Trucs et Astuces - Garbolino
Menu
Home Trucs et Astuces

La pêche au coup de la carpe et spécimen exige l’utilisation d’un matériel adapté et un élastique intérieur sciemment choisi. Elastique intérieur creux ou plein ?

THOMAS DUMARCHE vous guide dans votre choix de matériel pour la pêche au coup de carpe et specimen. « J’utilise l’élastique plein GARBOLINO ZOMBIE SPECIMEN lorsque les eaux sont chaudes ou tempérées et l’élastique creux GARBOLINO BAZOOKARP COEX lorsque les eaux sont plus fraîches. »

Mais quelles différences entre l’élastique GARBOLINO ZOMBIE SPECIMEN et le BAZOOKARP COEX ?

  • Lorsque l’eau se réchauffe et que les poissons deviennent mordeurs

J’utilise toujours un élastique plein GARBOLINO ZOMBIE SPECIMEN. Ce modèle est plus puissant et en parfaite adéquation avec le nylon très fort que j’utilise, de 30 à 40/100ème voire même avec de la tresse en présence d’herbiers ! Le poisson est beaucoup plus actif . Je dois bénéficier d’un maximum de puissance pour sortir ces poissons de leur cachette. La taille de l’élastique ZOMBIE CARP SPECIMEN varie de 4,8 et 6 mm. Sa couleur lui permet de ne pas souffrir du soleil et de la chaleur. De plus, il ne souffre pas d’abrasion au contact des obstacles. Son conditionnement de 6 mètres dans un sachet fraîcheur me laisse la possibilité de le monter sur plusieurs brins ou alors sur plusieurs kits.
ELASTIQUE ZOMBIE SPECIMEN
 
  • Lorsque les eaux se refroidissent:

Je passe à l’élastique creux GARBOLINO Bazookarp Coex en 3,8 mm. En effet, je dois réduire le diamètre de nylon (20 au 23/100ème) pour provoquer des poissons très difficiles. Je prends la précaution de le tendre fortement pour que le ferrage soit efficace. Mais, je vais jouer sur sa souplesse conférée par son côté creux, pour amortir au maximum les rushs du poisson. Ce qui est très important quand on traque les spécimens avec un nylon de faible diamètre. C’est un élastique avec un très gros coefficient d’élasticité, conditionné en 3 mètres dans un sachet fraîcheur. Je recommande cet élastique qui m’a rapporté de très gros poissons malgré sa faible taille. Il a une très grande réserve de puissance tout en restant souple.  
ELASTIQUE BAZOOCARP COEX
  Pour aller plus loin sur le choix de votre matériel pour la pêche au coup carpe et specimen:
Montage d'un élastique pour la pêche de la carpe au coup

Jean-Michel nous indique comment procéder au montage de l'élastique intérieur pour la pêche en carpodrome !

Publiée par Garbolino France sur Lundi 13 avril 2020
       

montage-elastique-peche-au-coup-gardons-1

Montage d’un élastique intérieur sur un kit de grande canne pour la pêche du gardon au coup.

Le gardon est l’espèce reine de la pêche au coup. Sa pêche exige finesse et méticulosité à tous les stades de l’approche, tant au niveau de l’amorce et des esches que de la préparation du matériel. La réussite de vos parties de pêche commence dès la maison. L’élastique intérieur permet d’aborder la pêche du gardon avec des nylons de faible diamètre et des hameçons discrets, mais il doit être choisi et installé avec soin.  Le montage de l’élastique est une étape essentielle.

Montage de l’élastique: Un éventail de tailles

Le gardon peuple tous nos cours d’eau, étangs et lacs. Selon les endroits, sa taille varie évidemment, de quelques grammes à plusieurs centaines. Le matériel doit donc être adapté avant tout aux conditions de pêche que vous rencontrez. Cependant, concernant le choix du diamètre de l’élastique intérieur, il vaut mieux privilégier la finesse pour être certain de mettre au sec l’ensemble de vos captures. Il vaut mieux utiliser un élastique qui s’expulse aisément à la moindre impulsion, les ferrages sont mieux amortis et les prises même modestes, sont assurées. Un éventail de tailles de 0.6 à 1 mm permet de couvrir toutes les situations. Pour le gardon, je préfère recourir aux élastiques pleins qui permettent un ferrage tonique et d’élever plus facilement la cadence de pêche si nécessaire. elastique-plein-colore-solid-clx
Un éventail d’élastiques à choisir en fonction des conditions

La bonne longueur pour le montage de l’élastique

C’est la longueur de l’élastique au repos qui va déterminer sa souplesse. Un élastique trop court est évidemment plus raide et pour la pêche du gardon, c’est tout le contraire qu’il faut obtenir. C’est pourquoi j’installe systématiquement mon élastique dans deux éléments de ma canne, soit le scion et le porte-scion ce qui correspond à environ 1.50 mètre. En fonction des modèles, cette longueur varie, mais c’est une bonne moyenne. Cette longueur confère également une bonne réserve de latex que pourra solliciter un éventuel poisson-bonus sans risque de casse ou de décrochage sur un montage fin.

Une bonne protection : La tulipe interne

L’angle qui se forme entre le scion et le flotteur au moment du ferrage est le seul frein à l’expulsion à l’élastique. Si le scion ploie trop, les frottements sont importants et empêche une bonne glisse de l’élastique, aussi fin soit-il. Afin de minimiser les frottements et de favoriser cette expulsion, il convient de rigidifier l’ensemble et aussi ménager un orifice de sortie idéal. Pour cela, il n’y a pas d’autres solutions que de recouper le scion de quelques centimètres. Je vous conseille de posséder plusieurs diamètres d’élastiques afin de pouvoir faire face à toutes les situations. Mais quel que soit le diamètre de vos élastiques, il est important qu’ils possèdent tous la même longueur. Pour la pêche du gardon, la précision doit être ultime. Je place donc une tulipe interne en téflon qui protège l’élastique, même le plus fin, du carbone saillant. Pour ma part, je ménage une sortie globale de 2 mm ce qui me permet de recourir efficacement à des tailles variées d’élastiques.
Mise en place de la tulipe interne à la pointe du scion.

Mise en place de la tulipe interne à la pointe du scion.

La bonne connexion

Afin de relier efficacement et sûrement votre ligne à gardons à l’élastique, il convient de placer un connecteur adapté lui aussi à l’extrémité du scion. Il est important de mettre en corrélation diamètre d’élastique et taille du connecteur. En effet un gros connecteur couplé à un élastique fin va faire beaucoup de bruit en raison du poids du connecteur et des tremblements entraînés. A contrario, un petit connecteur associé à un élastique de diamètre plus fort ne permet pas au nœud de raccord de faire efficacement son travail et le risque qu’élastique et connecteur se désolidarisent est important. Un petit connecteur est idéal pour les diamètres allant de 0.6 à 0.7 et un moyen au-delà.
montage-elastique-peche-au-coup-gardons-16

Kit ,élastique, connecteur, cône à échelle, Tulipe et ciseau : voici le matériel nécessaire pour équiper votre grande canne d’un élastique interne.

Réglage de la tension

Pour la pêche au coup du gardon, il est très important de pouvoir varier la tension de l’élastique intérieur en cours de pêche afin de faire face aux éventuels changements (taille des poissons, rythme des touches, etc.). Ceci évite de changer de kit à tout bout de chant. En outre, il faut vérifier régulièrement l’usure de l’élastique, notamment à l’endroit névralgique des frottements qui s’opèrent en sortie de canne dont je parlais précédemment pour éviter tout risque de casse prématurée. Plutôt que de remplacer l’ensemble du dispositif lorsque seule une dizaine de centimètres sont incriminés, un cône équipé d’une échelle va permettre de créer une réserve de latex. Cette réserve permet de couper si nécessaire quelques centimètres d’élastique sans que sa souplesse finale ne soit impactée, mais aussi de de tendre ou détendre l’élastique si besoin. Ce cône à échelle se loge à la base du scion et lui aussi s’adapte à tous les diamètres de canne. Il s’extrait en un clin d’œil grâce à un outil fourni avec les cônes.
Réglage de la tension de l'élastique grâce au cône à échelle.

Réglage de la tension de l’élastique grâce au cône à échelle.

Aiguille passe-élastique

C’est l’outil indispensable pour installer l’élastique facilement à l’intérieur. Il suffit d’introduire l’aiguille dans les éléments de canne en ayant pris soin de relier l’élastique via la petite pince. On tire à l’extrémité de laquelle point l’aiguille et l’élastique suit. Il ne reste plus qu’à couper à la bonne longueur et d’installer les accessoires, connecteur et cône à échelle.
utilisation-aiguille-passe-elastique-peche-auc-coup

Utilisation de l’aiguille passe élastique.

0 5795
Montage Ouverture de la truite
Comment bien aborder la pêche à l’ouverture de la truite ?

Les 10 conseils indispensables de l’équipe Garbolino !

1.N’improvisez pas :

Pour l’ouverture de la truite, tenter le coup sur un parcours inconnu est une prise de risque importante. Aussi développée soit votre capacité d’anticipation, il est parfois impossible de prévoir précisément la topographie du secteur convoité à la simple lecture d’une carte IGN. Étant donné la rareté des portions favorables en mars (suffisamment molles pour être porteuses par eaux froides tout en étant assez peu accessibles pour décourager le gros de la troupe des pêcheurs), mieux vaut ne pas partir à l’aveuglette !

2. Ouverture de la pêche à la truite: Fuyez la foule

L’enfer, c’est les autres », cette maxime prend tout son sens en ce weekend d’ouverture de la truite. Quelque soit le niveau technique des pratiquants présents, le piétinement intensif des berges nuit à la qualité de la pêche. Entre les pataugeurs invétérés, les ferrailleurs brutaux et les preneurs qui mettent au sec le peu de poissons disposés à mordre, les pressions que subissent les truites farios sont nombreuses et peu favorables à leur sortie durable. La fréquentation de secteurs préservés (gorges, ruisseaux nécessitant une marche d’approche, berges inaccessibles..etc.) décuple vos chances et doit être un leitmotiv ! Ouverture de la truite

3. Prévoyez du repli :

Dans la mesure du possible, il est bon de prévoir un panel de coins de pêche diversifiés (en matière de largeur, de régime d’écoulement…etc.) de façon à être capable de réagir face à tout imprévu. Un pêcheur qui vous devance subitement en ruisseau, un coup d’eau fortuit qui teinte le bassin versant, un lâcher de barrage qui anéantit votre après midi en grande rivière, autant de situations nécessitant une bonne réactivité. Dans l’idéal, on prévoira donc par exemple un parcours capté, une résurgence, un parcours compatible avec la pression de pêche pour le samedi après midi, un secteur de gorge…etc.

4. Ne vivez pas dans les souvenirs de la fermeture truite passée :

Celui qui aborde le premier jour de la saison avec la même logique que celle qui a clôturé la précédente risque de déchanter rapidement. Évanouies les truites postées dans le courant qui godillent devant les pierres à l’affût de la moindre larve d’insecte, des séries de poissons alignés dans les radiers maigres et rapides ! En mars, les farios (lorsqu’elles sont sauvages) sont généralement assez confinées aux abords des caches et, sauf conditions printanières et activité anachronique, la pêche se fait essentiellement « à gratter ». ouverture-truite-peche-garbolino-4

5. Prenez votre temps :

En rivières moyennes et grandes, il faudra composer avec d’autres pêcheurs durant le weekend. Plutôt que de prendre part au défilé et se lancer dans une course effrénée à celui qui aborde le plus grand nombre de postes, mieux vaut les fouiner consciencieusement dans une approche intensive. En mars, l’insistance paye souvent. La distance de stimulation faible vous oblige à passer au plus près des poissons pour les déclencher. Ainsi, un nombre de coups de ligne relativement important est nécessaire pour chaque poste qui se présente, ce que les pêcheurs pressés négligent forcément !

6. Démarquez vous des autres :

Dès le samedi après midi, les parcours vierges seront quasi inexistants et les berges que vous foulerez déjà piétinées. Dans ce contexte, il est bon de prendre le temps d’observer l’attitude de ceux qui vous précèdent directement pour proposer autre chose aux truites (au niveau de la technique, de l’esche, du type de poste prospecté…etc.). Il est également judicieux de cibler les postes qui conservent encore quelques chances de capture après le passage de plusieurs pêcheurs, notamment les coups vastes et ceux difficiles d’accès, nécessitant des lancers lointains et précis (sous des frondaisons par exemple). ouverture-truite-peche-garbolino-5

7. Ne vous trompez pas de technique pour la pêche à l’ouverture de la truite

A l’ouverture de la truite comme durant le reste de la saison, toutes les techniques disponibles ne possèdent pas d’égales chances de réussite. S’il est assez difficile de prévoir l’efficacité de celles qui misent sur l’agressivité. Notamment la pêche aux leurres, capable du pire comme du meilleur à cette période. Celles qui proposent un stimulus alimentaire sont assez régulières en mars. Le pratiquant qui tente sa chance au toc prend peu de risque tant la faculté d’adaptation de cette technique est immense !

8. Ne ratez pas le coup de midi :

A cette saison, l’eau froide limite les ardeurs des salmonidés. Donc toute inflation thermique de quelques degrés peut déclencher une période d’activité. De plus, le milieu de journée coïncide généralement avec des éclosions d’éphémères qui mettent les truites en appétit. L’appétence décuplée qui caractérise les poissons dans ces moments n’est pas seulement favorable au moucheur . Quoiqu’une éclosion de march brown puisse totalement focaliser l’attention des truites et frustrer le non adepte du fouet. Alors que la rivière s’anime, les poissons se mettent en chasse. Quelque soit la nature de ce qui orne votre hameçon, ne négligez pas ce créneau ! Ouverture de la truite  

9. Vérifiez votre matériel pour la pêche à l’ouverture de la truite :

Le matériel qui dort tranquillement dans le garage depuis 6 mois mérite une petite vérification pré-ouverture : les éléments les plus sensibles sont les waders – un petit trou oublié durant l’hiver peut gâcher votre entrée en matière, prenez donc la peine de vérifier leur étanchéité  – et le nylon, surtout s’il est fluo, qui supportent plutôt mal la conservation et sera changé. Bien sûr, il va sans dire que le reste de l’équipement mérite également une petite révision !

10. Soyez modeste dans vos objectifs :

En mars, il y a une multitude de facteurs défavorables:
  • eaux froides
  • niveaux variables
  • forte fréquentation
réunis pour vous compliquer la tâche. Ainsi, afin d’éviter une trop grosse désillusion qui entamerait votre motivation pour les mois à venir (qui sont bien sûr meilleurs), mieux vaut aborder cette journée rationnellement, sans objectif chiffré précis. La dimension spirituelle et la convivialité comptent également beaucoup en ce deuxième samedi de mars ! Bonne ouverture de la truite à tous ! L’équipe Garbolino ouverture-truite-peche-garbolino-6  

1 11481
breme-feeder-yeux-1

3 conseils pour sélectionner la brème au feeder

C’est toujours un plaisir de pêcher de grosses brèmes au feeder, c’est typiquement le poisson qui se prête le mieux à cette technique de pêche. Voici 3 conseils pour prendre des brèmes toujours plus grosses au feeder.

Un menu copieux pour la brème au feeder

Les brèmes se déplacent en banc compact qui peut comporter un très grand nombre d’individus. Au feeder, à chaque lancer, on dépose l’équivalent du contenu de la cage pour alimenter le coup et le maintenir attractif. Même avec un très gros feeder la quantité d’appât reste modeste. Il faut compenser ce manque de matière par des appâts plus caloriques qui maintiennent ces grosses brèmes en appétit. J’utilise alors une grande proportion de pellet mélangés à mon amorce. Le pellet est une bonne alternative et est appréciée par tous les poissons blancs, et rares sont les parcours où ils ne sont pas efficaces. Ces petits granulés sont très nutritifs et gavent les plus petits poissons, c’est une manière de s’en débarrasser pour se concentrer sur les gros. Une esche facile à conserver, on les incorpore dans le feeder au fur et à mesure de la partie de pêche en fonction du comportement des poissons. C’est également économique et pratique, comparé à d’autres esches qui peuvent jouer le même rôle : casters et terreaux coupés.
breme-feeder-pellet-1-2

Une bonne dose de pellets dans l’amorce !

Un bas de ligne court

Ainsi appâtées, les grosses brèmes s’installent à table sur le coup. En effet, la brème a un comportement paisible. Quand « elle mange », elle ne s’arrête qu’en cas de dérangement. Ou si elle a terminé son plat. C’est aussi un poisson peu craintif qui mange sur le feeder et il est donc logique de proposer l’hameçon dans cette zone. Ne vous attendez pas à des touches violentes.  Souvent, les grosses brèmes “bougent” quand elles se rendent compte qu’elles sont piquées à l’hameçon. Un bas de ligne court de moins de 40 cm est recommandé, quel que soit le montage. L’hameçon est disposé au plus prêt du feeder dans la zone où s’alimentent ces grosses brèmes. Étant aussi très peu mobiles, un bas de ligne court permet de détecter les touches plus rapidement. Le poisson prend contact instantanément avec le montage. On peut suivre sur le scion l’avancement de son activité alimentaire.
breme-feeder-pellet-feeder-1

Ne pas négliger les avantages du pellet feeder !

Ne pas oublier le pellet feeder

Avec un bas de ligne très court de 10 à 15 cm, le pellet feeder est le feeder / montage idéal. Donc, il vous permettra de disposer l’hameçon dans la zone d’alimentation des beaux poissons. Le feeder contient l’hameçon esché, présenté sur le fond, mélangé aux appâts libérés par la cage. De plus, le montage est coulissant et la sensibilité de l’ensemble dépend de la rigidité du scion. Je vous conseille un scion sensible en fibre de verre(moins de 1oz). Ainsi vous pourrez percevoir de légers mouvements lents avant que n’intervienne la touche proprement dite. A ce moment là, inutile de ferrer, le combat va commencer. Pour plus d’infos : Grosses brèmes au pellet feeder Il ne me reste qu’a vous souhaiter de bonnes parties de pêche. A la recherche des grosses brèmes : profitez-en, c’est la saison !
grosse-breme-peche-feeder

En voila une grosse brème : 3,2 kg !

 

La pêche du gardon en étang est pour beaucoup d’entre nous un excellent moyen de débuter une nouvelle saison de pêche au coup.

J’avais hâte de reprendre la pêche. L’hiver est toujours trop long et la pêche y est souvent délicate. Cependant, j’espère avec l’arrivée des beaux jours pouvoir faire cet après-midi une jolie pêche de gardons en étang. L’activité alimentaire des poissons reprend et je compte bien en profiter.

A ma grande surprise et à mon arrivée vers midi, je suis le seul au bord du plan d’eau. La pêche serait-elle difficile? Nous verrons bien.

Pêche du gardon en étang: l’amorce

Avant de m’installer, je commence par le mouillage de l’amorce.

peche-de-gardons-en-etang-amorce-esches

Une amorce brune de fine granulométrie et un large éventail d’esches à disposition

La population étant principalement constituée de gardons, puis de brèmes et de quelques tanches, je prépare l’amorce Netpeche Etang. Fine et de couleur brune, elle travaille beaucoup et attire toutes les espèces en plan d’eau peu profond. J’ai prévu diverses esches pour faire face aux conditions du jour, vaseux, pinkies, asticots et vers de terre.

La forme bouteille pour la pêche de gardons en étang

ligne-peche-de-gardons-en-etang

Ligne montée avec un flotteur Garbolino DS14H

Je prépare ensuite le matériel. Ne sachant pas comment mordraient les poissons, je monte quatre lignes avec des flotteurs de type Garbolino DS14H. Ces formes «bouteille» ont vraiment ma préférence pour toutes les types de pêches classiques en eau close.

montage-ligne-peche-de-gardons-en-etang

Schéma de montage pêche de gardons « Classique »

Deux lignes portent 0,60 et 1 gramme sur un corps de ligne 12 centièmes avec une plombée assez brutale et un plomb de touche assez gros si la pêche est facile et deux autres portant

0,40 et 0,60 gramme sur un corps de ligne 10 centièmes pour des conditions plus classiques. Ainsi je dois pouvoir m’adapter à de nombreuses situations.

Un début de saison très actif

Après un amorçage soixante centimètres en retrait de la pointe du scion au cas où les poissons mordraient au delà de l’amorce, ce qui est fréquent lors de pêche de gardons en étang en début de saison, j’attaque la pêche avec la ligne la plus fine et un vers de vase à l’hameçon. Au bout de quelques secondes le flotteur s’enfonce et je pique un premier gardon. Seraient-ils mordeurs? Effectivement, ils le sont et après trois ou quatre poissons à la suite, je change immédiatement de ligne pour la 0,60 gramme en 12 centièmes et équipée d’un asticot rouge. Le résultat est immédiat et non seulement les touches sont aussi nettes mais la taille des gardons augmente.
peche-de-gardons-en-etang

Un joli gardon sélectionné avec une esche plus grossière et une ligne plus lourde

Afin de garder les poissons sur mon coup, d’autant plus que deux pêcheurs au feeder se sont installés à seulement vingt mètres de moi, j’agraine à la fronde une pincée de pinkies à chaque poisson.

Je m’oblige cette rigueur car les poissons sont nombreux et d’assez jolie taille avec même quelques invités surprises.

peche-en-etang-une-tanche-surprise

Un invité surprise lors de cette partie de pêche de début de saison.

Les touches sont assez régulières pendant trois heures malgré quelques trous causés par des chasses de carnassiers, puis viennent à ralentir au fur et à mesure. Quelques rappels

d’amorce en rafale me permettent de reprendre quelques poissons, plus petits, pendant une demi heure puis il est temps de rentrer.

peche-de-gardons-en-etang-belle-bourriche

Une superbe bourriche de gardons réalisée en étang en début de saison

Quel plaisir! Douze kilos en trois heures trente. J’ai là une bien belle pêche de gardons en étang, avec quelques plaquettes, tanches et carpeaux qui viennent compléter la

bourriche. Alors réalisez vous aussi une belle pêche de gardons en étang. Utilisez une bonne amorce passe-partout, un montage de lignes simple mais efficace (je vous invite à relire l’article sur trois types de lignes polyvalentes), amusez-vous au bord de l’eau et profitez du réveil des poissons avant que la pêche ne devienne au fil de l’année plus subtile.

peche-de-gardons-en-etang-slider32-gardon-étang-technique

4 20593
peche-au-feeder-en-riviere-installation

Pêcher au feeder en rivière est finalement assez différent de la technique en eau stagnante, étang et lac.

Ici, on adapte son approche aux poissons recherchés et aussi et surtout à la force du courant. Une force qui peut être très variable si on s’attaque à une petite rivière ou à un grand fleuve puissant. Et pourtant il est possible de trouver des principes communs à ces situations très différentes. Voici quelques conseils pour une première approche de la pêche au feeder en rivière :

Feeder en rivière, règle numéro 1: Bien s’installer

Pour préserver un maximum la bannière de l’effet du courant, la canne doit être positionnée haute, le scion dirigé vers le ciel, cela permet de mieux lire les touches. Le courant pousse la bannière et tend naturellement la ligne. Il ajoute ainsi une force supplémentaire que doit contrer le poids du feeder. C’est en enlevant un maximum de longueur de ligne de cette pression qu’il est possible de minimiser cette force. La taille de la canne permet également de soustraire encore plus de bannière à l’effet du courant. Ainsi, dès qu’il va s’agir de pêcher au feeder en rivière, les cannes en 3,90, 4,20 m sont très utiles pour donner encore un peu plus de hauteur à sa bannière. Petit conseil, ne négligez pas votre support de canne feeder ! Voir article. peche-au-feeder-en-riviere

Principe du montage auto ferrant pour le feeder en rivière et détection des touches

L’autre point important pour la détection des touches, est bien évidement le montage feeder. En rivière la touche peut avoir lieu de 2 façons distinctes :
  • Comme en plan d’eau le poisson fait bouger sensiblement le montage et la touche est visible de façon très timide sur le scion.
  • Le poisson se saisit violemment de l’hameçon et fait bouger la totalité du montage ainsi que le feeder. Sous l’effet du courant, le feeder est emporté et la touche devient très franchement marquée sur le scion. Soit par une franche tirée signalant le départ du poisson, soit par un relevé du scion qui se détend complètement indiquant que le feeder à bougé vers l’amont.
Un bras feeder stable est très utile pour positionner sa canne. Nouveauté Garbolino 2015 compatible D25 et D36.

Un bras feeder stable est très utile pour positionner sa canne. Nouveauté Garbolino 2015 compatible D25 et D36.

Le montage a ici un rôle prépondérant. En rivière, on utilise généralement un montage auto ferrant ce qui signifie en théorie que le poisson, une fois qu’il se saisit de l’hameçon et qu’il produit une touche, sera ferré automatiquement grâce au montage feeder. Ce type de montage pour la rivière se caractérise le plus souvent par l’emprisonnement de la cage dans une boule de nylon. La taille de la boucle définit la course du montage avant que le poisson n’entre en contact avec l’inertie du lest : le feeder. Le poisson se ferre précisément et automatiquement à ce moment- là.

Montage auto ferrant et poids du feeder

Alors quelle incidence sur le poids du feeder ? Plus le feeder est lourd plus il accentue ce phénomène d’auto ferrage. Mais pour la détection des touches en rivière, il est surtout primordial d’avoir le poids de feeder le plus léger possible par rapport à la force du courant. Le poisson, en se ferrant ou bien en arrivant en buté sur l’inertie du lest, doit pouvoir le déplacer. Un poids posé au fond de l’eau qui se déplace va aussi subir la force supplémentaire du courant qui accentue alors l’amplitude de son déplacement. Il en résulte des touches bien marquées sur le scion. Pour synthétiser, la difficulté étant bien évidement de trouver le poids de feeder juste qui saura concilier :
  • suffisamment lourd pour résister à la force du courant
  • suffisamment léger pour être déplacé par le poisson lorsqu’il produit la touche. En présence de très gros poissons, le poids du feeder pourra être sur-évalué pour accentuer “l’auto ferrage”. Ces spécimens puissants produisant de toute façon des touches très marquées. Mais, si l’on a à faire à des plaquettes, il faudra d’avantage affiner et chercher le bon équilibre. Notons, sans rentrer dans le détail, qu’il est aussi possible de pêcher en laissant son feeder se déplacer lentement sur le fond et donc avec des poids inférieurs.
Montage auto-ferrant pour pêcher au feeder en rivière.

Montage auto-ferrant pour pêcher au feeder en rivière.

Montage auto ferrant et protection des poissons.

Si la ligne bloque fermement le feeder, le poisson ne pourra s’en dégager en cas de casse du corps de ligne. Cela a souvent des conséquences dramatiques pour l’animal qui traîne ce poids sans pouvoir s’en défaire ou pire encore fini par rester captif, accroché au feeder lui même emprisonné entre deux rochers par exemple. Pour remédier à cela, on peut envisager plusieurs solutions :
  • Avoir un gros écart de résistance entre corps de ligne et bas de ligne. Avec un bas de ligne bien plus fin, on augmente les chances que ce soit lui qui casse en premier au lieu du corps de ligne.
  • Emprisonner le feeder non pas dans une boucle, mais bloquer sa course sur le corps de ligne à l’aide d’un stop float. Ce petit stop en caoutchouc est coulissant mais suffisamment résistant pour assurer l’arrêt du feeder, et donc “l’auto ferrage” et la bonne lecture des touches. Par contre en cas de casse, la force du poisson est suffisante pour faire coulisser le montage et le stop jusqu’à l’endroit de la casse et ainsi se libérer du feeder.
Les gros Barbeaux répondent très bien à la pêche au feeder en rivière.

Les gros Barbeaux répondent très bien à la pêche au feeder en rivière.

Gestion de la bannière et poids du feeder

La bannière doit être conservé relativement souple même si elle est forcément tendue par l’effet du courant, tous les mouvements du montage restent perceptibles sur le scion. Il n’est pas envisageable de tendre sa bannière comme on le fait en étang par exemple. Ceci appliquerait une force supplémentaire et demanderait de sur dimensionner un peu plus le poids de son feeder. La bannière doit donc rester tendue tout en permettant au courant de former un léger ventre vers l’aval. Le matériel évolue en fonction du poids du feeder.
En rivière aussi il est parfois nécéssaire de pêcher à longue distance pour atteindre la bonne veine de courant.

En rivière aussi il est parfois nécéssaire de pêcher à longue distance pour atteindre la bonne veine de courant.

C’est le poids du lest qui dicte la puissance du matériel à utiliser.

Voici quelques configurations possibles : Rivière lente – poids de feeder de 30 à 60 gr / Corps de ligne en 22 à 25/00
  • Tectra 3,60m puissance
  • Super Rocket Feeder 3,60m puissance 25 à 75gr
  • Précision feeder 3,60 m 20 à 75 gr
Rivière rapide – Feeder de 50 à 100gr / Corps de ligne nylon de 25 à 30/00
  • Super Rocket Feeder 3,90m puissance 50 à 150gr
  • Précision feeder 3,90 puissance 50 à 150gr
  • Tectra 3,90m puissance 30 à 100gr
  • Tectra 4,20m puissance 40 à 125gr
Canne Tectra feeder 3,90m sur le fleuve Adour

Canne Tectra feeder 3,90m sur le fleuve Adour

Rivière puissante et fleuve feeder de 80 à 150gr / Corps de ligne en 28 à 30/00
  • Précision feeder 4,20m puissance 100 à 200gr
  • G-System 3,90m puissance 100 à 175gr
Fleuve puissant et rivière profonde feeder de plus de 150 gr / Corps de ligne en 30/00

La pêche au coup au pain en hiver: une technique quelque peu oubliée!!!

L’hiver est là, pour certains c’est le temps de la trêve, pour les courageux c’est quand même l’occasion de réaliser de très belles bourriches. Evidemment le froid a un impact considérable sur la mobilité et donc l’appétit des poissons, néanmoins en choisissant bien son poste et grâce à des techniques et des montages adaptés, il est toujours possible de passer quelques heures très lucratives au bord de l’eau. 

Une esche ancestrale

Le pain est une esche ancestrale pour la pêche au coup des gardons. Utilisée par les anciens, elle est un peu passée de mode au profit des appâts vivants. Mais je n’ai pas peur de dire que dans ces conditions hivernales, eau cristalline, poissons furtifs, le pain peut concurrencer le plus rutilant des vers de vase quand il s’agit d’une pêche délicate de gardons. Beaucoup s’en privent donc à tort : Le pain est un appât très économique qui peut être utilisé à la fois comme esche et comme amorce destinée à des poissons méfiants.

Amorce

Rien de plus simple que de préparer une amorce à gardons avec un ingrédient unique. Deux solutions s’offrent à nous, aussi simples l’une que l’autre. La première consiste à utiliser du pain rassis de récupération et de le broyer sommairement sous forme de chapelure. Un simple coup de tamis et on obtient facilement la granulométrie désirée. Il suffit ensuite de rajouter de l’eau en fonction de la profondeur de l’endroit, pour former des boulettes plus ou moins compactes en fonction de la consistance voulue. La chapelure gonfle énormément et quelques centaines de grammes suffisent à pêcher des heures durant. La seconde méthode consiste à passer au mixer domestique des tranches de pain de mie en ayant pris soin de retirer la croûte qui peut entraver le broyage. La cuisson du pain de mie évite même toute forme de mouillage. Même sans eau, on peut facilement former de grosses noix qu’il suffit de déverser sur le coup à l’aide de la coupelle d’amorçage. Pêche au pain en hiver Wimmer.1

Une pluie de chapelure blanche déversée à la coupelle, une méthode d’amorçage très efficace pour les gardons, mais aussi les petites brèmes !

L’eschage du pain

Les tranches de pain de mie sont les plus pratiques pour extirper des lambeaux qu’on peut ensuite facilement placé sur l’hameçon. L’eschage du pain n’oppose pas de difficultés en soi. Mais pour extraire des morceaux à la fois réguliers et qu’on peut ensuite délicatement disposer sur l’hameçon, mieux vaut s’aider d’un outil idéal : Le Bread Puncher. Cet emporte-pièce très pratique permet d’obtenir des tronçons de pains de diamètres variés grâce auxquels on peut s’adapter à la taille et l’appétit des poissons présents. Il est même inutile de toucher la noquette de pain pour y glisser l’hameçon. Une fente latérale au sommet du bread puncher permet de faire pénétrer l’hameçon aisément. Un plus quand l’hiver on vient à porter des gants pour mieux supporter le froid. Pêche au pain en hiver Wimmer.2

Des emporte-pièces de diamètres différents pour coller à l’appétit des poissons

 

Montage de ligne pour la pêche au coup des gardons au pain en hiver : L’avis de Darren Cox

“Pour cette pêche au coup hivernale et délicate, j’emploie un flotteur sensible et effilé, le Garbolino DS9. Son poids dépend de la profondeur, mais est compris entre 0.20 en l’absence totale de vent, et 0.60 si les poissons sont coopératifs. Je prépare toujours deux lignes pour la pêche au gardon l’hiver. Pour la distance de pêche, j’ai l’habitude d’amorcer à la première cassure. L’hiver les poissons, et surtout les gardons ont l’habitude de se tenir là. J’emploie un hameçon fin de fer pour Escher des noquettes d’un diamètre compris entre 3 et 5mm. En fonction des touches, je place mon olivette entre 25 et 35cm de la boucle du bas de ligne et étale 3 plombs ronds n° 11 au dessous régulièrement. Je démarre toujours de manière positive avec une belle bouchée. En effet les poissons qui sont aux alentours répondent en général assez vite et il n’est pas rare de piéger les plus gros gardons et même des plaquettes dans le premier quart d’heure. Dès que les touches ralentissent, je passe à ma ligne plus légère. Mes deux lignes pour cette pêche au coup hivernale sont reliées à un élastique Garbolino de couleur et de diamètre 0.7mm. IL est polyvalent et me permet de faire face à tous les poissons. » Pêche au pain en hiver Darren Cox.1Montage de ligne pour la pêche au coup au pain en hiver.1

Savoir où lancer sa ligne est la clé de la réussite lorsqu’on  pêche l’eau, par opposition au fait de pêcher à vue

La pêche de la truite au toc en rivière  exige une qualité première: la lecture de la rivière. La capacité à lire la rivière, que certains considèrent innée, s’acquiert en réalité avec un peu de pratique et de sens de l’observation. Si ce pré-requis est essentiel quelque soit le milieu où l’on évolue, il revêt une importance de tout premier ordre dans les vastes cours d’eau, où la probabilité de croiser une nageoire est bien faible si l’on promène son montage au petit bonheur la chance. En termes de lecture d’eau, je vous encourage à couper les cheveux en quatre. Pour chaque poste abordé,  il faut chercher à définir la surface la plus restreinte possible (quelques dizaines de cm2 dans l’idéal) susceptible d’abriter une truite, de façon à limiter et valoriser au maximum les coups de ligne. Cette approche permet de couvrir plus de terrain et d’optimiser la prospection avec cette technique relativement chronophage (mais terriblement efficace) qu’est la pêche au toc.

Comment repérer un poste pour la pêche de la truite au toc en rivière ?

Il existe plusieurs points communs entre les différentes places qu’occupe une truite : Qu’elle soit active ou pas, elle recherche systématiquement un endroit où le courant de fond est ralenti, de façon à restreindre sa dépense énergétique ; ce ralentissement peut être causé :
  •  par un encombrement amont :
C’est le cas classique d’un poisson à l’abri derrière un caillou (qu’il soit immergé ou émergé).  La distance à la pierre définit alors le degré d’activité de la truite : blottie dessous, elle est au repos, alors que plus en aval, au niveau de la jonction des deux veines de courant produites par l’obstacle, vous la trouverez en chasse (elle descend un peu par rapport au bloc afin de dégager son champ visuel et ainsi mieux repérer ses proies). Pêche au Toc repérer et comprendre les postes.2

Ici, le courant est amorti à l’aval d’un bloc

  • ou  par un obstacle aval :
L’impact du courant sur une pierre produit un effet « dossier » apprécié par les truites,  elles se placent alors juste devant. J’affectionne particulièrement la pêche de ce type de coups, quand le bloc est immergé, car il devient alors invisible aux regards inattentifs ! Pêche truite en ruisseau  

Le courant qui butte sur une pierre offre un appui confortable . Une truite en chasse vient s’adosser au remous occasionné, en se positionnant juste en amont.

  •  soit une dépression au niveau du fond :
En l’absence d’éléments capables de ralentir le courant, la pente du fond est un paramètre important à considérer. Ainsi, les fins de plats en grands cours d’eau, où le substrat est majoritairement constitué de galets homogènes par la taille, ne présentent un réel intérêt que si la pente de la remontée est suffisante. Pour les têtes de pool, le constat est le même. Une dépression assez marquée permet à la truite de se soustraire au courant de surface et facilite sa localisation pour le pêcheur. Pêche au Toc repérer et comprendre les postes.4  

La remontée du fond est ici marquée. La truite se trouvera à la limite entre le vert du profond et le  jaune des cailloux.

  La plupart des pêcheurs connaissent  les endroits classiquement occupés par les truites. Ce sujet a été traité dans bon nombre d’ouvrages, qui restent aujourd’hui tout à fait d’actualité. Je vous encourage donc à revoir ces descriptions détaillées. Au-delà de ça, il est important de savoir corréler chaque type de poste au degré d’activité des poissons qui les occupent. En effet, au cours d’une journée, les truites alternent phases de prédation et phases de digestion/repos ; elles choisissent dans chaque cas des postes aux caractéristiques différentes, qu’on peut grossièrement classer en trois catégories :
  •  les postes de repos :

Les postes de repos ou caches, permettent aux farios de se mettre à l’abri durant les phases d’inactivité. En cas de danger, elles se dissimulent à la vue des prédateurs. De l’avis unanime des scientifiques, l’abondance en caches est le critère qui influence le plus la densité de truites d’une portion de rivière. Selon la nature du biotope, ces refuges peuvent être constitués de végétation aquatique (cas de la Sorgue du Vaucluse), de bois immergé (tel que les racines de la ripisylve) ou plus classiquement de blocs rocheux. Ils sont préférentiellement situés sur les bordures.
  •  les postes de chasse :

Lors de leurs pérégrinations alimentaires, les farios recherchent des courants qui véhiculent leurs proies, aussi appelés veines porteuses. Pour cela, elles doivent fréquemment abandonner leurs zones de repos. Elles le font avec plus ou moins d’entrain selon la saison. En effet elles rechignent vraiment dans l’eau froide. Et selon leur bravoure. Les juvéniles intrépides s’en éloignent volontiers, contrairement aux poissons plus âgées et/ou plus pêchés, qui se montrent plus prudents. Elles colonisent alors d’avantage le milieu du cours d’eau, au niveau des têtes ou fins de plat (juste avant la déclivité suivante), des jonctions de veines… etc. D’autres parts, il faut savoir lier certains postes de chasse avec des régimes alimentaires particuliers : par exemple, lors d’un coup du matin estival, il est fréquent de toucher les truites au toc dans les têtes de courant, puis de les voir gober sur les fins de plat entre midi et deux. Pêche au Toc repérer et comprendre les postes.5

En rouge, sont matérialisées les caches (bases de blocs creuses) abritant des poissons inactifs ou à l’affût ; la partie en vert, dans l’axe de la veine porteuse, sera colonisée par des truites bien attablées.

Dans tous les cas, la distance qui sépare un poste de chasse d’une cache conditionne la valeur du premier cité. Plus cette distance est faible, plus il est porteur (la truite s’y sentant d’avantage en sécurité). Ceci nous conduit à évoquer le dernier type de poste :
  •  les postes mixtes :

Certains postes possèdent une veine porteuse accolée à une cache. Ce sont les meilleurs, car la truite a le loisir de s’alimenter à domicile. Souvent, elle se tapit dans son refuge en un battement de nageoire. Lorsque le courant rentre dans la cache, elle peut même chasser tout en restant constamment invisible à la vue ses prédateurs.  Ces endroits prisés sont généralement occupés par les plus gros individus, prioritaires dans le choix des meilleures places.  On comprend ici l’importance de rechercher systématiquement les portions méandreuses où le courant principal vient buter sur les berges… autant de chance de rencontrer un maximum de postes mixtes ! Pêche au Toc repérer et comprendre les postes.6

La veine porteuse vient flirter avec une souche : un poste de choix !

La pêche de la truite au toc en rivière nous offre de multiples questionnement. Dans un prochain article, nous verrons comment dégager une stratégie de pêche à partir de toutes ces observations. A bientôt Simon SCODAVOLPE