Archives des Compétition - Page 3 sur 5 - Garbolino
Menu
Home Tags Posts tagged with "Compétition"

Compétition

0 3834
podium-championnat-france-coup-2016
Diego Da Silva revient sur son championnat de France de première division nationale de pêche au coup qui s’est déroulé sur le lac du Plessis à Montceau les Mines (Saône et Loire) et où il a décroché le titre de Vice-Champion de France.

Repérage pour la première division de pêche au coup

« Je suis arrivé sur les lieux de pêche le mardi dans l’après-midi. J’ai salué les copains qui étaient sur le parcours et  j’ai pu repérer les poissons du lac et leurs tailles. Le premier soir a été consacré à regarder et trier les élastiques des pointes de canne afin de préparer la bonne taille des élastiques.
Premier entraînement le mercredi
Le mercredi, nous arrivons sur le parcours et retrouvons les copains sur un secteur. Il faut quand même savoir qu’un secteur n’était pas accessible pour cause de travaux : un comble pour une première division. L’installation est très délicate : il faut s’installer sur des cailloux qui viennent  juste d’être posés et qui sont donc instables. stephane-potelet-peche-auc-coup-1   La journée d’entrainement sera consacrée à essayer de prendre des poissons chats à la grande canne afin de repérer les poids de lignes les hameçons et les esches qui marchent bien. En recoupant les infos avec les copains, il faudra monter des lignes allant de 2gr à 4 gr pour les chats.
Premiers constats
L’élastique sera un creux de 2mm un peu tendu afin d’extraire les chats rapidement mais suffisamment mou pour ne pas les perdre. L’hameçon sera un numéro 12 qui doit supporter un morceau de crevette ou un grain de maïs et un terreau. J’opte pour un fil de 16 pour le corps de ligne et 14 pour les bas de lignes. Je pense  maintenant, que  j’aurai du monter plus gros afin de pouvoir espérer attraper une carpe. Les chats feront entre 80gr et 90gr de moyenne. Ils sont malheureusement très localisés et je ne pense pas qu’il sera possible d’en faire sur les 45 places. Le jeudi sera consacré à la pêche de gardons qui me semble être la deuxième option payante, sauf qu’ils sont partout et à toutes les hauteurs. La pêche à mi-distance semble payante et il reste à trouver la hauteur à laquelle se trouvent le mieux  les gardons. Je décide de monter 4 lignes pour les gardons : 2 sur le fond  (plus de 4 m de fond ) et 2 entre deux eaux.  Je consacre le jeudi soir à préparer tout pour la première manche:
  • montage de quelques hameçons
  • quelques lignes
  • et point sur les esches.

1ère manche

Il faut d’abord passer par le tirage au sort ;  il faut  éviter les gros numéros des 3 secteurs  qui n’ont pas été très productifs aux entrainements. Mon plus gros numéro sera le 12 et de ce fait j’évite le 13,14 et 15. Je suis satisfait du tirage : 6 – 2 – 12. Pour commencer, je prends le secteur bleu au numéro 6. Je suis sur une buse des eaux pluviales  de la ville qui se déverse dans le lac. J’ai presque un mètre de fond de moins que mes voisins. Au début de la manche, je tente à 13 m les poissons chats mais je n’ai pas de touches et décide rapidement de me mettre aux gardons sur mon coup à mi-distance. Les gardons sont présents et tout va bien. Je perds pendant presque ¾ d’heure les poissons. A mon avis, une carpe est venue ou l’égout a dû déverser un moment me faisant fuir les gardons. Je fini avec 6 points battu par les pêcheurs des petits numéros avec des poissons chats. diego-da-silva  

2ème manche

Je prends le numéro 2 du secteur du bout au ponton. Il pleut et le ponton est glissant. Je mettrai plus d’une demi-heure à stabiliser le panier siège. Le démarrage de la manche est épique. Je me fais embarquer mes deux lignes à poissons chats par les carpes. Je suis obligé de remonter sur le talus et de remonter en urgence deux lignes à chats. J’avais privilégié la pêche des plaquettes sur ces places qui avaient bien répondu la veille. Je termine avec 3 points, battu par mes deux voisins : à gauche par deux carpes et à droite par des chats. Le début de la manche me coutera cher par la suite.

3ème manche de cette première division de pêche au coup

J’aborde la manche avec 9 points. Une info m’est parvenue :  la veille sur le numéro qu’il me reste le pêcheur a touché 3 carpes  et tout le monde dit qu’il faudra compter sur les carpes pour être dans le coup ! Je regarde le résultat intermédiaire du secteur et m’aperçois qu’une pêche de gardons vient quand même faire 3 du secteur. Beaucoup de carpes touchées mais très peu dans les bourriches : Je décide de privilégier la pêche de gardons d’autant que les horaires de la dernière manche sont avancés. Donc, je ne monte que des lignes à gardons 11m, et à 7m un seul kit équipé d’une ligne en 20 pour les carpes. Je démarre la manche avec une ligne à 7m au fond en 1.25gr et ne la quitterai plus pendant 4 h. Les prises s’enchainent et  je finis 2ème de la manche avec une belle pêche de gardons et battu par un pêcheur qui a pris une carpe de 7kg. En attendant la pesée finale, j’apprends que je peux prétendre à un podium : les 3 marches sont possibles !
stephane-potelet-peche-au-coup

Belle bourriche de gardons pour Stephane !

Résultat final sur le fil du rasoir

Au final, il me manque 80gr pour la plus haute marche du podium. Quelques regrets surtout sur le début de la 2ème manche et au trou de la première manche (perte des poissons pendant au moins une demi-heure). Je voulais remercier : Mes sponsors GARBOLINO et RAMEAU, mais aussi les gens qui me soutiennent et qui m’accompagnent depuis un moment (un Grand merci à Didier Routier) et enfin  mon club. Les pêcheurs Garbo de Monceau m’ont vraiment bien accueilli. » 2016-championnat-de-france-1re-division-podium

Matériel et appâts utilisés

  • Canne : Slimax Diamant
  • Flotteurs  DS 13 pour les chats et DS 14 pour les gardons
  • Amorce  pour le chat :   clair et collante
  • Pour le gardon :  fine mouture et noire
  • Esches :
    • 1 litre de fouillis,
    • ½  litre de terreau,
    • ½  de pinkies congelés,
    • 1/4 de gozzers rubis
    • et ¼ de casters

0 4612
isabelle-hawryhuk-championnat-de-france-feminine-peche-au-coup-1

CHAMPIONNAT DE France FEMININ DE PECHE AU COUP DAMPIERRE EN BURLY – 9 AU 11 SEPTEMBRE 2016

Isabelle, à peine de retour du Championnat du monde féminin en Espagne où l’équipe de France termine 5ème , s’attaque au Championnat de France  regroupant les 27 meilleurs filles de la pêche sportive en eau douce.

Un plan d’eau poissonneux. A la hauteur pour mettre en lumière la pêche au coup féminine.

Le plan d’eau communal de Dampierre est profond en moyenne d’un mètre. La pêche de petits poissons, avec quelques poissons rares de 100 à 200g, est reine et fait le bonheur des pêcheurs habituellement et pêcheuses du jour. isabelle-hawryhuk-championnat-de-france

Isabelle attaque fort

Réparties sur trois secteurs de 9, Isabelle dès la première manche attaque fort et remporte son secteur au N°8 avec 3kg400. La seconde a 1kg880. La deuxième manche est plus difficile. Placée au 4, après la première demie heure passée à 11 mètres à la recherche de jolis gardons, Isabelle décide de pêcher les petits poissons au bord. Grâce à son habilité et sa détermination, Isabelle d’habitude plus à l’aise sur les gros poissons, engage une cadence impressionnante durant 3 heures. En tête, Isabelle reprend sa grande canne pendant la dernière ligne droite et y conforte son avance en prenant de petites brèmes et gardons de 100 à 200g. Elle signe une nouvelle victoire de secteur. isabelle-hawryhuk-championnat-de-france-

Egalité parfaite

Avant la dernière manche, notre championne totalise deux points à égalité avec une autre membre de l’équipe de France, Pauline Nervet, une sacrée candidate. Dès l’entame de la manche ultime, Isabelle attaque à la grande canne. De suite elle prend deux jolis gardons de 100 grammes et une dizaine de petits poissons chats. Son adversaire du jour sur le secteur, la jeune Coralie Chesnais, campe depuis le début une pêche de bordure. Cette dernière prend un peu plus de poissons qu’Isabelle, mais d’une taille inférieure en moyenne. Rassurée par son coach sur le poids de ses prises, Isabelle tient bon. Elle terminera la manche avec 398 poissons contre 420 pour Coralie. Mais la pesée est sans appel, Isabelle gagne la troisième manche avec 500g d’avance. Elle finit avec un score parfait de 3 points. Tout comme son adversaire Pauline qui gagne à nouveau son secteur. C’est le poids total qui les départagera et la victoire va à Isabelle ! isabelle-hawryhuk-championnat-de-france-

Une victoire sur le fil pour ce championnat de pêche au coup féminine

Une victoire sur le fil, mais qui signe un beau doublé après le titre acquis en 2015. Tous deux ont été acquis sur des pêches techniques et de petits poissons. Isabelle prouve son stoïcisme et son expérience. Telle une sportive de haut niveau, Daniel Carpentier, son compagnon et coach, tient à souligner que c’est à force de nombreux sacrifices, de travail, de préparation et d’entrainement été comme hiver, qu’Isabelle a décroché ce 6ème titre de champion de France. isabelle-hawryhuk-championnat-de-coup-7 isabelle-hawryhuk-championnat-de-france-feminine-peche-au-coup-6

0 2355
Famille-CZEKALSKI
Les 2 et 3 juillet a eu lieu à Lunéville (54) le championnat jeunes de pêche au coup: les deuxièmes divisions jeunes. Trois catégories concouraient : Moins de 15, 20 et 25 ans, pour obtenir leur sésame pour le championnat de France 1ère division.

Un vivier de champions de pêche au coup

Deux jeunes bas-rhinois, Pierre et Guillaume CZEKALSKI du Team Garbolino Osthouse ont pris part au débat dans la catégorie des moins de 20 ans. Treize jeunes au total, super motivés, ont concouru pour obtenir une des 6 places tant convoitées; pour aller en région Toulousaine à Fonsorbes (31) participer à la première division. Il fallait minimum 150 poissons par manche, majoritairement des petits poissons chats; et 2500 grammes pour être dans les 3 premiers de chaque manche. Pierre-CZEKALSKI-1

Match dans le match pour ce championnat jeunes de pêche au coup

Pierre réussit à monter sur le podium en décrochant la deuxième place. Il s’est brillamment battu en ne cédant rien à ses voisins. Guillaume a bénéficié de postes plus difficiles et termine plus loin au classement. Malgré cela, lors de la dernière manche, il s’est payé le luxe de battre son frère à côté de lui et à l’extrémité du parcours. Ce fut un match dans le match et il était motivé jusqu’au bout. Guillaume-CZEKALSKI championnat jeunes pêche coup podium médaille coupe

L’avis du capitaine sur ce championnat jeunes de pêche au coup

Lionel Schaeffer est l’heureux capitaine du Team Garbolino Osthouse : « J’ai accompagné Gilles, le papa, pour l’aider un peu à la préparation et le coaching de ses deux enfants. Ce n’est pas la première fois que je suis derrière un jeune. Notre équipe en a vu passer quelques uns, et à chaque fois c’est toujours la même pression. En discutant avec les autres parents j’ai eu la confirmation du stress plus élevés chez les adultes que chez les pêcheurs. Mais c’est un réel plaisir que d’aider et voir évoluer ces futurs champions. »  Pierre-CZEKALSKI championnat jeunes pêche coup podium médaille coupe  

Pour aller plus loin

Afin approfondir vos connaissances sur la pêche au coup, n’hésitez à consulter notre site internet garbolino.fr, et en particulier nos pages dédiées à la pêche de compétition, et suivez nous sur notre chaîne Youtube.

Histoire

Fondée en 1945 par Henri Garbolino, l’entreprise est une marque de pêche française, . En 1960, les premières cannes en fibre de verre apparaissent. Dès 1977, c’est le composite qui apparaît. Puis, le carbone avec de l’utilisation de l’enroulement ou des nappes. Aujourd’hui, la majorité des pays européens ont des produits Garbolino sur leur marché. Parmi les différentes techniques de pêche, la marque se concentre en particulier sur la pêche au coup, grande canne, anglaise et feeder. Elle est aussi une marque reconnue pour la pêche de la truite aux appâts naturels.

0 4347
championnat-france-club-societe-2016-peche-au-coup-9
Une épreuve de cette envergure ne se prépare pas à moitié.  La stratégie pour une équipe de pêche de compétition est fondamentale. Rien ne doit être laissé au hasard. 300 pêcheurs alignés, ce sont des kilomètres de berges avec leurs spécificités. La préparation préalable a permis au SPP de dégager plusieurs options, au pêcheur ensuite de s’adapter en fonction de son poste, de l’évolution de la pêche et des informations transmises par son accompagnateur. Stéphane Pottelet nous dit tout sur les choix stratégiques.

Quatre options de pêche

« Devant la multitude des options possibles et rentables nous avons fait le choix de ne rien laisser au hasard. Les 4 options de pêche possibles étaient les suivantes :
  • Les gobies dans la bordure,
  • Une pêche à mi-distance, entre 7 et 9 m,
  • La pêche à 13 m,
  • La pêche au moulinet (anglaise coulissante et bolognaise).
championnat-france-club-societe-2016-peche-au-coup-4

Teddy Lescure avec une belle pêche de gobies en bordure.

Les amorces

Afin de faire face à ces différentes possibilités il nous fallait préparer plusieurs amorces, heureusement la règlementation nous permettait d’utiliser 18 litres.
  • Un petit tapis de terre de somme préparé pour la pêche à mi-distance (1l)
  • Puis une amorce fine, brune, allourdie et qui aura tendance à beaucoup travaillé sera utilisée en complément du tapis de terre pour la mi-distance (3l)
  • Une amorce très légère et nuageante sera également préparer pour réaliser une pêche décollée (2l)
  • Et une amorce foncée, lourde et plate (qui travaille peu) sera dédiée pour la 13m (7l)
  • Mais aussi une amorce très lourde à base de terre de rivière sera composée pour la pêche au moulinet (5l).

Les esches

Au niveau des esches nous avions opté pour :
  • 1 kg de fouillis de vers de vase,
  • ½ l de casters,
  • ¼ de terreaux,
  • ¼ de pinkies rouge.

stratégie-par-équipe-pêche-compétition-championnat-france-club-societe-2016-peche-au-coup-5

Amorçage

Nous avons préparé tous les coups, dès le début de la pêche. Personnellement, j’ai déposé 1 coupelle pour la pêche des gobies à 2.5m. J’ai réalisé 6 petites boulettes de terre de somme jetées à la main à 7 m. Par-dessus, j’ai déposé 6 coupelles d’amorce qui travaille. A 13m, j’ai mis 5l d’amorce à la main (environ 12 boules). Et pour la pêche au moulinet, j’ai jeté 10 boules à 25 m. La stratégie était de démarrer aux gobies et d’y rester tant que nous étions dans le top 5 du classement dans le secteur. Si les choses se compliquaient, il fallait s’orienter sur les autres coups en fonction des constatations de notre coach. Coach qui a eu un rôle prépondérant dans les changements stratégiques et tactiques. » Nombre de coups envisagés, amorces et amorçages variés et adaptés, la réussite ne doit rien au hasard. Une guerre se gagne avec un plan de bataille élaboré et de ce côté ci, on peut dire que l’approche du SPP était millimétré ! 1 stratégie d’équipe pour remporter cette épreuve de pêche de compétition par équipe.

0 2881
championnatmoulinet-3ieme-2016-gilles-massiau-5
La météo de ce printemps 2016 n’a pas rendu les choses faciles aux organisateurs de championnats et encore moins aux participants qui ont dû faire face à des conditions de pêche parfois très difficiles. Des conditions météorologiques difficiles, une période de reproduction retardée et des poissons capricieux. Néanmoins les plus expérimentés ont réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est le cas de l’ami Gilles Massiau qui a réussi à gagner son ticket pour le niveau supérieur lors de ce championnat difficile. championnatmoulinet-3ieme-2016-gilles-massiau-2

Une population piscicole hétéroclite

Le lac de Millas n’est pas très profond, entre 1,50 et 2 mètres au plus creux. Un ilôt orne le plan d’eau et un oxygénateur permet une bonne aération des eaux par fortes chaleurs. Des eaux qui sont essentiellement alimentées par l’ajout de poissons issus de pêches de sauvetage dans les cours d’eau avoisinants. Ceci explique une population pour le moins hétéroclites. Aux classiques gardons et brèmes se mêlent rotengles, chevesnes etc. championnatmoulinet-3ieme-2016-gilles-massiau-6

Pêche lointaine

Lors de la première manche, Gilles Massiau a hérité d’un poste où, malgré son éloignement de la berge, il pouvait atteindre le fameux ilot. Le vieux briscard n’a pas laissé passer sa chance en allant chercher des rotengles capricieux sur le fond à 40 mètres du bord. Il remporte son secteur avec plus de 4 kg, 2 kg de plus que son plus proche poursuivant. La seconde manche s’est avérée plus délicate. Il hérite d’un poste proche de l’aérateur. Malheureusement ce dernier est en marche et condamne Gilles et son voisin. Incapables de présenter correctement leur montage, ils finissent tous les deux bredouilles. championnatmoulinet-3ieme-2016-gilles-massiau-4 A l’entame de la 3ème manche et après une telle déconvenue, beaucoup en seraient restés là, mais Gilles, en poussant encore de 10 mètres sa distance de pêche, réussit à tirer encore son épingle du jeu en capturant deux chevesnes pour plus d’1kg. Maigre score certes, mais il lui permet d’arracher une 3ème place de secteur et par la même occasion la 5ème place du général, synonyme de montée en 2ème division nationale. Un juste retour pour ce pêcheur aux multiples participations à la 1ère division nationale ! championnatmoulinet-3ieme-2016-gilles-massiau-7
Matériel employé
Waggler de 14 à 16 gr Cannes Tectra Match de 3,90 et 4,20 mètres Nylon 17,5/100ème

0 5371
championnat-france-club-societe-2016-peche-au-coup-11
La pêche de compétition en équipe connait tous les ans son apogée lors du Championnat de France des Clubs. retour sur le championnat 2016.

Episode 1/4 – La préparation de cette compétition de pêche en équipe

Le championnat de France des clubs est l’épreuve phare du calendrier national pour toutes les équipes de pêcheurs au coup et donc très attendue. L’équipe victorieuse gagne le droit de représenter la France l’année suivante lors du championnat du Monde. Ce cru 2016 est d’autant plus important qu’en 2017, c’est la France qui a été choisie pour accueillir le Mondial. L’enjeu est important. 60 équipes de 5 pêcheurs se disputent le titre suprême. Le SPP87 déjà vainqueur en 2014 et second en 2015 a attaqué l’épreuve le couteau entre les dents avec la ferme intention de gagner son ticket pour le Mondial. Stéphane Pottelet, l’un des leaders de cet équipage revient pour nous sur ce championnat. De la préparation, au déroulement des manches en passant par la stratégie, vous saurez tout !

Vers l’inconnu ou les premières difficultés

« Dès le dimanche précédent le championnat, notre nouveau et jeune talentueux coéquipier, Antoine BERENI, avait décidé de faire le déplacement afin de constater les conditions de pêche du dimanche. L’objectif étant d’observer si les conditions de pêche du WE étaient similaires à celles auxquelles nous serons confrontés la semaine précédant le championnat. Une grosse partie de l’équipe est arrivée sur place le lundi en fin de matinée afin de débuter les entrainements.

Présentation à la famille gobies

Nous avons eu l’honneur d’être présentés à la famille GOBIES. Pour la plupart d’entre nous cette espèce était méconnue ou inconnue. Nous avons découvert ou redécouvert un poisson à l’appétit d’ogre succombant à la bouchée de gros asticots. A notre grande surprise les « spécimens » de 4 à 5 grammes ne rencontraient aucune difficulté à se saisir de 2 ou 3 larves sur des lignes extrêmement lourdes …. Tout bonnement incroyable ! » Ces poissons ont colonisé la Moselle canalisée et dès les premiers entrainements nous prenions jusqu’à 15 à 20 poissons en 5 minutes … »
championnat-france-club-societe-2016-peche-au-coup-3

La star de la semaine !

Trouver d’autres pêches pour faire la différence

« La dominance des gobies ne faisait aucun doute, mais grâce aux entraînements, bien d’autres pêches apparaissaient rapidement. A mi-distance, entre 7 et 9 mètres, il y avait la possibilité de prendre des gardons de 15 à 80 gr, des plaquettes de petites tailles de 20 à 100 gr et parfois quelques spécimens plus imposants jusqu’à 700 à 800 gr, de belles ablettes, des grémilles et bien évidement encore et toujours des gobies. Sous la grande canne, à 13 mètres, il y avait la possibilité de prendre quelques grosses voir très grosses brèmes. Certains poissons fleurtant avec les 2 kg. Une densité importante de petits poissons étaient quant à elle à éviter absolument (grémilles de moins de 5 gr et gobies). Au moulinet, au coulissant ou à la bolognaise il y avait également la possibilité de capturer les mêmes poissons que sous la 13 m. Bref, du poisson de toutes tailles et de toutes espèces à toutes distances. »

Premier contact et exploration de tous les secteurs

« Le premier entrainement s’est tenu dans le secteur B où Antoine BERENI a fait une véritable démonstration sous la grande canne avec plus de 22 kg principalement de grosses brèmes et un sandre de 3.7 kg. Stéphane LINDER a réalisé une magnifique pêche à mi-distance de gardons, plaquettes, ablettes et la balance affichait plus de 5.5 kg. Pour les autres, les options choisies avaient permis de faire succomber 2,5 à 5 kg de poissons en optant pour des pêches au bord et au moulinet. Le mardi, nous nous sommes dirigés vers les gros numéros du secteur D, et là malheureusement nous avons été obligés d’écourter notre entrainement car l’orage était menaçant. Au bout de 2h de pêche, 4 brèmes avaient été prises sous la 13 mètres dont 3 sur les ailes. Dans le milieu nous avions positionné 3 pêcheurs au moulinet qui termineront sans une seule belle brème. Peu ou pas de gobies attrapés, et 2 pêches semblaient dominer la mi-distance avec des blancs de tailles modestes et la 13 m. Après coup, je pense que le résultat au bout de 4h de pêche aurait été totalement différent, les gros poissons arrivant souvent sur le tard.

Le mercredi, premier entraînement sérieux aux gobies

Mercredi, direction le secteur le plus en amont, le E. C’était la première fois de la semaine que certains d’entre nous allaient s’occuper de traquer très sérieusement les gobies dans le bord. Paul-Louis LAFONT situé à l’aile aval pratiquera exclusivement une pêche sous la 13 m et réussira à capturer 6 poissons pour un score de près de 10 kg. Le 2ème de cet entrainement sera Pierre Louis RENAULT qui, placé en plein milieu, réussira à faire succomber 4 jolies brèmes à la bolognaise. Ensuite les pêcheurs de gobies tiraient leurs épingles du jeu. Il apparaissait qu’il était possible de prendre 150 à 200 poissons par heure pour une moyenne de 7 gr par prise soit entre 1 kg et 1.4 kg par heure. La pêche à mi-distance permettait de faire des scores plus faibles entre 1500 à 2500 pts en 4 heures. Nous pensions avoir trouvé le moyen de faire la différence au milieu du paquet en pratiquant à la bolognaise. »

Pêche de compétition et équipe: Dernier entraînement en commun

« Jeudi, le dernier entrainement en commun. Nous avons sélectionné le secteur A pour ce dernier entrainement. 1 secteur annoncé comme particulièrement difficile. Deux d’entre nous avions prévu la bolognaise en plus des pêches de bordure et à mi-distance. Pierre-Louis avait décidé de se faire la main sur les gobies tout comme Antoine, Stéphane LINDER et Teddy LESCURE qui a pris comme option principale la pêche à mi-distance. A l’issue des 3 heures de pêche aucune brème n’a été capturée. Les pêcheurs de gobies étaient devant avec 2,6 kg pour Pierre-Louis avec 260 poissons. 2.540 kg pour 345 prises pour Antoine. Les pêches à mi-distance étaient compliquées, pas plus de 2 kg pour les meilleurs et la pêche à la bolognaise inexistante.

L’heure des choix

A l’issue de nos entrainements nous n’étions pas sereins car aucune piste ne semblait se détacher. Il était possible de réaliser un gros score sous la grande canne. Mais également de faire la différence à la bolognaise. Ou de réaliser un score honorable entre 7 et 9 m . Ou bien encore se rabattre sur les gobies pour assurer un joli fond de bourriche. Le vendredi matin, nous avions décidé de nous rendre sur le parcours. Nous voulions suivre l’évolution des secteurs de pêche ou d’affiner certains réglages techniques sur la pêche de gobies. » championnat-france-club-societe-2016-peche-au-coup-2

Prêts à tout

« Le vendredi après-midi nous étions tous de retour au gite afin de préparer nos lignes ou bas de ligne. Après quelques échanges, nous avions conclu qu’il ne fallait écarter aucune technique. Il fallait nous préparer à utiliser toutes les techniques. A adapter en fonction de l’humeur du poisson et de la zone attribuée. Pour le championnat nous décidons de monter plusieurs cannes pour la pêche du bord, la mi-distance, la grande canne et la bolognaise. Nous n’avions aucune certitude sur la pêche à produire donc le mieux pour nous était de tout prévoir ! » A ce stade, et grâce au descriptif détaillé de Stéphane, on se rend compte que chaque détail compte. Il doit être analysé en groupe afin de n’écarter aucune solution… Enfin, pas de place au hasard. La cohésion avant tout représente la force d’un groupe. »

0 3365
fishabil-peche-au-coup-rameau-dor-20165
Un week- end de pêche de compétition à Fishabil formidable pour nos amis alsaciens.

RAMEAU D’OR 2016 – FISHABIL LAKE – LOSCOUET SUR MEU (22) 16 et 17 mai 2016

Il y a des rendez-vous d’une saison de pêche au coup qu’on ne veut pas rater et le Rameau d’Or, organisé par la société du même nom, en fait partie. Le splendide lac de Fishabil est connu et reconnu par tous les pêcheurs de carpes en batterie comme l’un des plus beaux spots d’Europe. Mais c’est aussi le paradis des brèmes. Négligées par les carpistes, elles ont tout le loisir de pulluler et croître en nombre et en taille et ne sont la cible des pêcheurs au coup que le temps de ce fameux weekend de la Pentecôte. Avec mon ami Florian Muller, c’est notre 3ème participation et nous étions gonflés à bloc pour cette édition 2016.
fishabil-peche-au-coup-rameau-dor-20161

Prêts pour le départ, gonflés à bloc les Alsaciens !!

Pas d’entrainement

Le lac est privé et loué à des dizaines de carpistes. Investi jusqu’à la veille de l’épreuve, seuls ceux qui habitent dans les environs ont pu prendre la température. Pour nous qui sommes les plus éloignés géographiquement, aucune possibilité d’entrainement. Nous nous fions à nos expériences passées et après une petite conversation avec Alexandre Charpentier en charge des abords du lac, nous savons que les plaquettes sont là et bien là, quelques rotengles aussi et que les carpes sont en pleine fraie. Les seuls doutes qui subsistent sont la taille des poissons et leur appétit. Notre stratégie est prête depuis des semaines et il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour le tirage.
fishabil-peche-au-coup-rameau-dor-20162

Le décor de Fishabil

1ère manche sur les chapeaux de roue

Florian nous ramène le N°17, au milieu de la berge la plus éloignée. Nous préparons 4 coups comme prévu. L’un à 6 mètres, le second à 11 et deux autres à distance de waggler, 20 et 40. L’idée de multiplier les coups et d’avoir des touches continues. En effet, les silures sont bien présents et les touches peuvent s’éteindre en un clin d’œil de façon assez incroyable.

La pêche

Dès le départ, nous remarquons que les touches sont timides en terme de quantité. Ceux qui démarrent à la canne sont notre baromètre. Par contre au bout de quelques minutes, notre coup à 20 mètres, même si ce n’est pas une cadence énorme, s’avère productif d’autant que la taille des plaquettes est très correcte (250/300gr). Au bout d’une heure, j’estime notre pêche à 8 kg pour 40 poissons environ de toute taille, des petits sujets sont venus se mêler aux autres. Un début timide, mais à l’issue de l’heure, les touches vont en augmentant et nous commençons à nous régler pour ne rien lâcher jusqu’à la fin. Chaque fois que les touches ralentissent, l’un de nous va voir à 11 mètres et les poissons s’accumulent dans les bourriches. Nous arrivons à prendre quelques belles plaquettes de 5/600gr et une grosse d’1,2kg. A la fin de la manche, je suis incapable d’annoncer un poids, mais ce qui est sûr c’est que nous nous sommes amusés et donnés à fond.

La pesée de première manche

Je décide de suivre la pesée et je découvre à nos dépens, que l’aile n’est pas le 14 que je gardais en visuel, mais le 12 totalement isolé et excentré. Ce secteur est donc affublé de 4 ailes, le 21, le 14, mais aussi le 13 et le 12 complètement isolés sur la gauche. Avec nos amis Olivier Treille et Nicolas Dantony sur ce dernier, la partie est loin d’être gagnée. Quand mon ami Gwendal Perrichot arrive avec la pesée et annonce 37 kg pour le 13 et 42 pour la paire du Team Garbolino Rameau 37, nous avons espoir. Après les 6 pesées nécessaires pour comptabiliser le poids de nos prises, le score s’affiche : 55 kg et une victoire de secteur, yes !!! fishabil-peche-au-coup-rameau-dor-20168  

Interlude

Le repas du samedi soir est un moment que nous attendons aussi impatiemment que la pêche. C’est l’occasion de débriefer avec les copains, de passer un super moment d’autant que la nourriture bretonne est excellente. L’accueil est fantastique ! Côté pêche, nous nous apercevons qu’il y a eu des zones où le pollen qui recouvre le lac a posé des soucis à certains pour pêcher au moulinet et qu’il fallait ruser pour s’en sortir. Les scores sont tout de même encourageants. Et demain, ça va être la guerre. Le hasard du tirage nous place encore une fois au milieu et à notre droite, Olivier et Nicolas comme adversaires. Jonathan Sanmarti et Grégory Pétillot hérite du fameaux 13 isolé, Diego Da Silva et Yohan Kouzmina du N°21 etc. fishabil-peche-au-coup-rameau-dor-20164

2ème manche sur le fil

En plusieurs participations, c’est la première fois que nous tombons dans ce secteur. Mais il ne nous est pas totalement inconnu, car nous nous y sommes entrainés dans le passé lorsque c’était autorisé. Très peu profond surtout sur la gauche, nombreuses anguilles présentes et à priori l’aile à l’entrée est intouchable car plus profonde et exposée au vent. Notre ami Thierry Huet et son partenaire en hérite. Après avoir discuté la veille avec Laurent Emonet, nous savons que la pêche à l’anglaise a été la plus productive et nous décidons de ne rien changer à notre stratégie.

La pêche

Encore une fois, le départ est laborieux, mais c’est général. Nous réussissons malgré tout à voir des touches régulières à 20 mètres et surtout à prendre rapidement de jolis poissons. Nous alternons les coups, mais la grande canne est très peu productive. A l’anglaise, nous sommes obligés de rappeler très régulièrement pour garder les poissons. Malheureusement la dernière heure est catastrophique, un léger vent se lève et pour ma part, je perds mon réglage à cause d’une casse inopportune et j’avoue que quand l’heure de la pesée arrive, je suis très pessimiste.

L’attente du verdict de la 2ème manche

Comme prévu, les places de gauches se sont révélées compliquées. Le plus gros score est pour nos voisins de gauche, 27 kg. La première bourriche de Florian accuse 17 kg et je sais que j’ai moins, mais tout de même 16kg, soit un total de 33kg. Si la logique se respecte, tous les postes à droite nous battent. Mes doutes se fondent puisqu’Olivier et Nicolas ont fait une dernière heure de folie à la canne et ont 38kg, très bien joué. Fort heureusement, même si nous sommes battus par Thierry Huet et son ami avec 36kg, nous arrivons à voler la 3ème place de 800 grammes à l’équipe intercalée. fishabil-peche-au-coup-rameau-dor-20169  

C’est l’heure des comptes

Nous sommes déçus, cette dernière heure vide de touches nous a été fatale d’après-moi. Si je pense que la victoire de secteur était difficile, la seconde place était largement atteignable. Nous faisons les comptes. 55 + 33 kg nous font 88kg et 4 points manche (1+3). Reste à savoir ce qui s’est passé ailleurs. Mais par le passé, il a toujours fallu gagner deux fois pour remporter l’épreuve ou au pire faire 1 et 2. Le suspense est à son comble quand nous apprenons que plusieurs équipes ont 4 points au cumul des manches. Nous devons attendre un long moment, mais enfin le verdict arrive et nous remportons ce Rameau d’Or 2016 !!! C’est une énorme satisfaction car après une première victoire en 2013, une seconde place en 2014, nous avions à cœur de bien réussir et sommes fiers d’avoir relevé le défi ! fishabil-peche-au-coup-rameau-dor-20167

Merci

Une victoire entre copains n’a pas de prix et c’est ce qui s’est passé. Notre binôme avec Florian fonctionne à merveille. Un grand merci à nos camarades de gîte, Olivier Gielczynki, Yohann Houssais, Thierry Furdina et Germain Blanchard avec qui nous avons passé un très bon weekend. Merci à l’équipe de Fishabil toujours aussi accueillante. Equipe aux petits soins avec les pêcheurs, Priscilla et Alexandre en particulier, Pascal Chemin et Julien Thoron pour l’informatique. Et un grand merci à la Société Rameau de proposer une épreuve qui est une réussite totale car mêlant convivialité et ouverture d’esprit total sur un plan d’eau somptueux. fishabil-peche-au-coup-rameau-dor-20166

Matériel utilisé

  • Anglaise : Pour éviter de décrocher trop de poissons dans ces eaux peu profondes, nous avons utilisé des cannes light (2-8gr) pour amortir nos ferrages énergiques. Les wagglers fixes étaient préplombés de 6 à 8gr et portaient 1gr et les coulissants supportaient 12gr,
  • Grande canne : Nous avions placé des élastiques pleins d’1 mm sur deux éléments de nos cannes également pour éviter les décrochages. Comme le tout était très souple, le ferrage était soft et nous pouvions ramener les poissons en vitesse et pour gagner du temps à la mise à l’épuisette nous avons employé des kits ELC Match (Elastic Control). La ligne efficace était équipée d’un flotteur Garbolino DC18 d’1gr. Son antenne épaisse était visible dans toutes les situations de lumière. Et grâce à elle, nous ne ferrions que les vraies touches. Nous avions décidé d’employer des hameçons de 16 dans tous les cas.  Avec pour objectif de ne pas rebuter les prises modestes et néanmoins assurer les belles.

Les épreuves parrainées par les grandes enseignes

Le Rameau d’Or est l’image même du tournant qu’a pris la pêche de compétition en France depuis quelques années. Sensas, Milo, Rive, Garbolino, les grandes marques organisent aujourd’hui des épreuves pour lesquelles l’engouement ne cesse de croitre car elles proposent des thèmes très populaires : Convivialité, dotation exceptionnelle et des parcours très poissonneux ! Et ceci est sans compter les grosses compétitions organisées par clubs et associations. Le renouveau de la pêche au coup de compétition !

stephane-pottelet-peche-au-coup-garbolino-5

Interview de Stéphane Pottelet, nouveau chef de marque Garbolino.

Nous connaissons tous le pêcheur, mais beaucoup moins l’Homme. Pour saluer son arrivée dans la Famille Bleue, Stéphane Pottelet s’est prêté à un jeu de questions auxquelles il a répondu avec tout ce qui le caractérise : Franchise, honnêteté et sincérité. La pêche ? Plus qu’une passion pour ce grand champion qui y consacre toute son énergie.

Stéphane Pottelet, peux-tu te présenter aux internautes ?

« J’ai 42 ans et suis passionné de pêche depuis l’âge de 12 ans. J’ai débuté la pêche au coup de compétition à 16 ans et tout de suite attrapé le virus. En 2001, j’ai eu la chance d’accéder à la première division nationale, à l’époque nous étions 24 pêcheurs et le championnat s’était disputé en 6 manches sur 2 weekends, cela restera un beau souvenir. Depuis je n’ai jamais quitté l’élite.

2004, premier championnat du monde et premier titre par équipe

En 2004, ayant les critères pour intégrer l’équipe de France de pêche au coup, le sélectionneur de l’époque a fait appel à moi dès la première année pour le championnat du Monde des nations qui se déroulait à Willebroeck en Belgique. Et là bingo CHAMPION DU MONDE par équipe. Depuis, j’ai connu de nombreuses sélections et participé à 10 championnats du Monde et 7 championnats d’Europe. J’ai remporté avec le groupe France toutes les couleurs de médailles possibles sur ces 2 championnats par équipe (Or, Argent et Bronze). En individuel, j’ai décroché 2 médailles au championnat du Monde (Argent et Bronze).

5 fois champion de France

Au niveau national, je possède 5 titres de champion de France dont 2 en individuel 2010 et 2014, un titre en club avec le SPP 87 en 2014 et 2 titres de Champion des Comités Départementaux avec l’équipe de Seine et Marne en 2010 et 2011. Ma passion pour la compétition est intacte et comme depuis mes débuts, j’adore me surpasser et me remettre sans cesse en question. » stephane-pottelet-peche-au-coup-garbolino-4

Quel est ton parcours professionnel ?

« Cela faisait près de 20 ans que je travaillais dans le secteur de la santé. J’occupais le poste de responsable des Affaires Financières dans l’un des plus gros centre de santé en France. Mon employeur de l’époque avait été très compréhensif . Il m’avais permis de gérer très librement mes congés afin de préparer au mieux mes différentes échéances sportives. Une véritable chance pour moi !

La recherche d’un nouveau défi

Cela fait maintenant 2 à 3 ans que je souhaitais voir autre chose et relever de nouveaux défis et plus particulièrement dans mon domaine de prédilection : La pêche. C’est aujourd’hui possible et je compte prendre énormément de plaisir dans mes nouvelles fonctions au sein du groupe Sert et plus particulièrement chez Garbolino. » stephane-pottelet-peche-au-coup-garbolino-6

Quelles sont les raisons qui t’ont fait choisir la marque bleue ?

« Avec Garbolino, je n’arrive pas en terre inconnue. Déjà dans les années 1995 à 2003, la société Garbolino me soutenait au niveau matériel. C’était l’époque des GBX, des TOPIX et des Magister Ace, des cannes de légende. Depuis 2 à 3 ans, j’ai constaté un changement radical dans l’image de la marque. Méthodes de communication et gamme des produits proposés. L’arrivée de Jérôme MIO à la tête de la marque a insufflé un nouvel élan à la marque bleue. Garbolino a plus de 70 ans et pourtant j’ai l’intime conviction que les plus belles années sont devant nous. » stephane-pottelet-peche-au-coup-garbolino-2

Comment comptes-tu marquer Garbolino de ta patte ?

« Je vais m’appuyer sur mon expérience, mes idées et mon réseau. Nous proposerons aux pêcheurs au coup des produits techniques de qualité adaptés à la pratique de notre passion. Certains d’entre eux ne manqueront pas d’originalité. Le développement des nouvelles gammes se fera en tenant compte de l’avis de nos meilleurs spécialistes dans les différentes catégories de la pêche au coup au sens large (roubaisienne, carpe au coup, feeder, anglaise, bolognaise). Pour la partie développement, je compte m’appuyer sur l’expérience et les compétences de deux figures emblématiques de la marque depuis de très nombreuses années, je pense bien évidemment à Diégo DA SILVA et à Darren COX. Je compte également collaborer avec un pêcheur reconnu pour son exigence et sa méticulosité Paul Louis LAFONT, la nouvelle génération apportera également sa pierre à l’édifice, je pense ici à Jonathan SANMARTI. Garbolino a la chance aujourd’hui de compter dans ses rangs un bon nombre collaborateurs, pêcheurs reconnus et afficionados en France, en Angleterre, en Belgique et dans les pays de l’Est notamment. Je me ferai un devoir d’être à l’écoute de tous et partager avec le plus grand nombre. » Je compte faire bénéficier aux utilisateurs des produits de la marque de toutes les innovations susceptibles de rendre plus efficace et plus ludique la pratique de notre passion. Mon laboratoire sera la haute compétition, tout comme la formule 1 l’est pour l’automobile. Par ma présence sur les grosses compétitions, sur les championnats du Monde, d’Europe et de France, je serai en mesure de proposer et de développer des gammes de produits adaptés. » stephane-pottelet-peche-au-coup-garbolino-3

On n’a pas le parcours que tu as eu sans des soutiens importants au niveau matériel. Qui souhaites-tu remercier en priorité ?

« Avant de basculer totalement dans ce nouveau domaine, je souhaiterais vivement remercier la société SENSAS. En effet, elle m’a apporté son soutien pendant de longues années. Un grand merci à Monsieur Jean DESQUE et à Christophe NOUALHIER. Ainsi qu’à toutes les personnes de cette société, je ne pourrai pas tous les citer par peur d’en oublier. Dans le futur, pour mes amorces je continuerai à utiliser les produits de la marque verte. »

Alors heureux Stéphane Pottelet ?

« Oui définitivement. Je suis extrêmement heureux de pouvoir enfin concilier passion et activité professionnelle. Quoi de plus valorisant pour un passionné que de pouvoir travailler dans son domaine de prédilection. Cette prise de fonction va me permettre de découvrir une magnifique région. Le sud-ouest de la France plus précisément en région Bordelaise. » stephane-pottelet-peche-au-coup-garbolino-8