Menu
Home Tags Posts tagged with "hameçons"

hameçons

La série Garbolino Speed Match

Garbolino propose aujourd’hui une vaste gamme d’hameçons destinés à toutes les pêches au coup. Regroupés en plusieurs familles selon les types de pêches, ils se déclinent encore en leur sein pour s’adapter au plus proche des poissons visés. Faciles à reconnaître, voici un descriptif détaillé pour vous garantir un choix judicieux.
Les hameçons Garbolino SPEED MATCH sont parfaitement adaptés aux petits poissons et aussi aux pêches rapides. Une tige longue et une forme Crystal caractérise toute la gamme. Tige et pointe sont rapprochées pour maintenir les appâts délicats et/ou mobiles facilement tout en conservant un bon maintien de la prise. Ces hameçons favorisent un eschage rapide des appâts les plus fragiles et un décrochage facilité par le pêcheur qui gagne ainsi en efficacité. Made in Japan, ils sont fabriqués dans un métal résistant, qui procure en outre une pointe ultra piquante et quasiment inusable. La présence d’un micro ardillon permet de présenter des esches vivantes intactes et attractives.
Les hameçons SPEED MATCH se déclinent en 3 versions de force, correspondant au diamètre de fer employé. L’ULTRA FINE est idéal pour toutes les pêches techniques et de petits poissons au vers de vase ou pinky, fifises. Le MEDIUM est à peine plus fort de fer et parfait pour les pêches rapides. Pour finir, le X-POWER est le plus costaud et le compagnon idéal pour toutes les pêches très rapides de beaux poissons ou encore de poissons-chats qui peuvent être délicats à décrocher.
 

Garbolino Ultra Fine Speed Match 2110BZ

   
 – Tailles disponibles : 18 à 26
 – Hameçons Non Montés Compétition «ULTRA FINE SPEED MATCH»
 – Hameçon Bronze à longue tige et ultra fin de fer
 – A palette et micro-ardillon
 – Idéal pour les pêches techniques de poissons blancs
 – Pochette de 15 hameçons

Garbolino Medium Speed Match 2120BZ

   
 – Tailles disponibles :  14 à 22
 – Hameçons Non Montés Compétition « MEDIUM SPEED MATCH »
 – Hameçon Bronze à longue tige et moyen de fer
 – A palette et micro ardillon
 – Idéal pour les pêches rapides de poissons blancs
 – Pochette de 15 hameçons

Garbolino X Power Speed Match 2130BZ

   
 – Tailles disponibles :  12 à 20
 – Hameçons Non Montés Compétition «XPOWER SPEED MATCH»
 – Hameçon Bronze à tige extra longue et fort de fer
 – A palette et micro ardillon
 – Idéal pour les pêches rapides ou l’emploi d’esches volumineuses est de circonstance
 – Pochette de 15 hameçons

3 3482

Afin de se préparer pour la saison prochaine, je vous propose une série d’articles dédiés à la pêche au toc.  Le premier aura pour vocation de s’attaquer à certaines légendes tenaces qui touchent cette technique. Prenons pour exemple quatre thèmes maintes fois rebattus, parfois sans réels discernements :

La construction de la plombée :

Le sujet de la plombée passionne les tocqueurs. On ne compte plus les pages, qu’elles soient papiers ou numériques, dédiées à cet enfilade de cristalogène. La règle antédiluvienne, dogmatiquement rabâchée par quelques grands noms de la discipline, pourrait se résumer de la façon suivante : «  il convient de faire évoluer sa plombée à chaque poste selon le courant et la profondeur ». Cette théorie est quasiment inapplicable sur le terrain. En effet, la perte de temps engendrée par des modifications incessantes du bas de ligne n’est en rien compensée que le gain d’efficacité découlant d’une présentation améliorée de l’appât, d’autant qu’il est possible de l’obtenir par d’autres subterfuges.  Par ailleurs, cette démarche aveugle va à l’encontre de la stratégie de pêche génératrice de réussite qui consiste à définir sur quel type de postes se trouvent les truites tel jour à telle heure, afin de les cibler exclusivement. Dans l’idéal, on pêche donc un seul couple vitesse/profondeur, correspondant à une seule plombée.

En pratique, j’utilise une plombée d’ensemble (article à venir sur la construction de la plombée) en m’adaptant aux variations de profondeur et de courant des différents coups par une modification de la tension de la bannière (qui doit être légèrement plus molle en cas de cendrée trop légère et inversement, plus tendue en cas de plombée un peu trop lourde).  Dans 80% des cas, ces ajustements de la tenue de canne sont suffisants pour présenter l’appât de façon optimale. Lorsque ce n’est pas le cas (prospection d’un poste aux caractéristiques très différentes des autres), il ne faut pas s’entêter et accepter de perdre quelques secondes pour modifier sa plombée !

 Simon Scoda TOC Entre Mythe et Réalité 2  Pour passer creux en toutes circonstances sans perdre de temps, jouez de la tenue de canne !

 La représentation de la dérive :

La dérive, qui pourrait se définir comme le laps de temps écoulé entre le moment où la ligne touche l’eau et le moment où le pêcheur la retire, est un autre concept victime d’affabulations. Tous les schémas nous la représentent par une belle courbe dans la colonne d’eau ; la plombée dégressive permettrait de faire passer appât/plombée/guide fil dans cet ordre.  Ceci n’est quasiment jamais observé en réalité, même lorsqu’on pêche  « aval » en dérive naturelle. En effet, cette théorie simpliste  néglige totalement les différences de vitesse de courant qu’il existe aux différents étages de la colonne d’eau. Le courant le plus puissant étant généralement situé en milieu de colonne (au niveau de la plombée), alors que près du fond (là où se trouve normalement votre appât), le substrat caillouteux hétérogène perturbe l’écoulement du flux ; il n’est plus laminaire et donc ralenti, tout comme votre appât… ce dernier passe donc fréquemment après les plombs (ou à côté), n’en déplaise à certains ! Je vous rassure, ce n’est pas ce qui empêche la truite de mordre ! Ce qu’il est important de garder en mémoire, c’est qu’une dérive est réussie quand :

 votre appât passe bien au ras du fond (le fait de sentir qu’on pêche creux s’acquiert avec l’expérience). le dragage est limité au maximum (l’appât suit la veine de courant choisie sans la couper). la bannière n’est pas trop tendue (un léger mou permet à la truite de bien aspirer l’esche et limite les vibrations indésirables).

C’est sur ces points qu’il faut travailler !

 Simon Scoda TOC Entre Mythe et Réalité 3

Ce n’est certainement pas le ver qui s’est présenté en premier à la truite, mais le résultat est là !

Le choix du diamètre du nylon :

« Aujourd’hui, la pêche était dure, aucune touche en 10/100, et dès que je suis passé au 8/100, je les ai enchaînées ». Vous avez sans doute déjà entendu ce genre de remarques farfelues.  Pourtant, il est hautement probable que la truite ne perçoive aucune différence entre ces 2 diamètres de nylon.  La finesse n’a pas pour vocation à soustraire le nylon à la vue des truites (essayer de pêcher en direct avec du fil fluorescent, vous seriez surpris du résultat !) mais plutôt de présenter l’appât de la meilleure façon qui soit. Le choix du diamètre du nylon doit conduire à un montage homogène : Comment une petite larve peut-elle se comporter naturellement au bout de gros nylon en 18/100 ? Un tel bas de ligne briderait trop les mouvements de l’appât et l’empêcherait d’atteindre le fond. Une esche si légère s’accommodera mieux d’un bas de ligne en 12/100, dont la solidité est suffisante dans l’immense majorité des cas. Pour le corps de ligne, l’affinage sert à faciliter le lancer : par exemple, le pêcheur qui utilise une canne fil intérieur en été a intérêt à diminuer le diamètre du corps de ligne pour garder un coulissage optimal avec des plombées légères, un nylon en 12/100 peut être utilisé en corps de ligne.

En dehors de quelques cas particuliers, la course à l’affinage ne se justifie pas vraiment. Elle ne sert à certains qu’à valoriser leurs belles prises d’une pseudo plus-value… Personnellement, je préfère  abréger au maximum les combats, car leurs conséquences sur la santé des poissons sont très néfastes quand ils s’éternisent. Surtout, il ne sert à rien de mettre l’absence de touche sur le compte d’un diamètre trop important de la ligne ! Mieux vaut creuser d’autres pistes, en particulier le choix des postes, le type d’appât (ou sa grosseur)… etc. Nous y reviendrons !

Simon Scoda TOC Entre Mythe et Réalité 4

Pour des truites de ce calibre dans les eaux fortes printanières, un bon 14/100 n’est pas superflu !

Le choix de l’hameçon : L’hameçon est incontestablement l’élément le plus important de votre montage. C’est le lien ultime entre la truite et le pêcheur. S’il convient de ne pas négliger son choix, interrogeons-nous quand même sur le bien fondé de la diversité de l’offre actuelle.  Rares sont les consensus à son sujet : par exemple, au niveau de la couleur, les uns l’adaptent à la teinte de l’appât, les autres prônent le nickelé en tout circonstance. Pour la forme également, les débats font rage entre adeptes des courbures arrondies, des formes crystals, ou anti-décroche. Difficile de s’y retrouver ! Si l’on s’interroge beaucoup sur la couleur et la forme de la courbure, on oublie trop souvent une autre caractéristique essentielle : la force de fer. L’influence de la forme sur le décrochage est sans commune mesure avec celle de la force de fer (bien que le marketing tende à nous le faire oublier…). Un excellent piquant et une relative finesse de fer permettent une pénétration optimale dans la mâchoire de la truite. Revers de la médaille, les hameçons trop fins ont tendance à s’ouvrir lors des combats un peu trop musclés…  Ainsi, j’utilise toujours une  force de fer la plus faible possible relativement à la taille des truites convoitées (là aussi, tout est affaire de compromis). Pour enfiler teignes, vers ou sauterelles (90% des cas pour ma pratique) les Gamakatsu 1040R initialement destinés à la pêche au coup sont irremplaçables. J’adapte simplement la taille à la grosseur de l’appât : 8/10/12 voire 14 pour les micro-vers qui font fureur dans les maigres radiers estivaux (article à venir sur les appâts de saison). Pour les appâts épinglés, je préfère une tige courte, type gamakatsu 1010N. Simon Scoda TOC Entre Mythe et Réalité 5

Victime d’un Gamakatsu 1040R n°10 !

  A bientôt Simon SCODAVOLPE