pêche en hiver - Garbolino
Menu
Home pêche en hiver

pêche au coup brème hiver

La pêche au coup de la brème hiver se pratique peu. Mais elle reste toujours possible bien qu’on la dit léthargique en cette saison. Il s’agit d’une pêche technique qui exige finesse et sensibilité dans l’approche. Olivier WIMMER la pratique beaucoup dans ses canaux de l’Est de la France et partage avec nous ses trucs et astuces.

De la finesse

La pêche au coup en hiver est rendue difficile par la température de l’eau. C’est un paramètre important dont il faut tenir compte dans toute son approche, depuis le montage des lignes à la confection de l’amorce. En effet, les poissons bougent moins en hiver et s’alimentent donc moins également. Leurs déplacements sont plus lents car ils économisent leur énergie pour faire face aux éventuelles intempéries. Les brèmes de toute taille sont bien présentes dans les canaux.

A la saison froide, les brèmes se regroupent pour passer cette saison rude et aussi pour se mettre à l’abri des rivières beaucoup plus tumultueuses. Si vous avez près de chez vous des affluents proches de rivières gonflées par la pluie, n’hésitez pas à les prospecter.

La pêche hivernale de la brème

Ciel dégagé, gelées matinales, le froid ambiant rend la pêche hivernale technique, mais de beaux coups de ligne sont possibles.

  1. Le montage des lignes pour la pêche au coup de la brème en hiver

Les brèmes provoquent toujours des touches assez subtiles en raison de ses mouvements lents. Cette règle est encore plus valable en hiver. Il convient donc de recourir à des montages de lignes assez fins, mais surtout des plombées souples et des flotteurs sensibles.

  • Le nylon :

Olivier emploie un corps de ligne de 11/100ème de Super G Power. C’est un excellent compromis entre finesse et solidité, car les canaux sont parfois fréquentés par de beaux sujets de brèmes communes ou bordelières, ces dernières étant particulièrement combatives. Le bas de ligne est confectionné avec du nylon Super Soft en 7/100ème.

  • Le flotteur :

En hiver, la météo est souvent très changeante et donc la visibilité également. C’est une donnée qui influe sur le choix du flotteur, car c’est un autre compromis à trouver entre sensibilité et visibilité. Olivier opte pour un flotteur à antenne plastique, le SP S16, dont on pourrait croire qu’il est moins sensible qu’une antenne en fibre ou en métal. Dans l’absolu, c’est exact, mais cette antenne est équilibrée de telle sorte à ne dépasser que de quelques millimètres.

Le centre de gravité du flotteur, davantage immergé par ce surplombage volontaire, va être abaissé au maximum, ce qui va le rendre beaucoup moins exposé aux vaguelettes par exemple. Son choix se porte sur le SP S16, un flotteur à la base renflée mais au sommet effilé qui va permettre de détecter parfaitement les fameuses touches en relevé caractéristiques des brèmes.

  • La plombée :

Elle est composée d’une dizaine de plombs sphériques dont les 3 derniers, dont le fameux plomb de touche, est exceptionnellement un N°12. Habituellement sur toutes ses lignes, Olivier ne descend jamais sous le N°11 pour une présentation plus stable. La plombée est alors étalée et grâce à cette légèreté des 3 derniers plombs, la terminaison de la ligne est très souple.

  • L’hameçon :

Il doit être aussi fin de fer et léger que possible car en hiver les brèmes mordent du bout des lèvres. Pour autant, il ne doit pas s’ouvrir au ferrage. Afin de pouvoir y positionner 1, voire 2 vers de vase ou pinkies qui sont les esches reines pour la pêche de la brème, mieux vaut recourir à un hameçon à large courbure. Ces modèles sont en prime légers car plus courts. Olivier ne jure que par le modèle 2220 NI, un parfait compromis entre solidité et légèreté encore.

 

Flotteur pour la pêche au coup de la brème

Le flotteur SP S16 est un excellent compromis entre sensibilité et visibilité

  1. Quel élastique pour la pêche en hiver

Pour faire face à tous ces compromis entre sensibilité/légèreté/solidité, le dernier maillon de la chaîne est l’élastique intérieur. C’est une pièce maîtresse qui est pour beaucoup dans la réussite d’une partie de pêche au coup. Avec un élastique trop épais et/ou trop tendu, associé à un hameçon et un nylon fins, c’est la décroche assurée, soit au ferrage, soit en ramenant le poisson. C’est pourquoi, malgré des poids de plusieurs centaines de grammes pour les brèmes ; il faut utiliser un élastique fin pour amortir le ferrage.

Il va s’expulser sur une bonne longueur également lorsque vous ramènerez le poisson, mais vous mettrez davantage de poissons au sec. Olivier utilise deux modèles d’élastiques pleins. 1 diamètre de 0.6mm pour les fameuses plaquettes (brèmes de 50 à 400gr) et 0.7mm si de plus gros sujets sont présents. Ils sont toujours installés sur le scion monobloc de la canne. Ce qui permet d’obtenir une réserve conséquente. Dont la tension peut être réglée grâce à la présence d’un cône à échelle logé à la base du scion.

Accessoires et équipement pour la pêche au coup

Le cône à échelle permet de régler la tension de l’élastique en fonction de la taille des poissons présents

 

  1. L’amorce pour la pêche de la brème en hiver

N’importe quelle amorce estampillée « étang » peut faire l’affaire pour amorcer la brème en hiver. Ces bases d’amorce sont idéales car elles représentent une bonne balance entre nutriments et produits neutres. Les pétillements qu’elles dégagent en surface permettent de localiser l’amorce mais aussi d’indiquer la présence de poissons ou non. La manière de s’alimenter des brèmes et leur simple passage sur le léger tapis d’amorce suffit à remuer les particules et les dégager vers la surface. Ce sont des signes à surveiller. Au contraire des saisons plus clémentes, il faut revoir les quantités. Et 1 kg d’amorce sèche suffit à pêcher durant plusieurs heures.

 

Pour appauvrir l’amorce, qui en fait servira aussi et surtout de véhicule pour les esches vivantes qu’on y introduit, Olivier ajoute toujours entre 30 et 50% de terre. L’amorce reste alors bien en place ; car au contraire de ce qu’on pourrait penser, les canaux sont loin d’être totalement immobiles et une faible dérive peut décaler les poissons loin de l’impact des boules d’amorce. La couleur de l’amorce est importante elle-aussi et est dictée par la couleur de l’eau.

On dit que les amorces sombres voire noires sont dédiées à la pêche au coup du gardon, il n’en est rien. Plus l’eau est claire, plus l’amorce d’Olivier est sombre. Et plus l’eau se fait mâcher par les eaux de pluie ou de neige, par exemple, plus l’amorce sera claire.

L'amorce pour la pêche

Une amorce brune sombre est passe-partout en hiver

  1. Les appâts pour la pêche de la brème en hiver

Tout comme l’amorce, la quantité d’appâts vivants introduite dans l’amorce dépend du nombre de poissons sur le coup. Au démarrage, il vaut mieux être prudent et n’en verser qu’une pichenette, on peut toujours en rajouter par la suite. Les pinkies sont de petits asticots dont la brème est friande, tout comme toutes les autres espèces. Leur défaut est d’être hyper mobiles, même dans des eaux froides. Olivier conseille donc d’utiliser des asticots congelés afin d’être certain qu’ils restent bien dans l’amorce.

Le luxe est de pouvoir disposer d’un apport de fouillis de vers de vase qui reste un appât de choix tout au long de l’année. Encore une fois, il est possible d’utiliser du fouillis de vers de vase congelé; dont on aura fait réserve aux beaux jours. A l’hameçon évidemment, mieux vaut privilégier les mêmes appâts, pinkies vivants et/ou morts et vers de vase.

Appâts pour la brème

Pinkies et vers de vase, les esches reines pour la pêche en canal

Jamais sans ma coupelle Pour Olivier, pêche d’hiver rime avec discrétion et précision. « Je suis un adorateur de la coupelle d’amorçage. En hiver, encore plus. Elle permet de maîtriser les quantités et offre une précision et une discrétion extrêmes. Je réalise mon amorçage de départ et de rappel uniquement à la coupelle. Ne croyez pas qu’il s’agisse d’une perte de temps; bien au contraire, en plus elle donne confiance car on est toujours sûr de pêcher sur son amorce. »

Pêche de la brème à la coupelle

La coupelle offre une discrétion et une précision extrêmes

 

Découvrez encore plus de tutos sur notre chaine YouTube !

peche difficile du gardon pêche hiver fine technique

La pêche du gardon en hiver peut être rendue difficile par le refroidissement des eaux entrainant une baisse d’activité des gardons. Une fois n’est pas coutume, nous avons fait appel à un pêcheur au coup du Nord pour nous donner les meilleures astuces. Dans la région de Jonathan CLARISSE dit Jo, de nombreux parcours de pêche deviennent très difficiles et il se retrouve face à des poissons très tatillons qui l’obligent à sortir « la bijouterie ».

 

1/ Amorce à gardon pour l’hiver

 

Lors de ces pêches hivernales, Jo a à faire à des pêches de gardons difficiles allant de 30 gr à 80 gr. Donc il utilise une amorce à la fois simple mais très équilibrée. Ce qui va travailler fortement afin d’attirer les poissons très rapidement sur le coup. Dans beaucoup de cas, son amorçage se fait uniquement à la coupelle afin d’éviter de disperser les poissons dans différentes couches d’eau.

 

Recette amorce à gardons en hiver pour étangs et petits canaux :

 

1 kilo de chapelure rousse

200 grammes de PV1

200 grammes de chènevis grillé

150 grammes de biscuit

150 grammes de polenta

et 150 grammes de coco belge

 

+ Noir de Vigne pour obtenir un mélange très foncé.

 

La base d’amorce à gardons de Jo est simple et équilibrée et composée de produits frais

 

 

2/ Montage de la ligne pour pêcher la pêche du gardon difficile en hiver

 

Le montage de la ligne est très important car il permet d’obtenir une présentation assez souple, le gardon se trouvant très souvent dans une couche d’eau assez restreinte qu’il est difficile de localiser avec une plombée trop brutale.

 

 

Pour pêcher ces gardons difficiles, il faut choisir un flotteur adéquat. Pour sa part, Jo utilise 3 modèles : les SP M11, SP M15 et pour finir le SP M26. Le SP M15 est selon lui le flotteur qui couvre le plus de situations techniques. Equipé d’une antenne fibre, ce modèle doit être parfaitement équilibré, permettant ainsi de déceler les moindres touches et d’éviter par la même occasion le maximum de refus. Si le vent vient à s’installer en cours de pêche, sa quille en métal lui confère une excellente tenue.

En hiver, les conditions météorologiques sont très changeantes, c’est pour cette raison que Jo monte sur certains de ses kits, les flotteurs SP M11 et SP M26, qui grâce à leur antenne légèrement plus forte et leurs forme plus effilée, permettent de détecter aisément les touches même lorsque la visibilité n’est pas la meilleure.

ligne pour pêche difficile gardon en hiver

La luminosité est parfois contraignante et difficile en hiver, ce choix de flotteur s’explique par leur sensibilité et leur visibilité

 

 

L’équilibrage d’une ligne à gardons se compose d’environ 9 plombs. Le premier plomb de touche, placé au raccord du bas de ligne, est un N°11, ensuite à 10cm il y aura 3 plombs identiques eux-mêmes séparés par 10cm, la plombée principale est placée 10cm au-dessus. Plus souple, elle permet donc de déclencher des touches à la descente.

 

 

Il est très rare que Jo utilise un diamètre inférieur à 10/100ème, même sur une pêche difficile de gardons. Ce qu’il recherche, c’est un nylon rigide et fin et son choix s’oriente vers le nylon Garbolino Super G-Power. Ces qualités  permettent d’éviter les emmêlements avec une bannière fortement réduite pour plus de précision.

 

 

Le dernier élément de la ligne à bien sélectionner, qui par la même occasion est le dernier point de contact avec le poisson, est l’hameçon. Jo opte très souvent, face à ces gardons chipoteurs, pour l’hameçon Garbolino 2110 BZ. Couplé au nylon Super Soft, cet hameçon fin de fer et léger, est l’hameçon par excellence sur les pêches de gardons difficiles l’hiver.

Jo fait confiance à l’ensemble de ces éléments pour la confection de ses montages de lignes à gardons

 

amorce gardon hiver diegioda silva

L’amorce à gardons est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre. Qui de mieux qu’un pêcheur au coup belge, de surcroît un membre de l’équipe nationale championne du monde pour nous aiguiller. C’est ce que va faire Geoffrey DUQUESNE, éminent spécialiste de la pêche du gardon qui nous confie sa recette passe-partout et nous donne son avis sur un paramètre important, le choix de la couleur de l’amorce à gardon pour l’hiver.

 

Quelle mécanique pour l’hiver et pourquoi?

Durant l’hiver, Geoffrey compose une amorce qui travaille assez bien et qui permet ainsi d’attirer plus rapidement les poissons sur le coup. Pour faire travailler son mélange, il utilise du chènevis grillé, produit très apprécié des poissons blancs en général et des gardons en particulier. Il est possible de mouiller l’amorce un peu moins fort qu’à l’habitude afin d’obtenir un effet mécanique plus important. L’amorce à gardons s’ouvre plus vite et travaille de suite. À l’inverse si vous arrivez sur un parcours où vous êtes certains que le poisson est bien présent, n’hésitez pas à mouiller plus fort le mélange.

Recette d’amorce à gardon hiver et passe-partout

Chapelure brune: 1kg

Pv1- Collant: 400 gr

Biscuit galette: 200 gr

Chènevis grillé: 200 gr

Baby corn: 200 gr

Coco belge : 200gr

Geoffrey Duquesne amorce à gardon hiver étang

Geoffrey Duquesne, membre de l’équipe nationale belge est un véritable spécialiste de la pêche du gardon

Amorce à gardon en hiver, quelle couleur ?

Dans 90% des cas, Geoffrey utilise une amorce à gardons de couleur foncée, voire noire.  En cette saison les eaux sont assez claires et froides, les poissons moins actifs. La couleur sombre lui semble donc plus intéressante pour attirer nos poissons blancs et aussi éviter un maximum les prédateurs qui eux sont en chasse.

Pour les 10% de cas restant seulement, Geoffrey utilise une amorce couleur naturelle (brune), notamment pour des cours d’eau comme le Canal Albert, la Meuse. Ces eaux sont souvent plus profondes ou avec du courant. Pour les étangs, il est parfois intéressant d’utiliser une amorce marron, brune qui permet d’attirer un peu toutes sortes de poissons.

En hiver et dans 90% des cas, Geoffrey utilise une amorce noire

Dans 10% des cas ou en présence de fonds importants et/ou de courant, l’amorce choisie est brune

Comment teinter l’amorce à gardon pour l’hiver en noir?

Pour colorer l’amorce en noir, Geoffrey utilise le noir de vigne (pigment naturel). Il ajoute en général entre 80g et 140 gr de noir de vigne pour 3kg d’amorce. Cela dépend de l’intensité foncée qu’il souhaite obtenir mais aussi de la quantité d’argile humide ou de terre qu’il additionne au mélange. La terre appauvrit le mélange et l’alourdit. Pour 3 kg d’amorce sèche, il incorpore en général 1,5 à 2 kg d’argile humide et 120 gr de noir de vigne. Il obtient ainsi un mélange d’une belle couleur, comparable à une majorité des fonds rencontrés dans les lieux de pêche.

noir de vigne amorce à gardon hiver étang

Après l’ajout de noir de vigne et d’argile, l’amorce change d’aspect et offre un effet de mimétisme intéressant

 

Même si c’est un spécialiste du gardon, Geoffrey ne néglige pas les brèmes. Retrouvez ses astuces et bien d’autres sur notre chaîne YouTube Garbolino France.

 

Vous pouvez nous suivre sur la chaîne YouTube Garbolino France pour plus de conseils sur la pêche au coup ou notre page Facebook Garbolino France

pêche au coup au pain emporte pièce

Le pain est une esche redoutable et utilisée depuis des lustres par les pêcheurs au coup. Nous vous proposons ici une approche moderne de la pêche au coup au pain. Approche très simple à mettre en place mais qui fonctionne à merveille lorsque les eaux sont claires. Olivier vous livre son approche et à vous les gardons et les belles pêches d’automne et d’hiver.

 

Rien que du pain pour la pêche au coup au pain

 

Il s’agit d’une pêche exclusive au pain. Il sert aussi bien d’amorce pour préparer son coup, attirer les poissons de loin et les maintenir sur place, que d’esche placée à l’hameçon. Le coût d’une partie de pêche est infime et ne vous coûtera qu’un paquet de pain de mie du commerce. La préparation quant à elle, loin d’être fastidieuse vous coûtera par contre, un peu de temps.

 

– La préparation du pain-amorce

Commencez par retirer les croûtes du pain de mie afin d’obtenir une amorce parfaitement immaculée. Vous pouvez vous épargner cette étape en optant pour un pain de mie sans croûte aussi comme je le fais. Puis, prélevez 5/6 tranches que vous émiettez succinctement et passez les au broyeur – blender – moulin à café au choix de votre cuisine. La tendreté du pain de mie permet de réaliser l’opération très rapidement. On obtient le volume suffisant pour plusieurs heures de pêche. Il suffit de serrer une poignée de cette chapelure de pain de mie pour se rendre compte qu’il est suffisamment collant pour être jeté dans l’eau en l’état.

Si vous pratiquez en eau profonde ou en présence de courant, je vous suggère de rajouter une grosse poignée de graviers ou de terre de taupinière. Pour amorcer, il suffit de confectionner quelques boules de la taille d’une mandarine et de les déposer à l’aide d’une coupelle d’amorçage. Elle vous garantit une précision et une discrétion extrême. Si les touches s’estompent, redéposer une boulette de la taille d’une grosse noix.

 

 

 

– Préparation du pain-esche

Deux tranches de pain de mie suffiront là aussi. Passez-les aux micro-ondes pendant 20 secondes puis, à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, écrasez-les. Vous obtenez deux tranches très élastiques. Pour éviter qu’elles ne sèchent, placez-les dans un sac en plastique.

Une fois au bord de l’eau, ce pain d’eschage sera emporte-piécé pour être placé à l’hameçon sous-forme de petits disques de 4 ou 6 mm. Une fois immergé, le petit cercle aplati par l’action du rouleau à pâtisserie va prendre un aspect duveteux dans l’eau, mais le cœur lui, reste ferme et l’hameçon toujours bien en place même après une touche manquer. Les gardons pourront le gober sans aucun souci; et il suffit de calquer le diamètre du disque utile sur la taille des poissons présents.

 

 

pêche au coup au pain de mie conservation pêche au coup au pain eschage hameçon

 

Le matériel employé pour la pêche au coup au pain

Cette pêche exige de la finesse et l’emploi d’un flotteur sensible munie d’une antenne fine capable de détecter des touches parfois furtives, un SP 04 en l’absence de courant et un SP M17 dans le cas contraire. Le flotteur est plutôt léger (de 0.2 à 1gr), mais doit pouvoir être conduit dans le courant si courant il y a et la plombée toujours étalée, car même en hiver, les poissons peuvent venir à la rencontre de l’esche au-dessus du fond.

montage de ligne pour la pêche au coup au pain en étang canal ou ruvière lente avec flotteur sp m17

 

L’hameçon joue un rôle important.

Je le préfère :

  • fin de fer pour ne pas abîmer le pain
  • et à tige moyenne pour l’escher facilement,

surtout avec les mains froides.

Une couleur nickelée se marie parfaitement avec la couleur blanche du pain. Cette finesse exige l’emploi d’un élastique intérieur de faible diamètre (0.6 à 0.9 mm) lui aussi pour éviter les décrochages sur de petites prises tout en se gardant la possibilité de capturer quelques gardons plus jolis. Le pain n’est pas une esche très sélective, mais il vous garantit d’avoir toujours des touches.

 

 

 

 

 

N’hésitez pas à visionner nos vidéos sur la chaîne YouTube Garbolino France et nous suivre  sur la page Facebook Garbolino France