La pêche au coup vu d'Outre Manche - Garbolino
Menu
Home Pêche au coup La pêche au coup vu d'Outre Manche

Le carpodrome (étang commercial) est apparue bien plus tard sur le continent qu’en Angleterre. On a commencé à parler de carpodrome à la fin des années 1990 en France, avec un boom depuis l’an 2000. En Angleterre, les fameuses Fisheries sont nombreuses et pour certaines très anciennes.

Cette donnée explique en partie de grosses différences d’approche entre la pêche en carpodrome en France et la pêche en fishery. Olivier Wimmer, qui a eu l’occasion de voyager en Angleterre à plusieurs reprises, dresse un comparatif intéressant de ces deux mondes de pêche au coup.

 

Points communs entre carpodrome et fishery

Nos réseaux hydrographiques publics sont aussi riches d’un côté et de l’autre de la Manche. Si les fisheries sont apparus plus tôt au Royaume Uni, c’est pour contenter une masse de pêcheurs de compétition beaucoup plus importante qu’en France. Si la pêche de loisir est très populaire chez nous, en Angleterre, c’est la pêche de compétition qui est une véritable institution. Ce qui a fait, et fait le succès des étangs commerciaux des deux points de vue, c’est:
  • Une désertification des plans d’eau, rivières et canaux publics également.
  • L’invasion du grand cormoran n’y est pas innocente non plus.
  • Canaux, rivières publics sont devenus avec le temps, moins accessibles en automobile pour faire place aux pistes cyclables et s’est produit un rapport de cause à effet.
Moins de pêcheurs au bord de l’eau, moins d’agitation, c’était champ libre à la prolifération de cette espèce piscivore. Loin de moi l’idée de l’accabler de tous les maux et dysfonctionnements, mais ce phénomène ne peut être écarté. Un accès plus difficile, moins de poissons et plus difficiles à capturer, de nombreuses contraintes ont fait que dans une société où chaque minute compte pour ceux qui travaillent, vont à l’école, il a fallu proposer une alternative où le rapport, investissement financier/temps/plaisir, s’équilibre. La pêche en carpodrome avait la voie tracée et libre.

La voie royale pour le développement des étangs commerciaux

Tout comme en Angleterre et ses fisheries, ainsi naquirent les carpodromes en France pour le bonheur de tous. Pris pour une mode durant un temps. L’étang commercial est devenu un phénomène de masse et une autre façon de pêcher. Au départ, on a surtout vu des jeunes s’y mettre, avides de sensations car avec un sac de pellets et une ligne on pouvait « prendre rapidement son pied », mais avec le temps, même les plus anciens y ont pris goût. La pêche en carpodrome a aujourd’hui ses adeptes, ses grandes épreuves et son circuit de championnats, tout comme en Angleterre où on distingue le circuit « Commercial ».

Carpodrome ou fishery, même constat, il est possible de prendre beaucoup de poissons. Avec la bonne approche évidemment, mais sans se ruiner !

Des différences halieutiques entre carpodrome et fishery

Sur le plan halieutique, il y a 2 grosses différences entre la situation française et anglaise, ce qui fait varier les approches. Les fisheries anglaises sont très fréquentées. Dans certaines il y a dans la semaine, ce qu’on appelle des Open Match. Ouverts à tous, jeunes comme anciens s’affrontent et ce, de janvier à décembre. Ceux qui travaillent de nuit, ceux qui travaillent 1 jour sur 2 etc. Les plus anciens à la retraite peuvent venir quand bon leur semble. On trouve de tout. Le weekend est consacré aux grosses épreuves où se déplacent souvent les meilleurs pêcheurs en raison de gains alléchants. Cette fréquentation importante a un impact sur le cheptel.  Des milliers de capture et “release” pour des poissons très éduqués et devenus méfiants avec le temps. Dans ces petits plans d’eau où la compétition alimentaire fait rage, les poissons ont une capacité de croissance limitée. Il n’y a guère que dans les grands étangs et réservoirs que les poissons ont tout le loisir et la nourriture naturelle pour croître en taille et en poids.

Des plans d’eau creusés et aménagés pour la pêche moderne

Au départ, des carpes avaient surtout été introduites. Par contre, très rapidement d’autres espèces ont été introduites afin de pratiquer la pêche toute l’année. Les fisheries ont pour la plupart étaient construites de toute pièce et elles pullulent. On creuse, on donne l’aspect et la forme qu’on souhaite. Puis, on met de l’eau et après quelques mois, c’est prêt à pêcher. Je caricature mais nombreux sont les étangs nés ainsi en plein champ. En France, on a fait avec l’existant. Nos nombreux étangs souvent déjà bien poissonneux. Grâce à une gestion exemplaire, ont vu leur cheptel de carpes grossir en nombre. On y trouve donc des poissons de belle taille, très belle taille qui cohabitent avec des plus jeunes. Nos carpes sont plus grosses, c’est un fait, plus combatives, parfois moins méfiantes aussi. Pour le moment, il n’y a pas de cohabitation ou très peu, avec d’autres espèces. La pêche en carpodrome s’étale de mai à fin octobre environ, période d’activité pour ce poisson.

L’exemple d’un complexe anglais, un des nombreux étangs du complexe de White Acres. Notez le nombre de postes et toutes les techniques autorisées. Un modèle de carpodrome

Différence d’approches techniques

Carpodrome français et fishery anglaise, la pêche ne s’y pratique pas de la même façon. Du printemps à la fin de l’été, les carpes sont la cible en Angleterre, mais il n’est pas rare que les bourriches soient complétées par des brèmes, des carassins et aussi par le fameux F1 qui fait doucement son apparition en France. C’est un poisson sport, un hybride entre une carpe et un poisson d’ornement. Il ne peut se reproduire et ne croître que jusqu’à 3 ou 4 kg maximum. Mais il fait le bonheur de tous ceux qui maîtrisent sa pêche. En France, seules les carpes sont comptabilisées dans les épreuves « carpodrome».

Grosse carpe dans un carpodrome en France…

F1, carpes et tout venant dans les fisheries !

Mais aussi des poissons blancs et des carnassiers dans les fisheries, de quoi pêcher toute l’année !

La pluralité d’approche de nos amis anglais

En Angleterre, la pêche est dite « libre », c’est-à-dire qu’on peut pratiquer aussi bien à la grande canne, qu’à l’anglaise ou encore au feeder. Chez nous, nous autorisons seulement la pêche à la grande canne. La configuration de nos étangs explique cela. Dans l’hexagone, les berges sont relativement linéaires et d’allure artificielle et on tente d’optimiser la superficie au maximum. Au Royaume-Uni, la végétation a sa place. Beaucoup de formes sont les fameux Snake Lake (étang en forme de serpent). On trouve certains sous forme des canaux, de plus larges parsemés d’ilots, etc. Un ponton permet aux pêcheurs de s’installer tous les 10 mètres environ.

Un exemple de fishery avec des pontons installés tous les 10 mètres environ. Les postes aménagés pour pratiquer toutes les pêches.

 

Différences d’approches stratégiques

Ces façons de faire impliquent des différences de stratégies de pêche. Au regard de la méfiance des poissons, les anglais ont pour habitude d’attaquer prudemment et de construire leurs coups. Il leur arrive fréquemment de combiner pêche au method feeder, pellet waggler, grande canne, bordure, pêche de surface. Concernant la pêche à la grande canne et la pêche de bordure qui nous sont communes, ils pêchent beaucoup plus fin et léger au niveau de leurs montages de lignes, mais aussi en matière d’élastique.  

Des élastiques en moyenne beaucoup plus fins en Angleterre.

    Chez eux, une carpe de 5 kg est un gros poisson déjà. En France, on parle de spécimens ou de grosses carpes à partir de 8/10 kg. Je ne veux pas dire par là que nous autres français pêchons « grossier », mais nos montages de lignes sont adaptés à nos poissons, qui sont par endroit de véritables brutes.

Une approche plus light pour nos amis anglais

En Angleterre, les corps de ligne flirtent entre 14 et 18/100ème alors qu’en France, c’est entre 18 et 25 aux beaux jours. Les flotteurs sont également en rapport dont le rapport poids/diamètres de l’antenne, plus léger et plus fine en Angleterre tel que le prouve cette gamme de flotteurs dédiés. Il en est de même pour les hameçons dont la taille et le diamètre de fer sont considérablement plus important en France. Nous utilisons les mêmes appâts : Pellets, maïs, vers de terre, asticots, pâte à escher.  

Des poissons parfois plus petits mais surtout plus éduqués, obligent les pêcheurs anglais à adapter leur matériel et leur approche.

    Encore une fois, la différence se joue au niveau des quantités. Ce n’est pas un hasard si la coupelle de scion est née en Angleterre ou encore le method feeder. Ces deux techniques meurtrières permettent de pêcher dans un mouchoir de poche avec juste la quantité d’appâts nécessaire. A contrario, nous utilisons peu d’amorce dans nos carpodromes alors que les anglais en font grands usages. Ils utilisent beaucoup le Luncheon Meat aussi, qui apparaît doucement en France. Preuve que les poissons anglais ont eux aussi des goûts culinaires différents.

Les voyages forment les pêcheurs, après la France, l’Angleterre, Olivier vous emmènera en Belgique et en Italie …

   

Darren Cox, directeur commercial SERT pour l’Angleterre et ancien compétiteur international a mis au point une gamme de bouchon carpe au coup spécialement dessinés pour la pêche en fishery. Les nouveautés 2018 reprennent les formes populaires de la précédente gamme DC avec de nombreuses innovations techniques pour une solidité et une longévité accrues.

Une gamme de bouchon carpe au coup large et diversifiée

– Corps en mousse de Rohacel recouvert d’une peinture ultra solide, – Finition solide et robuste pour une longévité accrue – Antenne creuse pour une meilleure visibilité – Code couleur à la base de chaque flotteur pour identifier facilement sa portance

1 – Flotteur Garbolino DC C02 Un modèle idéal pour les pêches de bordure, équipé d’une antenne creuse épaisse de 2.5mm et d’une quille en fibre de verre d’1mm et indissociable du corps, mais aussi d’un oeillet solidement greffé qu’aucune carpe ne pourra arracher. Disponible de 0.10 à 0.40 gr.

2 – Flotteur Garbolino DC C12 Un modèle en forme de ballon de rugby allongé, surmonté d’une antenne creuse d’1.2mm et d’une quille métallique cette fois, une forme idéale pour les pêches techniques de carpes, carassins et F1 lorsque les eaux sont froides. La quille offre une grande stabilité y compris dans les conditions venteuses, l’antenne quant à elle reste visible dans des conditions de luminosité faible consécutives du mauvais temps. Disponible de 0.20 à 0.80gr.

3- Flotteur Garbolino DC C15 Successeur du fameux DC18, ce modèle est équipé d’une antenne creuse d’1.5mm et d’une longue quille métallique offrant une grande visibilité et stabilité dans les plus difficiles des situations. Idéal pour toutes les pêches de carpes mais aussi de brèmes avec tout type d’appât. Les plus grosses tailles permettent d’aborder les plans d’eau les plus profonds. Disponible de 0.20 à 2 gr.

4 – Flotteur Garbolino DC C32 Petit frère du DC C12 mais cette fois équipé d’une quille en carbone pour des poisons très tatillons, disponible de 0.10 à 0.60gr

5 – Flotteur Garbolino DC C41 Basé sur l’ex DC6T, ce modèle est équipé d’une longue et épaisse antenne d’1.75mm d’épaisseur et d’une solide quille en carbone. Il est parfait pour rechercher les plus beaux poisons sur des nylons costauds mais avec des lignes courtes, idéal pour pêcher au large au ras d’un obstacle ou le long de bordures encombrées. Disponible de 0.05 à 0.40gr 6 – Flotteur Garbolino DC C45 Equipé d’une longue et très épaisse antenne de 2 à 2.5mm et d’une imposante quille en carbone, ce modèle permet de différencier les véritables touches des touches de ligne lorsque les poisons se frottent au nylon ou nagent à proximité de l’hameçon sans le saisir. Un flotteur qui sera un atout pour les pêches intensives de carpes. Disponible de 0.20 à 1gr. 7 – Flotteur Garbolino DC C62 Un flotteur à fil intérieur pour une solidité accrue et prévenir de tout type d’emmêlements, équipé d’une quille en carbone, il est ideal pour toutes les pêches de surface. Disponible de 0.10 à 0.30gr 8 – Flotteur Garbolino DC C73 Un flotteur en forme de stick, habituellement prévu pour les pêches à a longue coulée au moulinet, ce modèle est prévu pour les pêches à la grande canne, idéal pour la pêche aux casters ou à l’asticot ou encore au chènevis. Disponible de 0.15 à 0.60gr.

La pêche du chevesne au coup est une pêche hyper maîtrisée par nos amis britanniques. Dans le plus pur style anglais, notre ami Darren aborde la mythique rivière Avon, sur laquelle il nous emmène pour ce reportage. Elle coule à 5 minutes de chez lui et évidemment il la connaît comme sa poche.

 

Pêche à l’anglaise du “chevesne au coup”

La pêche à l’anglaise, telle que nous autres français la nommons, n’existe pas sous ses termes Outre-Manche. Nous avons importé la technique en France, mais cette pêche est bien l’essence même de la pêche au coup en Grande-Bretagne. Avant de pêcher à la grande canne, tout le monde n’utilisait que des cannes à moulinet, d’où leur aisance que chacun admire. La pêche au waggler est utilisée depuis des décennies, mais celle au stick aussi. Ce flotteur anglais lui aussi, s’apparente à un flotteur de pêche au coup classique, fixé en deux points, mais destiné de part sa conception à la pêche en rivière à la longue coulée. Doté d’une antenne ménagée à même le corps du flotteur et d’une quille épaisse. C’est la technique idéale en eaux courantes. Une approche relativement méconnue en France où nous privilégions plus volontiers la bolognaise. Chevesne au coup rivière Avon

La rivière Avon, terrain de jeu favori de Darren Cox

 

Terrain propice

L’Avon est une rivière qui ressemble à beaucoup d’autres de notre hexagone. Un fond de gravier, un courant vif et une profondeur irrégulière en raison des obstacles qui jonchent le cours d’eau, un terrain qu’affectionnent tout particulièrement les chevesnes, la cible du jour de notre champion. Pêche chevesnes au stick Avon

Mise à l’épuisette d’un Chub par l’ami Darren

 

Stratégie

Darren décide d’aborder un léger « mort » (aval d’un obstacle où le courant est plus lent que la moyenne) tapissé de gravier. A cet endroit, tout un tas de débris et évidemment aussi de nourriture naturelle se déposent. En plein milieu de sa coulée, la profondeur chute brusquement passant d’un à 1,80 mètre. L’endroit rêvé où Darren choisit de déposer ses esches, car c’est une véritable zone de confort pour les chevesnes. Pas d’amorçage à base de farines, Darren opte pour des esches typiquement anglaises elles- aussi. 3 bons litres de Caster et autant de grains de chènevis cuits. Cela peut paraître beaucoup, mais la rivière est truffée de petits gardons, vandoises et d’ablettes voraces. Pour maintenir les chevesnes en haleine, il faut garder un rythme d’agrainage élevé. Chub stick rivière avon

Le rythme des captures est soutenu

Matériel

Pour guider et garder tout contrôle de sa ligne, Darren opte pour une canne longue de 4,50 mètres, une Garbolino Essential Match Float Distance. Une canne longue, mais souple et ultra polyvalente est adaptée aussi bien aux petits sujets qu’à un éventuel poisson bonus. Le nylon du moulinet, un 18/100ème, est terminé par un bas de ligne de 12/100ème (Garboline Super Soft) équipé d’un hameçon N°15. Le flotteur, le fameux stick, est équilibré à l’aide de plombs sphériques N°8. Ils sont uniformément étalés sur toute la ligne de manière à pouvoir être pêchant à tous les niveaux, au regard des variations de profondeur. L’esche la plus prenante était un double caster. Selon Darren, la meilleure façon d’éviter les petits poissons, était d’agrainer une grosse poche de caster. Il agraine, non pas en face de lui, mais 2 mètres en aval. Puis il pêche encore 5 mètres plus bas dans la coulée pour ne prendre que les chevesnes ! champion anglais pêche chevesne au coup

Bravo Champion

La pêche au coup au pain en hiver: une technique quelque peu oubliée!!!

L’hiver est là, pour certains c’est le temps de la trêve, pour les courageux c’est quand même l’occasion de réaliser de très belles bourriches. Evidemment le froid a un impact considérable sur la mobilité et donc l’appétit des poissons, néanmoins en choisissant bien son poste et grâce à des techniques et des montages adaptés, il est toujours possible de passer quelques heures très lucratives au bord de l’eau. 

Une esche ancestrale

Le pain est une esche ancestrale pour la pêche au coup des gardons. Utilisée par les anciens, elle est un peu passée de mode au profit des appâts vivants. Mais je n’ai pas peur de dire que dans ces conditions hivernales, eau cristalline, poissons furtifs, le pain peut concurrencer le plus rutilant des vers de vase quand il s’agit d’une pêche délicate de gardons. Beaucoup s’en privent donc à tort : Le pain est un appât très économique qui peut être utilisé à la fois comme esche et comme amorce destinée à des poissons méfiants.

Amorce

Rien de plus simple que de préparer une amorce à gardons avec un ingrédient unique. Deux solutions s’offrent à nous, aussi simples l’une que l’autre. La première consiste à utiliser du pain rassis de récupération et de le broyer sommairement sous forme de chapelure. Un simple coup de tamis et on obtient facilement la granulométrie désirée. Il suffit ensuite de rajouter de l’eau en fonction de la profondeur de l’endroit, pour former des boulettes plus ou moins compactes en fonction de la consistance voulue. La chapelure gonfle énormément et quelques centaines de grammes suffisent à pêcher des heures durant. La seconde méthode consiste à passer au mixer domestique des tranches de pain de mie en ayant pris soin de retirer la croûte qui peut entraver le broyage. La cuisson du pain de mie évite même toute forme de mouillage. Même sans eau, on peut facilement former de grosses noix qu’il suffit de déverser sur le coup à l’aide de la coupelle d’amorçage. Pêche au pain en hiver Wimmer.1

Une pluie de chapelure blanche déversée à la coupelle, une méthode d’amorçage très efficace pour les gardons, mais aussi les petites brèmes !

L’eschage du pain

Les tranches de pain de mie sont les plus pratiques pour extirper des lambeaux qu’on peut ensuite facilement placé sur l’hameçon. L’eschage du pain n’oppose pas de difficultés en soi. Mais pour extraire des morceaux à la fois réguliers et qu’on peut ensuite délicatement disposer sur l’hameçon, mieux vaut s’aider d’un outil idéal : Le Bread Puncher. Cet emporte-pièce très pratique permet d’obtenir des tronçons de pains de diamètres variés grâce auxquels on peut s’adapter à la taille et l’appétit des poissons présents. Il est même inutile de toucher la noquette de pain pour y glisser l’hameçon. Une fente latérale au sommet du bread puncher permet de faire pénétrer l’hameçon aisément. Un plus quand l’hiver on vient à porter des gants pour mieux supporter le froid. Pêche au pain en hiver Wimmer.2

Des emporte-pièces de diamètres différents pour coller à l’appétit des poissons

 

Montage de ligne pour la pêche au coup des gardons au pain en hiver : L’avis de Darren Cox

“Pour cette pêche au coup hivernale et délicate, j’emploie un flotteur sensible et effilé, le Garbolino DS9. Son poids dépend de la profondeur, mais est compris entre 0.20 en l’absence totale de vent, et 0.60 si les poissons sont coopératifs. Je prépare toujours deux lignes pour la pêche au gardon l’hiver. Pour la distance de pêche, j’ai l’habitude d’amorcer à la première cassure. L’hiver les poissons, et surtout les gardons ont l’habitude de se tenir là. J’emploie un hameçon fin de fer pour Escher des noquettes d’un diamètre compris entre 3 et 5mm. En fonction des touches, je place mon olivette entre 25 et 35cm de la boucle du bas de ligne et étale 3 plombs ronds n° 11 au dessous régulièrement. Je démarre toujours de manière positive avec une belle bouchée. En effet les poissons qui sont aux alentours répondent en général assez vite et il n’est pas rare de piéger les plus gros gardons et même des plaquettes dans le premier quart d’heure. Dès que les touches ralentissent, je passe à ma ligne plus légère. Mes deux lignes pour cette pêche au coup hivernale sont reliées à un élastique Garbolino de couleur et de diamètre 0.7mm. IL est polyvalent et me permet de faire face à tous les poissons. » Pêche au pain en hiver Darren Cox.1Montage de ligne pour la pêche au coup au pain en hiver.1

En fin de saison et d’automne à l’hiver en Angleterre, les festivals battent leur plein. Les carpes sont moins actives et ceux-ci sont alors dédiés à la pêche au coup des poissons blancs.

Chaque année se tient dans les Cornouailles, équivalent britannique que de notre chère Bretagne, dans le célèbre complexe de White Acres, le Festival Garbolino !

5 jours de compétition, 5 matchs de 5 heures chacun sur des étangs différents, où à l’issue le vainqueur se voit récompenser de la somme de 1000 £ !

C’est l’occasion pour de nombreux membres de nos « légions bleues » de se rencontrer et de se mesurer à 80 pointures nationales. Darren Cox, Ian Didcote, Kian Wardle, Simon Fry, Lee Edwards et d’autres pêcheurs Garbolino étaient présents.

At this time of the year, it’s all about festivals in the UK. Carp are feeding less and many matches are dedicated to silverfish. Every year in the Cornwall, at the famous White Acres fisheries, the Garbolino Winter Festival takes place. 5 days competition, Five 5 hours matches on different lakes, at the end the winner take 1000 £. Occasion for our Blue Legions to meet each other and fight against 80 English stars. Darren Cox, Ian Didcote, Kian Wardle, Simon Fry, Lee Edwards and more other back Garbolino Aces were present.     Festival Garbolino 2014 Darren Cox.1
Une belle bourriche de Darren Cox gardons, plaquettes et 1 barbeau

Darren Cox, gagne son secteur le jeudi et finit 3ème sur le lac Sycamore au poste N°12 avec 17 livres. Pêche réalisée entre 13 et 14 mètres aux pinkies et asticots morts après un amorçage à la farine.

Darren Cox, Section win and 3rd on the lake on Sycamore peg 12 on Tuesday with 17-4.All caught on 13 & 14 meters  pole on pinkies and dead maggots over Groundbait.  

Les règles sont simples :

–        Le classement se fait au poids chaque jour sur des secteurs chacun sur un lac différent,

–        Feeder et bomb sont interdits,

–        Les carpes ne comptent pas et doivent être remises à l’eau immédiatement,

–        Pellets, pâte, fouillis et vers de vase sont interdits,

–        Pas d’amorçage lourd à la main.

  Rules are simple : –        Classification on weighing, –        No feeder or bomb, –        Carps don’t count and release immediately, –        Pellets, paste, joker, bloodworm forbidden, –        No Balling  

La pêche

La pêche se compose de plaquettes, gardons, des fameux F1 et quelques barbeaux. Elle se pratique en bordure, à la grande canne, au waggler. Les esches employées sont le Caster, le pinkie et l’asticot vivant et mort, chènevis, pain.

Fishing is about skimmers, roachs, F1s and a few barbels down the edge, long pole, wag on casters, pinckies and maggots dead or alive, hemp, bread.   Festival Garbolino 2014 .2
La bourriche de Lee Edwards lui permettant de gagner son secteur

Lee Edwards qui gagne son secteur le jeudi avec cette superbe bourriche de 28 livres sur le lac Trellawny poste N°30.

Finally, Lee Edwards, 28lb section win on Thursday on Trellawny peg 30   Monsieur Régularité

Adam Wakelin clos une saison remarquable en remportant ce festival après une belle semaine où il a très bien exploité ses postes. Talonné de très près par Ian Didcote, un pêcheur chevronné et impressionnant de régularité, bravo à lui. Le podium est bouclé par Kian Wardle, un autre pêcheur talentueux.

  Mr Consistent Adam Wakelin finished a wonderful season by winning this festival after a great week during which he reached to sort out the better of each peg. Near him we found Ian Didcote, talented and impressive angler by his consistence. On 3rd place, comes Kian Wardle, an other talented angler. Festival Garbolino 2014 .3  

De gauche à droite, Kian Wardle, Adam Wakelin, Ian Didcote

From the left, Kian Wardle, Adam Wakelin, Ian Didcote

  Le classement final – Final Classification   Festival Garbolino 2014 . Classement Final   Pour en savoir plus, n’hésitez à consulter notre site internet garbolino.fr, et en particulier nos pages dédiées à la pêche de compétition, et suivez nous sur notre chaîne Youtube.   En Bonus, une vidéo du champion anglais Darren Cox pêchant des brèmes en surface à l’agrainage.