé on est plus fort !
Rentrez dans l’univers de la pêche au coup avec Garbolino et découvrez une forte communauté de passionnés sur nos réseaux sociaux !
Facebook & Instagram