Accueil Actualités Pêches de Mai dans le Jura et les Cévennes : Out on...

Pêches de Mai dans le Jura et les Cévennes : Out on the week-end

Après deux mois passés à écumer les coins de proximité, Mai a donné des envies d’ailleurs. Cette année, nous avons pris la direction d’une destination jusqu’alors inexplorée : le Jura.

L’explosion de la communication autour de ces rivières depuis 2 ans, émanant de cercles que je n’ai pas vraiment l’habitude de fréquenter,  avait surtout inspiré un certain scepticisme au pratiquant misanthrope que je demeure.

Le caractère méconnu d’un coin est l’un des piliers de mon credo et tout excès de fréquentation devient vite rédhibitoire.

 

Toutefois, cette position peut s’assouplir de temps à autres, en particulier si les deux conditions suivantes sont remplies :

  • les poissons que l’on trouve sont esthétiquement privilégiés (en l’occurrence, ils sont splendides et gros, petite précision qui a son importance)
  • et le cadre bucolique (les associables supportent souvent mieux la cohabitation dans un cadre apaisant et champêtre).

Ainsi, bien que restant très septique face aux modes qui affublent notre loisir, que ce soit en terme de destination ou de technique, je mis de côté (pour un temps du moins) mon anticonformisme primaire et me laissais tenter par le département « in » du moment. La cible reste la même (les truites zébrées de souche méd), mais le milieu change radicalement entre les rivières froides de montagne haut-alpines et les cours d’eau paisibles chargés en calcium des vallées jurassiennes.

 

Autre aspect intéressant de cette découverte : le choc culturel. Découvrir la pêche dans le Jura pour un tocqueur façonné à la sauce pyrénéenne, c’est un peu comme faire écouter l’intégrale des Sex Pistols à une violoncelliste fraîchement émoulue du conservatoire. Le dénouement est pour le moins incertain, assurément, mais tout peut très bien se passer à condition d’y mettre un peu d’ouverture d’esprit.

Les ingrédients de la pêche sur ces secteurs (eaux lentes/grosses truites/faible densité/pêche à vue) sont en tous points opposés avec ceux qui me sont familiers. Pour quelqu’un dont l’excitation au bord de l’eau n’est calmée que par la rapidité de prospection et la cadence de touche, ça promet d’être dépaysant. Autre changement notable (que je m’impose celui-ci), pas question de prélever le moindre poisson sur ces rivières à faible densité. Si la consommation de quelques truites est un plaisir que je m’accorde volontiers de temps à autres (au mépris de la doxa moderne qui le stigmatise), les gros poissons, d’autant plus lorsqu’ils vivent dans des milieux fragiles comme ces rivières de l’Est, parviennent toujours à m’émouvoir suffisamment pour repartir à l’eau. On ne tire pas sur l’ambulance.

 

Etre obtus peut faire rater de bonnes expériences,  je suis donc parti dans le Jura… avec un certain scepticisme certes, mais surtout une grande curiosité !

Autant le dire de suite, les deux excursions furent toutes deux assez catastrophiques en termes de résultats. Faute à la malchance peut être (considérant l’explosion des débits pour la première), à la maladresse plus certainement (durant la seconde en particulier, un de ces fameuses journées où la mécanique s’enraye et où rien ne rentre malgré les nombreuses opportunités).

 

C’est avec Jean-Michel que je me rends sur les lieux la première fois. Le trajet aller se faisant sous des trombes d’eau, ce qui était censé être initialement un petit-cou-d’eau-faisant-bouger-les-poissons s’est en fait révélé être une bonne crue printanière, anéantissant tout espoir de pêche agréable (comprendre en évitant le recours aux plombs de 0) et  réduisant le temps de pêche efficace à une grosse journée, au cours de laquelle les Extreme Trout ont repris du service. Plombée lourde et étalée/ver de terreau au programme. Une pêche beaucoup plus subtile qu’il n’y paraît. Même le puriste de la mouche a succombé :

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 1

 

Avec le talent qu’on lui connaît :

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 2

 

Quelques intrus se sont mêlés à la fête :

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 3

 

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 4

 

Et quand même ce pour quoi  nous étions venus :

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 5

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 6

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 7

 

Pour la deuxième tentative, Coline et Benji se greffent à nous. Comme évoqué précédemment, elle demeure également pauvre en poissons mais très riches en péripéties, à la fois halieutiques (séjour durant lequel nous avons expérimenté les différentes façons de vendanger : décroché sur chandelle, raté au ferrage, hameçon ouvert, cassé…etc.) et annexes (sombres histoires de roues crevées, tympan perforé, portable noyé/broyé et j’en passe).  On a quand même réussi à mettre au sec quelques poissons, au toc :

 

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 8

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 9

Ou à la mouche quand le moment s’est fait sentir :

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 10

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 11

Certains plus ou moins désirés :

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 12

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 13

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 14

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 15

 

Une approche totalement nouvelle, dépaysante et très plaisante… vivement la prochaine !

Aux antipodes de ces milieux riches, le dernier week-end de pêche de mai a été marqué par un retour en terre cévenole, histoire de profiter d’un court créneau de débit favorable avant l’installation des grosses chaleurs :

En cette après midi, l’eau est à 13°C, le temps est orageux et les poissons sont dehors. La pêche est plutôt facile (à défaut d’être passionnante), les truites mordent avec bravoure sur les coups marqués et nous autorisent un pêche détendue, méninges au repos, ce qui, de temps à autre, est somme toute assez agréable :

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 16

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 17

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 18

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 19

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 20

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 21

Un montage tout aussi simple, 4 plombs de 7 et un petit terreau esché sur un hameçon Gamakatsu 1040R n°12

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 22

Pêche de Mai 2015 Scodavolpe 23

 

De retour dans les Hautes Alpes, la meilleure période de l’année pour le toc a débuté : la fin de la fonte… récits à suivre prochainement !

 

A bientôt !

 

Simon SCODAVOLPE

 

 

 

 

 

 

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser une Réponse