Archives des truite au toc - Garbolino
Menu
Home Tags Posts tagged with "truite au toc"

truite au toc

truite-en-debut-de-saisons-1
La température de l’eau contraint la pêche de la truite au toc en début de saison. En effet , malgré une météo parfois printanière, la température de l’eau possède un nombre à un seul chiffre dans la plupart des cas. Les truites, sauvages ou introduites, rechignent encore à godiller dans les courants. On les trouve préférentiellement au niveau des zones amorties. C’est particulièrement le cas dans les cours d’eau de régime nival influencés par la fonte des neiges. Cette thermie ralentit leur métabolisme, ce qui induit des phases alimentaires courtes. Le reste du temps, les poissons restent dans les caches. A cette période, les truites ne s’en éloignent guère. Et elles chassent à proximité. On comprend alors pourquoi les « postes mixtes » évoqués dans l’article « comprendre les postes » sont les meilleurs. L’équation à résoudre est donc simple : amortis + caches = bordures. A quelques exceptions près, ce sont les seules zones de la rivière qui couplent ces deux paramètres. Vous devez absolument les prendre en compte pour prendre des truites en mars/avril.

Des bordures oui, mais pas n’importe lesquelles :

Toutes les bordures sont loin de sa valoir et divers paramètres les discriminent, entre autres l’accessibilité, le nombre de caches et la proximité avec une veine porteuse. Donc une veine amortie molle d’environ 50 cm de profondeur représente l’archétype de la bordure porteuse , parsemée de blocs importants, située au niveau d’une berge inaccessible à la ripisylve dense, à proximité immédiate d’une belle veine porteuse puissante. Elle nécessite des lancers parfois longs et précis pour être correctement exploitée. Les moins régulières sont plus accessibles (présentes au niveau de la berge où le passage est évident), parsemée de galet ou de sable fin (elles sont colonisées uniquement par des poissons bien décidés à s’alimenter), sans végétation protectrice. Entre ces deux extrêmes se déclinent une nombre infini de zones aux caractéristiques variées qu’il est bon d’explorer en leur consacrant un temps proportionnel à leur attractivité.
truite-en-debut-de-saisons-2-toc

La bordure d’en face présente des caches, une veine pas trop puissante et sa berge est inaccessible : c’est un aimant à truites !

truite-en-debut-de-saisons-3-pêche-au-toc

Une bordure assez accessible et sans cache importante, à explorer rapidement….

Pêche de la truite au toc en début de saison. Oui mais aussi les autres techniques ?

Rien de révolutionnaire à ce niveau, les techniques intensives, qui permettent de fouiller minutieusement ces portions chaudes, sont toutes indiquées. Le toc est bien sur roi dans ces conditions (il excelle dans les pêches précises et insistantes), mais le vairon s’en tire bien également, surtout si les truites sont dans la cache (un poissonnet dandiné à l’entrée reste inégalé). Une canne suffisamment longue permet de porter efficacement le montage. Ainsi l reste au maximum dans la zone amortie , car le courant proche ne vaut rien à cette saison. Les adeptes de téléréglables seront à leur aise. Pour les cannes type anglaise, les longueurs supérieures à 3.50m sont nécessaires.

0 4620
truite-au-toc-peche-appats-naturel-4

Les pluies printanières couplées au redoux déclencheur de fonte des neiges induisent souvent des eaux fortes et froides en avril/mai.

Ainsi, le pêcheur aux appâts naturels devra accorder son matériel et sa prospection à cette donne singulière. Voyons comment y parvenir : truite-au-toc-peche-appats-naturel-3
  • L’adaptation à la hausse des niveaux passe en premier lieu par l’utilisation d’un matériel solide, notamment en matière de nylon : du 16/100 en corps de ligne et un bon 14 en bas de ligne au toc ne sont pas superflus en pareilles circonstances. La canne devra être assez longue de façon à donner un bras de levier suffisant. Les veines favorables étant étroites en petits cours d’eau, il sera judicieux de “porter” suffisamment le montage pour pêcher creux, sans draguer, malgré des plombées assez lourdes. Les cannes téléréglables de 4/5m et à emmanchements d’environ 4m sont les plus adaptées. Pour les hameçons, évitez les modèles trop fin de fer et qui s’ouvrent. Une truite d’une trentaine de centimètres dans un fort courant met cette pièce à rude épreuve. On pourra les orner d’appâts classiques de début de saison (vers et teignes), qui conviennent dans l’immense majorité des cas.
truite-au-toc-peche-appats-naturel-2
  • Au niveau des portions favorables, mieux vaut se diriger vers des secteurs d’ordinaire lents et homogènes où la hausse des débits décuple les qualités pêchantes, tout en favorisant l’approche des poissons. Ces portions élargies et moins pentues donnent le maximum de coups pêchables à cette période de l’année. Sur les secteurs classiques, les veines porteuses sont généralement confinées aux bordures. Les meilleures sont celles qui flirtent avec des caches. Les postes de type “bordures molles + caches” sont à rechercher en priorité à ce moment de la saison. L’avantage de ces niveaux extrêmes est la facilité avec laquelle on peut localiser les poissons : les truites sont regroupées au niveau des rares zones où le couple vitesse/profondeur leur convient !
Bonne pêche en eaux fortes ! L’équipe Garbolino truite-au-toc-peche-appats-naturel-1

0 6246
Montage Ouverture de la truite
Comment bien aborder la pêche à l’ouverture de la truite ?

Les 10 conseils indispensables de l’équipe Garbolino !

1.N’improvisez pas :

Pour l’ouverture de la truite, tenter le coup sur un parcours inconnu est une prise de risque importante. Aussi développée soit votre capacité d’anticipation, il est parfois impossible de prévoir précisément la topographie du secteur convoité à la simple lecture d’une carte IGN. Étant donné la rareté des portions favorables en mars (suffisamment molles pour être porteuses par eaux froides tout en étant assez peu accessibles pour décourager le gros de la troupe des pêcheurs), mieux vaut ne pas partir à l’aveuglette !

2. Ouverture de la pêche à la truite: Fuyez la foule

L’enfer, c’est les autres”, cette maxime prend tout son sens en ce weekend d’ouverture de la truite. Quelque soit le niveau technique des pratiquants présents, le piétinement intensif des berges nuit à la qualité de la pêche. Entre les pataugeurs invétérés, les ferrailleurs brutaux et les preneurs qui mettent au sec le peu de poissons disposés à mordre, les pressions que subissent les truites farios sont nombreuses et peu favorables à leur sortie durable. La fréquentation de secteurs préservés (gorges, ruisseaux nécessitant une marche d’approche, berges inaccessibles..etc.) décuple vos chances et doit être un leitmotiv ! Ouverture de la truite

3. Prévoyez du repli :

Dans la mesure du possible, il est bon de prévoir un panel de coins de pêche diversifiés (en matière de largeur, de régime d’écoulement…etc.) de façon à être capable de réagir face à tout imprévu. Un pêcheur qui vous devance subitement en ruisseau, un coup d’eau fortuit qui teinte le bassin versant, un lâcher de barrage qui anéantit votre après midi en grande rivière, autant de situations nécessitant une bonne réactivité. Dans l’idéal, on prévoira donc par exemple un parcours capté, une résurgence, un parcours compatible avec la pression de pêche pour le samedi après midi, un secteur de gorge…etc.

4. Ne vivez pas dans les souvenirs de la fermeture truite passée :

Celui qui aborde le premier jour de la saison avec la même logique que celle qui a clôturé la précédente risque de déchanter rapidement. Évanouies les truites postées dans le courant qui godillent devant les pierres à l’affût de la moindre larve d’insecte, des séries de poissons alignés dans les radiers maigres et rapides ! En mars, les farios (lorsqu’elles sont sauvages) sont généralement assez confinées aux abords des caches et, sauf conditions printanières et activité anachronique, la pêche se fait essentiellement “à gratter”. ouverture-truite-peche-garbolino-4

5. Prenez votre temps :

En rivières moyennes et grandes, il faudra composer avec d’autres pêcheurs durant le weekend. Plutôt que de prendre part au défilé et se lancer dans une course effrénée à celui qui aborde le plus grand nombre de postes, mieux vaut les fouiner consciencieusement dans une approche intensive. En mars, l’insistance paye souvent. La distance de stimulation faible vous oblige à passer au plus près des poissons pour les déclencher. Ainsi, un nombre de coups de ligne relativement important est nécessaire pour chaque poste qui se présente, ce que les pêcheurs pressés négligent forcément !

6. Démarquez vous des autres :

Dès le samedi après midi, les parcours vierges seront quasi inexistants et les berges que vous foulerez déjà piétinées. Dans ce contexte, il est bon de prendre le temps d’observer l’attitude de ceux qui vous précèdent directement pour proposer autre chose aux truites (au niveau de la technique, de l’esche, du type de poste prospecté…etc.). Il est également judicieux de cibler les postes qui conservent encore quelques chances de capture après le passage de plusieurs pêcheurs, notamment les coups vastes et ceux difficiles d’accès, nécessitant des lancers lointains et précis (sous des frondaisons par exemple). ouverture-truite-peche-garbolino-5

7. Ne vous trompez pas de technique pour la pêche à l’ouverture de la truite

A l’ouverture de la truite comme durant le reste de la saison, toutes les techniques disponibles ne possèdent pas d’égales chances de réussite. S’il est assez difficile de prévoir l’efficacité de celles qui misent sur l’agressivité. Notamment la pêche aux leurres, capable du pire comme du meilleur à cette période. Celles qui proposent un stimulus alimentaire sont assez régulières en mars. Le pratiquant qui tente sa chance au toc prend peu de risque tant la faculté d’adaptation de cette technique est immense !

8. Ne ratez pas le coup de midi :

A cette saison, l’eau froide limite les ardeurs des salmonidés. Donc toute inflation thermique de quelques degrés peut déclencher une période d’activité. De plus, le milieu de journée coïncide généralement avec des éclosions d’éphémères qui mettent les truites en appétit. L’appétence décuplée qui caractérise les poissons dans ces moments n’est pas seulement favorable au moucheur . Quoiqu’une éclosion de march brown puisse totalement focaliser l’attention des truites et frustrer le non adepte du fouet. Alors que la rivière s’anime, les poissons se mettent en chasse. Quelque soit la nature de ce qui orne votre hameçon, ne négligez pas ce créneau ! Ouverture de la truite  

9. Vérifiez votre matériel pour la pêche à l’ouverture de la truite :

Le matériel qui dort tranquillement dans le garage depuis 6 mois mérite une petite vérification pré-ouverture : les éléments les plus sensibles sont les waders – un petit trou oublié durant l’hiver peut gâcher votre entrée en matière, prenez donc la peine de vérifier leur étanchéité  – et le nylon, surtout s’il est fluo, qui supportent plutôt mal la conservation et sera changé. Bien sûr, il va sans dire que le reste de l’équipement mérite également une petite révision !

10. Soyez modeste dans vos objectifs :

En mars, il y a une multitude de facteurs défavorables:
  • eaux froides
  • niveaux variables
  • forte fréquentation
réunis pour vous compliquer la tâche. Ainsi, afin d’éviter une trop grosse désillusion qui entamerait votre motivation pour les mois à venir (qui sont bien sûr meilleurs), mieux vaut aborder cette journée rationnellement, sans objectif chiffré précis. La dimension spirituelle et la convivialité comptent également beaucoup en ce deuxième samedi de mars ! Bonne ouverture de la truite à tous ! L’équipe Garbolino ouverture-truite-peche-garbolino-6  

peche-truite-au-toc-garbolino4
L’été 2015 ne restera pas dans les annales en matière de pêche de la truite. La longue période de fortes chaleurs qui a touché la France a induit un étiage sévère dès la fin juin dans les régions dépourvues de hauts sommets. Cette conjoncture météorologique assez défavorable (et à plus long terme, sa prévisible récurrence) a rappelé les souvenirs nauséabonds de 2003  et ne fait que souligner la vulnérabilité des biotopes salmonicoles, que quelques années bien arrosées avaient pu faire sortir de nos esprits. 2015 ne nous aura donc pas fait ressentir la douce jubilation qui caractérise tout pêcheur de truite en présence d’une météo estivale morose, celle là même qui crée le désarroi des vacanciers (ce qui ne fait que confirmer le côté antisocial de notre activité) mais booste grandement l’activité des farios. La plupart de mes sorties se sont donc déroulées en montagne, où la température est restée relativement conforme aux exigences des salmonidés. Ainsi, l’été 2015 a été marqué par quelques bivouacs en lacs d’altitude : peche-truite-au-toc-garbolino5 peche-truite-au-toc-garbolino3 … quelques (rares) coups d’eau rafraîchissant exploités aux appâts naturels : peche-truite-au-toc-garbolino13 peche-truite-au-toc-garbolino14 peche-truite-au-toc-garbolino17 … des sessions urbaines réussies : peche-truite-au-toc-garbolino9 peche-truite-au-toc-garbolino10 … des longs trajets en voiture dans des paysages Sergio Léoniens : peche-truite-au-toc-garbolino7 peche-truite-au-toc-garbolino6 … des sorties en binôme avec des potes souvent plus efficaces que moi sur les gros poissons : peche-truite-au-toc-garbolino16 peche-truite-au-toc-garbolino8 …des tests de protos de la gamme Garbolino Altima 2016 : peche-truite-au-toc-garbolino15 … des coups du soir tardifs en sèche et les traditionnelles photos pourries qui les accompagnent : peche-truite-au-toc-garbolino11 peche-truite-au-toc-garbolino12 … quelques flirts avec des bien portantes : peche-truite-au-toc-garbolino18 peche-truite-au-toc-garbolino19 Et enfin, les traditionnelles sorties détente au saumon de fontaine : peche-truite-au-toc-garbolino2 peche-truite-au-toc-garbolino1 … un été assez classique en somme ! A bientôt Simon Scodavolpe  
Si vous souhaitez parfaire vos connaissances sur la pêche de la truite, consultez le site garbolino.fr,  et en particulier tous les articles dédiés à la pêche de la truite au toc. Nous vous conseillons en particulier:
     

peche-truite-au-toc-garbolino29

Retour sur un coup du soir au toc de septembre :

Il est 17h30 quand je débute le coup du soir au toc, ce soir là. En cette mi-septembre, les conditions hydrologiques étaient, jusqu’à la nuit dernière,  de saison. Des eaux claires, basses et relativement froides (nous sommes repassés en dessous des 10°C en montagne suite au sérieux rafraîchissement des nuits depuis la mi-août). Toutefois, de récentes précipitations ont provoqué une montée des eaux brutale et en cette fin de journée, les niveaux sont sur la baisse mais encore forts. Les cours d’eau du bassin versant sont teintés. Considérant que la turbidité nuit vraiment à la lecture d’eau, je choisis le cours d’eau du BV qui s’éclaircit le plus vite. La teinte de l’eau y est plus gris ardoise, et non marron comme sur certains de ses voisins. Le succès d’une partie pêche lors d’un crue est avant tout une affaire de timing, car suivant la saison, la durée de présence d’eau turbide et l’inertie du coup d’eau (principalement conditionné par la nature du sol et la saison), les poissons s’alimentent plus ou moins longtemps. Le meilleur moment selon moi, est la décrue. En effet, si une activité importante est possible à la montée, elle est souvent de courte durée, les conditions de chasse se dégradant rapidement à mesure que la turbidité augmente. La pêche n’est pas extraordinaire lorsque les eaux charrient et devient bien meilleure lorsqu’elles commencent à s’éclaircir. De plus, le timing est parfois dur à prévoir dans la mesure où les poissons s’alimentent de façon plus ou moins longue à la décrue, et il est possible d’arriver après la bataille…
Retour au bord de l’eau
Arrivé sur les lieux, je constate que le niveau est fort comme prévu, mais la teinte tout à fait compatible avec une pêche au toc assez classique, au ver. La pente est relativement importante sur ce torrent de montagne. Je choisis donc un secteur d’ordinaire assez assagi et homogène de façon à bénéficier de nombreux coups porteurs dans les eaux fortes. Je débute la pêche en testant, comme à mon habitude, un maximum de postes différents, tant en termes de profondeur, de vitesse de courant que de distance aux caches, afin de dégager une éventuelle tendance et donc un moyen d’optimiser la prospection en se focalisant sur la configuration porteuse.

Un début délicat pour ce coup du soir au toc

La rivière semblent vide durant plus de demi-heure, les petits radiers maigres en bordure (souvent plébiscités par des poissons en chasse dans l’eau teintée) ne rapportent rien, tout comme les coups marqués près des caches, aussi alléchants soient-ils : peche-truite-au-toc-garbolino26 J’arrive alors sur une lame marquée de profondeur moyenne, balayée d’un courant parfaitement laminaire sans turbulence. Le substrat hétérogène laisse supposer la présence de nombreux amortis près du fond. Donc il représentent autant de postes de chasses potentiels, en tête et sur la bordure opposée, assez loin. peche-truite-au-toc-garbolino21 Effectivement, je prends rapidement une touche que je manque, puis un premier joli poisson se rend : peche-truite-au-toc-garbolino20 Une truitelle touchée au coup de ligne suivant m’encourage à serrer la prospection. Je multiplie les passages entre les blocs proéminents immergés. Ce sont finalement 4 truites maillées qui se rendent sur cette portion de 15m, en l’espace d’une quart d’heure. peche-truite-au-toc-garbolino22 Je poursuis ma progression et retrouve une configuration plus classique en amont. Je la saute allègrement canne en main. Quelques coups de ligne par acquis de conscience sur les postes les plus prometteurs. Ils resteront tous vains : peche-truite-au-toc-garbolino23-coup-du-soir-pêche-rivière-forte Je ne connais pas le haut du secteur et remonte donc canne en main. En  m’arrêtant de moins en moins souvent car mes tentatives avortées me persuadent que le salut passe par la recherche de l’unique configuration qui m’a rapporté quelques poissons. Une lame marquée, de profondeur faible à moyenne (moins du mètre) qui tire droit et sans turbulence.

Après une demi- heure, ça change…

Après une grosse demi-heure d’avancée stérile, un nouveau coup similaire se profile : peche-truite-au-toc-garbolino-coup-du-soir-grosse-rivière Je serre d’entrée de jeu en lignant dès la fin du pool de façon à peigner toute la zone, par coups de ligne parallèles. Les poissons répondent aussitôt présents et 4 truites supplémentaires rentrent, dont une dernière bien nerveuse : peche-truite-au-toc-garbolino- coup-du-soir-rivière  

Au final, 8 poissons en 1h30

Plus de 1km de rivière parcouru et des touches sur moins de 100m. Un coup du soir au toc réussi. Un tel coup du soir illustre parfaitement l’importance de la stratégie, surtout avec un temps de pêche limité. Malgré l’omniprésence de la technique dans les considérations de nombreux pratiquants (notamment la sacro sainte plombée), la façon de construire sa partie de pêche demeure le principal facteur de réussite. Ce soir là, un simplissime « 4 plombs de 6 » ont amplement suffi à présenter l’appât de façon naturelle. En effet, l’important était ailleurs ! A bientôt Simon SCODAVOLPE

J’aime la pêche de la truite dans les Cévennes. J’affectionne particulièrement le versant méditerranéen de ce massif, où le chant des cigales et une délicieuse odeur de pin vous accompagnent  lors de vos pérégrinations halieutiques. Dans ce coin de la France, les truites sont de taille modeste (substrat granitique oblige) mais rustiques et en bon nombre (surtout depuis 5 ans qu’une conjoncture climatique favorable s’est installée). Les eaux souvent basses produites par l’influence climatique méridionale induisent une pêche fine très plaisante. La qualité des poissons qu’on y trouve n’est pas tant due à une gestion exemplaire des APP du coin qu’aux pressions  naturelles sévères qui se chargent d’exterminer tout individu non génétiquement adapté (entre les étiages extrêmes durant lesquels les rivières se transforment en une succession de flaques d’eau chaudes et les crues automnales pour le moins décapantes, on ne peut pas dire que la Nature ménage ses hôtes dans cette région). Le bassin versant en question comporte plusieurs rivières à truites de petit calibre, et qui correspondent assez bien à ce qu’on pourrait appeler des « coins moyens ». Dotés de caractéristiques intrinsèques assez banales, d’une productivité loin d’être faramineuse, mais suffisamment peu fréquentés  pour conserver une qualité de pêche correcte, tout au moins suffisante pour moi.

Pas de planification stratégique pour cette ouverture de la pêche de la truite dans les Cévennes

L’ouverture constitue l’unique sortie de l’année qui ne soit pas planifiée selon des paramètres stratégiques. Débuter la saison dans les Cévennes est plutôt devenu un rituel annuel qui coïncide avec une visite familiale dans le Gard. Depuis 3 ans, je rencontrais des conditions en mars quasi parfaites; des niveaux tendus juste-comme-il-faut et une température d’eau favorable autour des 10°C. Cette année, la donne s’annonçait toute autre. Dès la mi-février, l’omniprésence de l’anticyclone laissait présager des niveaux bas, voire très bas, malgré ce que mes informateurs locaux (aveuglément optimistes) m’affirmaient. … et dans cette région (comme dans pas mal d’autres), eaux basses = truitelles. Ma conscience m’interdisant d’esquiver ce rendez-vous pour d’autres contrées plus favorables, j’allais donc subir les aléas climatiques, ce qui ne manqua pas de me rappeler une règle empirique immuable : une partie de pêche réussie ne se prévoit pas à l’avance. Maigre, ça l’était. « On s’croirait au mois d’août »
Ouverture de la truite dans les Cévennes.1 pêche truite Cévennes

Les eaux très basses des cours d’eaux Cévenols en cette ouverture 2015 de la truite

  Comparativement à la belle saison, une situation encore pire dans la mesure où les petites ruptures de pente agitées qui concentrent alors les truites restèrent désespérément vides dans cette eau à 7°C. La pêche n’eut donc rien de passionnant et je vous ferai grâce de toute tentative de décryptage puisque je n’ai pas rencontré l’ombre d’une piste à suivre pour en améliorer le résultat (existait-elle seulement ? mieux vaut penser que oui !).

Un échantillon des poissons du week-end :

à l'ouverture dans les Cévennes.1 pêche truite Cévennes  à l'ouverture dans les Cévennes.2 pêche truite Cévennes à l'ouverture dans les Cévennes.3 pêche truite Cévennes   Dès mon retour dans les Hautes-Alpes, je retrouvais des rivières en ordre délaissées le temps d’un week-end. Elles allaient rapidement me faire oublier cette entrée en matière morose… à suivre ! Simon SCODAVOLPE * Robert Louis Stevenson, est un grand écrivain écossais célèbre notamment pour son roman “L’Île au trésor”. Il effectua la traversée des Cévennes à pied et en fit le récit dans “Voyage avec un âne dans les Cévennes”. Un chemin de randonnée le gr70 porte aujourd’hui son nom.

1 3819
Comment réussir son ouverture truite? Comme une “toute première fois”, c’est le sentiment qui prédomine à l’approche de chacun de mes débuts de saison. Simon Scodavolpe vous a fait part dans ses précédents articles des meilleures stratégies à mettre en place le jour J. Pour les compléter, voici un petit inventaire du matériel qui vous accompagnera le jour de l’ouverture et tout au long de la saison. Je vous propose en plus quelques rappels et astuces pour éviter qu’émotion et précipitation ne gâchent ce jour pourtant bénît.

1. Canne et moulinet pour réussir son ouverture truite.

“Faire l’ouverture” pour certains pêcheurs néophytes peut se transformer en “partir à l’aventure”, quelques conseil de base peuvent pour éviter une galère. De nombreuses raisons peuvent vous faire changer de programme et de type de cours d’eau en cours de journée, en fonction de vos envies, de l’affluence ou des conditions rencontrées. Ces paramètres sont toujours difficiles à appréhender lorsque l’on n’habite pas au pied de la rivière.

Le choix de la canne

Une canne polyvalente vous permettra de vous adapter, du petit cours d’eau difficile d’accès (donc moins fréquenté) à la grande rivière. Le produit le plus simple à mettre en œuvre est sans conteste une canne télé-réglable d’environ 5m00. Celle-ci peut-être dans la gamme Garbolino un modèle très accessible comme la Garbotoc Sprint R 4m80  ou pour ceux désirant un produit plus performant la Garbotoc Précision R 4,80m.   SPRINT R LIEGE SPRINT R PLAQUE

Canne Sprint R disponible en versions poignée liège à bagues ou porte moulinet à plaque

  PRECISION R

Canne Précision R un modèle de légèreté et d’équilibre montée avec le célèbre système de bagues téléréglables Garbolino

Le choix du moulinet

Pour équiper ces cannes vous avez le choix entre un très classique moulinet lancer en taille 10 ou 20 comme le STARTER (disponible en Frein avant ou arrière) ou la traditionnelle « réserve de fil » de type Garbolino CTR, DTR ou ATR.

CTR65G-PROFIL Moulinet Garbolino CTR

DTR65G FACE

Ou Moulinet Garbolino DTR 

ATR65 FACE

Moulinet ATR65

Ce type d’ensemble vous permettant de faire face à de nombreuses situations et restera utilisable tout au long de la saison. Un petit conseil, pensez à emmener une seconde canne avec vous, il est toujours dommage de casser une canne, qui plus est ce jour-là, et de se retrouver démuni sans pouvoir poursuivre sa partie de pêche. Cette canne supplémentaire peut être aussi un complément de la première, comme un modèle à fil intérieur pour un ruisseau très encombré ou de type appâts naturels pour des lieux plus dégagés.

2.L’équipement de base

A ranger dans un blouson multipoches ou dans une petite musette.

Pour le montage de la ligne

  • Des hameçons:
    • A choisir en fonction de la taille des meilleurs appâts du moment plus qu’en fonction de la taille des poissons recherchés. À l’ouverture, le ver est sans conteste l’appât numéro 1. Le Gamakatsu 3120N facilite la tenue des jolis vers, sa hampe longue et donc un peu plus «lourde » aura également tendance à aider votre appât à gagner plus facilement le fond et à le ralentir. (À contrario, en cours de saison, un hameçon plus léger présentera mieux des vers de petite taille)
  • Des bas de lignes montés sur un plioir en mousse:
    • Je les prépare avec 1 ou 2 plombs et complète ensuite la plombée sur mon lieu de pêche. –
  • Une boîte étanche (ici la Sakura WP Hook Box). Vous y stockerez à l’abri en évitant de les répandre dans une poche
    • de petits émerillons (de taille 12 ou 14),
    • des hameçons
    • vos indicateurs de touche
    • etc.
  • Vos indicateurs de touche: je les préfère petits donc discrets et ne bridant pas la ligne.
    • Les modèles autobloquants de type Rigoletto sont parfaits car ils restent bien en place sur la ligne et sont faciles a ajuster en fonction du fond.
  • Une boîte de plombs “mous pour pouvoir régler la dérive de sa ligne, beaucoup de plombs “toc” ne le sont pas assez, pensez à regarder du côté des plombs coup ou Anglaise ils sont souvent bien adaptés.

Pour le confort du pêcheur

  • Un coupe fil et une pince (pour écraser les ardillons et décrocher les poissons.)
  • Une paire de lunettes polarisante:
    • Oui, un “basique”! Beaucoup pensent encore que c’est un gadget adopté par des “pêcheurs-frimeurs”. Pourtant en diminuant les reflets vous distinguerez désormais bien plus nettement le fond donc:
      • vous avancerez avec une sécurité optimale dans la rivière, en évitant par exemple les trous ou des rochers recouverts de mousse.
      • vous apprécierez bien mieux la profondeur ainsi que les postes qu’affectionnent les truites (par exemple une pierre ou un gros galet amortissant le courant, …) ou les obstacles (branches, racines,..). Vos lunettes atténuant également les contrastes de lumière, vous distinguerez bien mieux votre indicateur, surtout s’il est fluo.
Ouverture de la truite les bases pour une ouverture réussie.2

L’équipement de base

3.Les accessoires utiles

Complémentaire de l’équipement de base, sans être indispensables, certains accessoires sans vous encombrer, peuvent vous faciliter un peu la vie au bord de l’eau.
  • Un affûtoir.
  • Et un second dégorgeoir.
  • Plus une pince pour décrocher les plombs (même si à mon sens, un coup d’ongle se révèle plus pratique et rapide).
  • Et pour finir une aiguille ou un “crayon aiguille“, petit accessoire très utile avec lequel défaire un nœud devient alors presque un amusement!
Ouverture de la truite les bases pour une ouverture réussie.3

Les accessoires utiles

4.Dans votre sac à appâts

Deux types d’appâts sont à privilégier pour l’ouverture:
  • Vers (indispensable dans des eaux fortes et colorées). La meilleure boîte à vers… en bois, très légère, économique, parfaitement aérée et garnie de mousse fraîche légèrement humide.
  • Teignes (faciles à repérer et par le pêcheur et par le poisson, permettent aussi de pêcher par des eaux plus claires ou par temps ensoleillé). Pensez à les inspecter régulièrement, ce sont des appâts fragiles, les garder dans des copeaux propres et secs est indispensable. Evitez celles stockées dans du cartons alvéolé, vous ne pourrez pas vérifier leur état de fraîcheur.  De plus, les larves sont souvent délicates à extraire.
  • Avoir 2 appâts présente aussi l’avantage de pouvoir en changer dans certains cas:
    • soit pour s’adapter a un changement de conditions atmosphériques.
    • soit pour retenter un un poisson après une touche manquée. Lorsque le poisson n’a pas eu le temps de sentir l’hameçon. Lui présenter alors un appât différent déclenche souvent une seconde touche.
Ouverture de la truite les bases pour une ouverture réussie.4

Avoir des appâts frais est primordial pour faire succomber une belle truite.

5.Et pourquoi pas… une « près ouverture»

  • Concluons par un peu de bon sens. Quitte à paraître un peu trop perfectionniste pour certains ! C’est une évidence, quel est souvent le principal responsable d’une ouverture ratée pour ne pas dire plus?…soi-même! Rappelez-vous, voilà 6 mois que vous attendez ce jour béni que vous soyez un débutant ou pas. Rien d’anormal donc de se montrer maladroit, approximatif et d’avoir la tête plus à penser à ses premiers poissons… Qu’aux branches, racines ou autre contrôle d’une bonne dérive.
  • J’ai trouvé une façon ludique et agréable de récupérer quelques bons réflexes et de décupler ainsi mon plaisir le jour J. Une petite remise en forme en rivière de 2e catégorie. À une semaine de l’ouverture, un vrai plaisir de capturer, et en avant-première, mes premiers poissons au toc! soleil radieux et surtout le luxe de se retrouver seul au bord de l’eau. Un entraînement grandeur nature sur une petite rivière, parfois torrentueuse, peuplée de chevesnes puissants et de perches virulentes et à la robe resplendissante. Quel bonheur de vivre deux ouvertures en l’espace de quelques jours!
Ouverture de la truite les bases pour une ouverture réussie.5

Un beau chevesne pris au vers dans des eaux de 2ème catégorie

 

Bonne “ouverture” à tous les pêcheurs!

Guillaume Chavanne

www.guide-bask-peche.com

0 3506
Choisir son appât de début de saison pour la pêche de la truite (de lacher?). Quelques règles de base. En début de saison, la truite sauvage est amaigrie. L’hiver et la période de reproduction qui l’accompagne ont épuisé ses réserves. Son but est alors d’acquérir de l’énergie à moindre effort. Si l’eau est vraiment froide, la digestion est lente et les périodes alimentaires courtes. Elle privilégie donc un apport calorique peu fréquent mais important. Dans la majorité des situations rencontrées, les esches classiques telles que les vers et teignes fonctionnent très bien. Si la récolte des appâts peut se faire au bord de l’eau durant l’intersaison (notamment le ramassage de vers de berge), la prétendue supériorité des espèces naturelles relève plus d’une idée reçue que de la réalité pratique… Pour le pêcheur moderne souvent urbain (ou celui qui achète ses esches par commodité), voici quelques indications pour bien choisir parmi l’offre du commerce.  Les principales esches utiles en début de saison sont :

1. Les vers de taille importante (dendros) :

gros vers dendros. appât truite lacher

Gros Vers Dendros

Assez imposant par la taille (il mesure jusqu’à 10cm), c’est un excellent appât pour les truites de remises et pour les farios sauvages par eaux fortes. De par sa texture solide, il s’accommode bien des lancers répétés, à condition de l’escher sur un hameçon tige longue numéro 8 ou 10. Veillez à l’enfiler suffisamment sur les 2/3 de sa longueur au minimum.

2. Les vers de petite taille :

Les vers de petite taille, utiles en début de saison lorsque les eaux sont basses, sont essentiellement de deux types : petit dendros et vers de terreaux. Des hameçons tige longue numéro 10 ou 12 sont indiqués. A noter que leur utilité ne se limite pas à la période pré-fonte des neiges, nous y reviendrons.
petit vers dendros.1

Petit Vers Dendros

vers de terreau. appât truite

Vers de Terreau

3. La teigne :

La teigne est un excellent appât, utilisable toute la saison en adaptant sa taille, qui se conserve facilement plusieurs semaines à une température proche de 10/12°C. Par eaux froides et fortes, les teignes de taille moyenne sont utilisables. Cette larve étant relativement fragile, il convient de privilégier les hameçons fins de fer (type Gamakatsu 1040r). Veillez à rapprocher le plomb de base à moins de 10cm de l’hameçon car le courant a tendance à la décoller du fond.   Bonne ouverture et bonne saison de pêche à la truite. Simon Scodavolpe